Ecoutez

n°253 - Avril 2017

www.bagneux92.fr

L'objet du mois

Édito

Mois en images

Ils font la ville

Décryptage actualité

Dossier

Points de vue

Reportage photo

Portrait : René Denoor

Conseils pratiques

On testé pour vous

Vie de la ville

Projet urbain

Sortir à Bagneux

Histoire et patrimoine

La page des enfants

Vie pratique

L'objet du mois Haut de page

Le stéthoscope

Le droit à la santé pour toutes et tous suppose l'existence d'une offre de soins diversifiée et accessible aux habitants. La Ville travaille aujourd'hui à revivifier l'offre libérale sur son territoire.

La Ville s'efforce de convaincre de jeunes médecins de s'établir à Bagneux.Très fréquenté, notre centre municipal de santé, offre, certes, une palette importante de soins médicaux, mais il ne peut satisfaire (en volume et en spécialités) la totalité des besoins de santé de la commune. Il est donc important que des médecins libéraux choisissent de s'y installer. Face au vieillissement des médecins généralistes et au manque de certaines spécialités, une réunion a été organisée en janvier avec les professionnels de santé du territoire et l'Agence régionale de santé pour inciter à développer à Bagneux des "structures d'exercice collectif et coordonné", de type Maison de santé. Concrètement il s'agit, pour plusieurs professionnels (deux généralistes et un paramédical au minimum) de s'installer ensemble, sur la base d'un projet de santé partagé. Outre une mutualisation des coûts, ces structures permettent un meilleur partage d'information sur les patients et une meilleure coordination des soins. Des aides permettent également à ces structures de financer l'installation et les temps de coordination des professionnels de santé. Jean-Marc Bordes

La Ville souhaite augmenter la densité de médecins sur la commune, notamment les pédiatres, les cardiologues, les infirmiers, les dentistes et les kinésithérapeutes.

La Maison de santé est un lieu de regroupement des professionnels de santé assurant des activités de soin et participant à des actions de prévention et d’éducation pour la santé ainsi qu’à des actions sociales.

La Maison de santé se distingue d’un hôpital ou d’une clinique par le fait qu'elle n'héberge pas ses patients.

Bonne nouvelle : 74 % des généralistes à Bagneux exercent en secteur 1, et appliquent donc le tarif qui sert de base au remboursement de la Sécurité sociale.

Édito Haut de page

Le droit au logement est un droit constitutionnel

Avec le printemps sonne l’arrivée d’une nouvelle beaucoup moins réjouissante : la reprise des expulsions locatives. Et nous savons ce que cela veut dire pour les familles concernées : angoisse du lendemain, peur de se retrouver à la rue, crainte pour les enfants…

J’ai une nouvelle fois signé un arrêté municipal exigeant qu’aucune expulsion ne puisse avoir lieu sans solution de relogement immédiat. Il ne s'agit donc pas de s'opposer à une décision de justice mais bien de s'assurer que l'État respecte ses engagements lorsqu'il procède à une expulsion. L’objectif de cette initiative, commune à d’autres villes, est d’en finir avec la mise à la rue de personnes ou de familles de bonne foi qui sont victimes d’un accident de vie ou de parcours.

Je veux rappeler que le droit au logement est un droit constitutionnel devant être garanti par la loi, et donc par l’État. Le dernier rapport de la fondation Abbé Pierre est édifiant tant il prouve – si cela était encore nécessaire – que cette crise s’aggrave à mesure qu’elle s’enracine. En un an, les expulsions ont bondi de près de 25 % et le pays compte désormais près d’un million de personnes privées d’un logement personnel.

Dans notre département – le plus riche de France après Paris – la situation n’est guère plus réjouissante. Les 21 communes des Hauts-de-Seine qui refusent d’avoir au moins 25 % de logements sociaux y ont leur part de responsabilité et cela n’est pas plus acceptable.

Pour conclure et car nous sommes à l’aube de deux élections cruciales pour notre pays, je vous invite à participer à ce moment démocratique d’une grande importance pour notre avenir. Car voter est plus qu’un droit, c’est un devoir… et une nécessité.


Marie-Hélène AMIABLE,
Maire de Bagneux
Conseillère départementale des Hauts-de-Seine

Mois en images Haut de page

Acrobatique, esthétique et humoristique, le spectacle Index de la compagnie Pyramid a séduit le public du théâtre Victor-Hugo, le 4 mars, avec son incroyable show hip-hop au milieu des livres.

Succès confirmé pour le forum de la Petite enfance organisé par la Ville, dont la deuxième édition avait lieu le 18 mars au gymnase Romain-Rolland. Environ 1 000 personnes y ont participé.

Flambant neuf, un magasin Franprix a ouvert ses portes début mars, 4 place de la Fontaine Gueffier, dans le Sud de la Ville.

Dans le cadre de la semaine de la santé mentale, le centre d'accompagnement d'Espérance Hauts-de-Seine à Bagneux a ouvert ses portes au public le 15 mars.

Un forum instructif sur le thème de l'environnement était organisé par l'association de la mosquée de Bagneux, à l'espace Léo-Ferré le 18 mars.

Au cimetière communal, puis devant la stèle du 19 mars, la Ville, les associations et les habitants ont commémoré les accords d'Évian organisant le cessez-le feu entre la France et l'Algérie en 1962.

Opération bien-être, le 11 mars au centre social et culturel Jacques-Prévert, à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Bravo à Florence Guillard, qui a soufflé ses 106 bougies à l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes du Clos des Meuniers, le 24 février.

Les Banquettes arrières, un trio vocal de femmes énergiques et burlesques, a célébré à sa manière les droits des femmes, le 8 mars au théâtre Victor-Hugo.

Loin de n'avoir "Rien à dire" (le titre de son spectacle), le clown espagnol Leandre Ribera a embarqué les spectateurs dans un surprenant voyage poétique et muet au théâtre Victor-Hugo le 26 février.

Écrin idéal, l'église Saint-Hermeland accueillait les chanteurs des classes à horaire aménagé musique du collège Henri-Barbusse, le 10 mars, pour un magnifique concert vocal.

Le centre social et culturel de la Fontaine Gueffier célébrait lui aussi la journée internationale des droits des femmes en proposant, le 11 mars, un spectacle sur la féminité et la maternité, intitulé Au début.

Comme chaque année, ACFAB-Guirlande, l'association culturelle des familles antillaises de Bagneux a fait entrer le soleil à l'espace Léo-Ferré le 25 février.

Les artistes antillais sont aussi à l'honneur à la Maison des arts jusqu'au 12 mai, avec l'exposition Mémoire Caraïbes, dont le vernissage avait lieu le 24 février.

Les débutants ont pu participer au concours de tir à l'arc proposé par les archers du COMB, les 18 et 19 mars au gymnase Joliot-Curie.

Moment de convivialité pour nos seniors à l'occasion du repas offert par le centre communal d'action sociale.

Ils font la ville Haut de page

Habitante
Elena Cotrone, un violon sur le toit

Enfant de la musique – elle est née dans une famille d’artistes d'une mère pianiste et d'un père guitariste – Elena Kyoko Cotrone a grandi à l’ombre des dièses, des envolées lyriques et des doubles croches. "J’ai toujours voulu faire du piano. Mais un jour, alors que j’avais sept ans et que j’assistais à une représentation gratuite au conservatoire de Bagneux, j’ai entendu le son d’un violon et je ne m’en suis jamais remise", s’enthousiasme encore cette jeune franco-japonaise qui vient tout juste de fêter ses dix-huit printemps. Trois années au conservatoire de Bagneux "avec un professeur de musique passionné et passionnant [qu'elle a] suivi jusqu’à Créteil" ont confirmé sa vocation : "oui, je souhaite être violoniste professionnelle". La suite ? Royale ! Comme en attestent ses succès : 1er prix ex aequo (niveau supérieur) du concours Vatelot/Rampal (2010), diplôme d’études musicales de violon au conservatoire de Créteil (2013) avec mention très bien à l’unanimité et félicitations du jury. Sa vie, entièrement dédiée à la musique, entre les journées de répétitions au conservatoire et le bac musical, n’est pas un long fleuve tranquille. Férue de Mozart et Paganini, Elena aime également le football, la danse classique et les opéras. Au gré des rencontres artistiques, celle que l’on qualifie souvent "d’imprévisible" et dont la nature est "joyeuse" aspire à des voyages sans frontières – elle parle français, japonais, anglais et allemand – et des conquêtes musicales. Un rêve à sa portée, au propre comme au figuré.

ENTREPRISE
Hassen Bouabid, l’audace d’un entrepreneur

À 42 ans, Hassen Bouabid, arrivé en France en 1996, a pris l’ascenseur social avec vélocité. Agent de propreté pour la société Rénosol, filiale de nettoyage industriel de Veolia propreté, ce Franco-Tunisien se fait aussitôt remarquer par sa rigueur, son sens du travail et son humilité. Chef d’équipe, responsable d’agence, puis directeur commercial, il va ainsi gérer plus de 250 salariés affectés sur 75 sites. "J’ai vite appris mon métier et surtout je suis très curieux. C’est pour cela que ça marche", souligne l’intéressé. L’année dernière, cet autodidacte décide de créer sa ou plutôt ses quatre entreprises, regroupées sous le sigle "HB2M environnement" et basées à Bagneux. Le 1er juillet 2016, il signe un premier contrat. Deux mois plus tard, il remporte un premier marché public, puis un second en janvier 2017, générant un chiffre d’affaires de 600 000 euros. Son secret ? Proposer des tarifs très attractifs grâce à l’interactivité générée par ses quatre branches d’activité : propreté et multiservices, hygiène et distributions, transport de personnes et conseils en orientation (pour les jeunes en recherche d’emploi). Cet ancien maître d’apprentissage, qui a su "maîtriser les ratios et adapter ses cadences aux besoins du client" vise à dégager, à terme, dix millions d’euros de chiffre d’affaires. S’appuyant sur ses réseaux, son expérience et aussi son altruisme, ce Balnéolais veut ainsi contribuer à dynamiser son secteur et rendre à la ville tout ce qu’elle lui a donné. Pari gagné.

Décryptage actualité

Les Balnéolais vont avoir leur lycée !

1 200 C'est le nombre d'élèves que pourra accueillir le futur lycée d'enseignement général.

2 861 C'est le nombre d'enfants de moins de 5 ans recensés dans la commune, qui pourront donc aller au lycée dans leur ville.

UNE MOBILISATION SANS FAILLE
Dès 2013, la Ville a créé un comité de soutien au projet d'implantation d'un lycée à Bagneux. Présidé par Gilles Leroy, enfant de Bagneux et lauréat du Prix Goncourt en 2007, il a été rejoint par 1 500 Balnéolais ou anciens Balnéolais et des personnalités telles que les comédiens Michel Boujenah et Jacques Weber ou l'écrivain Daniel Pennac. Toutes tendances politiques confondues, plusieurs maires des villes voisines et le président du conseil départemental ont également soutenu par écrit le projet. Enfin, l'opération "Mobilycée-vous", lancée lors du temps fort #PasSansVous à la rentrée dernière, a permis, avec près de 3 000 signataires, de montrer l'attente forte des Balnéolais, et notamment des jeunes, pour la création de ce lycée.

LA VILLE L'A OBTENU
Dévoilé fin février, le plan pluriannuel d'investissement de la Région (seule compétente en matière de construction des lycées) a été voté le 10 mars par le conseil régional. Il prévoit notamment la création de 12 nouveaux lycées en Île-de-France, dont celui tant attendu de Bagneux. Certes, ce plan s'étale sur dix ans (de 2017 à 2027), mais la Région insiste sur sa volonté de "diviser par deux" le délai de construction des lycées, qu'elle estime en moyenne à 8 ans aujourd'hui. "Nos engagements sont très ambitieux sur le calendrier des opérations à venir", précise encore la présidente du conseil régional, que Marie-Hélène Amiable avait rencontrée le 15 février pour plaider en faveur de l'implantation d'un lycée généraliste dans notre ville. Le vote régional attribue un budget de 5 milliards d'euros à la construction, la rénovation et la maintenance des lycées en Île-de-France.

UN DOSSIER SOLIDE
Pour emporter la décision, la Ville a fait valoir des arguments de poids. Bagneux se trouve au cœur d'un désert scolaire, puisque ni elle, ni Fontenay-aux-Roses, ni Bourg-la-Reine, ni Châtillon n'ont de lycée public généraliste. Notre commune est pourtant la plus jeune du sud du département et sa population est appelée à se développer pour atteindre 50 000 habitants en 2030. Les temps de transport pour se rendre au lycée pénalisent les jeunes Balnéolais, créant une inégalité territoriale et sociale qui rejaillit sur les résultats. Argument décisif aussi, la mise à disposition gratuite d'un terrain d'un hectare négociée avec le propriétaire du site des Mathurins pour l'implantation du lycée.

UN LYCÉE D'EXCELLENCE
Membre de la Vallée scientifique de la Bièvre (VSB), Bagneux s'appuie sur les caractéristiques de ce territoire de projet pour demander au Rectorat que des filières d'excellence soient proposées dans le futur lycée, aux côtés des filières générales. La forte densité d'instituts de recherche, d'universités, de grandes écoles, de centres hospitaliers, de grandes entreprises, de PME technologiques et de laboratoires qu'offre la VSB justifie la création de filières dans les domaines de la santé et du "high tech". Connecter le monde de l'éducation et celui de l'entreprise est un moyen idéal de développer l'emploi sur le territoire. Dans le même ordre d'idée, la présence du PPCM à Bagneux et du Pôle national des arts du cirque à Antony, plaide en faveur d'une filière technique musique et danse.
Jean-Marc Bordes

Paroles de Balnéolais
Messages reçus via les réseaux sociaux

C'est une bonne nouvelle pour la ville qui voit sa population grandir.

Comme quoi lutter, même contre vents et marées, apporte toujours des résultats.

Bravo ! Cette fois c'est la bonne ! Félicitations à tous, jeunes et premiers combattants dont j'ai eu l'honneur d'être.

Très fier de cette réussite ! À l'avenir de notre futur, à celui de nos enfants !

Bravo Bagneux ! On aura notre lycée, super !

Un emplacement de choix, sur le site des Mathurins :

La parcelle triangulaire d'un hectare dédiée au lycée se trouvera à l'entrée du futur site de la colline des Mathurins, côté rue de la Fontaine. L'établissement sera à proximité du futur parc du belvédère, du pôle d'activités économiques de 4 000 emplois, des nouveaux commerces et du futur groupe scolaire des Mathurins. Neuf et équipé de matériel moderne, le lycée offrira tous les atouts pédagogiques liés au développement du numérique.

 

2011 - S'appuyant sur les projections démographiques de la ville, Marie-Hélène Amiable relance le dossier lycée autour d'une extension de 500 places du lycée Lakanal.

2013 - Suite aux négociations engagées par la Ville, le propriétaire du site des Mathurins (LBO-France) met à disposition 1 hectare gratuitement pour la construction d'un lycée. Constitution d'un comité de soutien présidé par Gilles Leroy, enfant de Bagneux et Prix Goncourt 2007.

2014 - Le président de la Région Île-de-France confirme l'intérêt d'un projet de lycée de plein exercice de 1 000 places à Bagneux.

2015 - Le rectorat de Versailles affirme sa volonté de réfléchir à un projet pédagogique. La Région engage des études de faisabilité sur le site des Mathurins.

2016 - Élus et habitants se mobilisent en faveur du lycée dans le cadre de l'opération "Mobilycée-vous".

2017 - La Région inscrit la construction d'un lycée d'enseignement général à Bagneux dans son plan d'investissement pour la période 2017-2027.

Dossier - 2017 : La participation citoyenne et ses outils

Des choix ambitieux malgré l'austérité imposée aux collectivités locales

Hop !, Et Ouais, on étonne, #PasSansVous : ces temps forts citoyens témoignent de la volonté de la municipalité d'inclure les habitants dans la vie citoyenne. Dialoguer avec eux pour construire le Bagneux de demain, voilà une pratique qui ne demande qu'à être encore et toujours développée. Les Balnéolais ont la parole et ils s’en servent à travers différentes instances ou initiatives citoyennes. Conseils de quartier, conseils citoyens, conseil local de la jeunesse, conseil des enfants, conseil des anciens… Il en existe pour tous les âges et sur tous les thèmes. Rénovation du marché Léo-Ferré, site des Mathurins, rénovation de la Pierre plate, la concertation sur les projets d’urbanisme est primordiale. Mais Bagneux, c’est aussi une ville de plus en plus connectée, notamment sur les réseaux sociaux, une autre manière d’interagir avec vous. Volet important de démocratie locale, Bagneux infos vous présente ce mois-ci les outils de la participation citoyenne.

Dossier réalisé par Nassima Ouaïl
Photos : Yves Faven et Philippe Masson

Impliquer les Balnéolais dans la gestion de leurville

3 questions à…Mouloud haddad
Adjoint au maire, chargé de la Citoyenneté et de la Vie des quartiers

Pourquoi Bagneux tient-elle à faire participer les habitants à ses projets ?
Depuis plusieurs années maintenant – depuis au moins 2005 et la création des conseils de quartiers – la municipalité de Bagneux a le souci du dialogue permanent avec ses habitants. Avec l’arrivée des deux métros, l’ouverture du site des Mathurins, le lycée obtenu après une formidable mobilisation de tous… Bref, dans une ville qui se métamorphose, on fait bien mieux les choses en consultant les citoyens. Leur regard et leur expertise d’usage sont indispensables à la construction d’une ville pour tous. Co-réfléchir pour mieux co-construire, c’est un peu l’idée.

Quels sont les moyens mis en place pour faciliter la participation ?
Il existe différentes instances. Les conseils de quartier, qui restent le cœur de notre démocratie de participation, ont aujourd’hui plus de dix années d’existence. Nous réfléchissons à leur donner un nouveau souffle. Cette instance reste importante pour le lien social. Nous lui devons certaines initiatives (souvent en lien avec les centres sociaux et culturels) comme les différentes fêtes de quartier qui sont devenues des rendez-vous connus, très attendus et qui souvent rayonnent sur l’ensemble de la ville. D’autres instances sont plus tournées vers la concertation. Je pense au conseil local de la vie associative ou au conseil local de la jeunesse qui se conçoit comme un espace de réflexion, d’apprentissage de la citoyenneté et d’ouverture vers le monde des adultes. Je veux ajouter qu’à la suite de #PasSansVous – notre rendez-vous citoyens de l’automne dernier – des ateliers citoyens thématiques ont été mis en place sur des questions relatives à l’habitat, au "vivre ensemble", à la propreté de l’espace public ou encore à la parentalité. Ils ont abouti sur des propositions concrètes et leurs mises en œuvre sont en train d’être travaillées entre habitants et services municipaux.

À quoi servent les conseils citoyens créés dans les quartiers prioritaires ?
Prévus par la loi, les conseils citoyens sont des instances dont nous avons accompagné la création dans les trois quartiers classés en "politique de la ville" : la Pierre plate, Abbé Grégoire-Mirabeau et Tertres-Cuverons. La municipalité a donc mis en œuvre les moyens matériels et humains pour qu’ils puissent être autonomes dans leur fonctionnement et leurs actions. Ils se composent d’habitants et d’acteurs locaux (associations, commerçants, collectifs de locataires...) qui résident ou qui exercent dans le périmètre du quartier. Ces conseils citoyens travaillent prioritairement sur les questions de cohésion sociale, en lien notamment avec les services de la préfecture.

2005 - C’est la date de création des six conseils de quartiers de Bagneux.

30 000 - C’est en euros le budget de fonctionnement attribué aux conseils de quartier pour financer leurs projets.

62 % - C’est le pourcentage de Balnéolais qui se disent prêts à participer à un projet citoyen (sondage Ifop, mai 2016).

3 - C’est le nombre de quartiers prioritaires de la politique de la ville à Bagneux qui disposent donc d'un conseil citoyen : Pierre plate, Tertres-Cuverons et Abbé-Grégoire Mirabeau.

30 - C’est le nombre de jeunes investis régulièrement au conseil local de la jeunesse.

Un conseil citoyen pour changer le quartier
Classée Quartier prioritaire, comme deux autres dans la ville, la Pierre plate dispose d’un conseil citoyen très dynamique depuis septembre 2015. Créateur de liens sociaux, il se réunit au moins tous les 15 jours au centre social et culturel Jacques-Prévert et aborde principalement des sujets qui touchent de près ou de loin les transformations urbaines et sociales en cours dans le quartier. Concernés par le Projet de renouvellement urbain et social (PRUS), les habitants se sont très vite mobilisés sur la question du relogement dans le cadre des démolitions prévues. "Mais l'objectif de ces rencontres c’est aussi de corriger les dysfonctionnements liés au quotidien, souligne Furyelle Amazouz, chargée de mission pour le PRUS. Outre les problématiques des chantiers, les membres du conseil citoyen agissent sur des aspects plus sociaux." Ainsi un travail a été mené avec le bailleur et la Ville afin d'installer des bancs et une table de ping-pong sur le mail Debussy pour animer le quartier et favoriser le vivre-ensemble. Les habitants tiennent à embellir leur secteur et montrer qu’il est vivant.
Contact quartier Nord : Furyelle Amazouz, Maison des projets, 01 41 98 41 81, furyelle.amazouz@mairie-bagneux.fr

Informez-vous sur les conseils citoyens du Sud
Un conseil citoyen se construit pour le quartier Tertres-Cuverons. Le conseil citoyen Abbé-Grégoire-Mirabeau cherche, quant à lui, de nouveaux membres. Pour être informé de la démarche et des actualités de votre conseil, envoyez un e-mail à cc.tertrescuverons@gmail.com ou cc.abbegregoiremirabeau@gmail.com, ou contactez Marjolaine au 01 47 40 45 57

À savoir

Le camion du dialogue citoyen
Les habitants l'ont découvert durant #PasSansVous. Le camion citoyen, acquis par la Ville grâce au soutien financier du conseil départemental et de l’État, a d’abord servi à l’échange avec les habitants dans les quartiers. Mobilisation pour le lycée, inscriptions sur les listes électorales, projet de ludothèque… Il continuera à être utilisé pour d’autres initiatives par différents services de la mairie. L’idée ? Proposer un service public "hors les murs" et favoriser le vivre-ensemble. Le camion citoyen est un outil de plus pour le dialogue et la convivialité.

Des outils de participation citoyenne pour tous Inventer ensemble le Bagneux de demain

De nombreuses instances ou initiatives citoyennes permettent aux habitants de s’impliquer dans les projets de leur ville en transformation et de faire entendre leur voix. L’avis de tous est nécessaire pour rendre la ville toujours plus attractive.

"La ville se construit avec les habitants car c’est à eux qu’elle doit servir, lance Martine Marchand-Prochasson, directrice du service Citoyenneté et vie des quartiers. Leur expertise d’usage est importante, ils la pratiquent au quotidien." Plus qu’un consommateur, le citoyen reste un véritable acteur des projets menés par la Ville. Discuter, dialoguer, faire ville ensemble, c’était justement l’objectif du temps fort citoyen #PasSansVous de septembre dernier. Bagneux, habituée à écouter et à tenir compte des propositions de ses habitants, souhaite aller davantage dans ce sens. Urbanisme, éducation, questions sociales, culture… la concertation est au cœur de différents sujets. Suite à #PasSansVous, plusieurs initiatives citoyennes ont pu émerger. Parmi elles, "Troc ton talent", un réseau d’échanges et de savoir-faire (cuisine, bricolage, jardinage…) entre habitants, en cours de développement. Dans le cadre de l’événement festif Happy Culture, organisé le 25 mars au Plus petit cirque du monde, Bagneux vous a donné la parole. Associations et services de la Ville ont échangé ensemble avec les Balnéolais pour imaginer des projets sur la culture de demain.

Des instances bien implantées dans le paysage
Créés en 2005, les six conseils de quartier de la ville représentent une des plus anciennes structures de démocratie participative. Leur objectif ? Permettre le débat, améliorer la qualité de vie du quartier, faire des propositions transmises au conseil municipal. Dans la ville, toutes les tranches d’âge disposent de leur instance pour s’exprimer. Très actif et force de propositions, le conseil local de la jeunesse (CLJ), pour les 12-26 ans, participe à l’organisation de nombreux événements au sein de la commune, comme les Alliances Urbaines ou le Bal des collégiens. "Cela permet à un jeune d’exister en tant que citoyen ce qui signifie devenir adulte et exister en dehors de la sphère familiale et scolaire", commente Sarah Chefaï, agent de développement local au CLJ. Dans la même veine, les 9-12 ans peuvent apprendre la démocratie et proposer des projets concrets au sein du conseil des enfants. En ce moment, l’équipe travaille sur un spot de sensibilisation au sujet de la violence. Le projet éducatif est confié au conseil éducatif local où parents d’élèves, animateurs, enseignants, associations, inspecteurs de l'Éducation nationale…se retrouvent. Petit dernier, le conseil des anciens, aborde le cadre de vie, la santé, le bien-être mais aussi les relations intergénérationnelles et la culture. Enfin, au sein de l’observatoire des engagements municipaux, une instance entièrement indépendante, des citoyens vérifient que les élus tiennent bien leurs promesses électorales.

Paroles de Balnéolais
La participation citoyenne sert-elle vraiment à quelque chose ?

Coumba Ba, 39 ans Membre du conseil citoyen de la Pierre plate
Oui, la participation citoyenne est importante car c'est important d’être entendus, de contribuer à une amélioration du cadre de vie du quartier. Je suis membre du conseil citoyen de la Pierre plate. On se réunit régulièrement et on y aborde des questions sur la santé, l’éducation, le vivre-ensemble, la propreté de la ville, les projets prévus sur le quartier Nord. Une ville en chantier ce n’est pas forcément joyeux. Mais grâce à quelques installations, on a pu embellir le quartier. Si on peut égayer un peu le quotidien à notre échelle, on est preneurs. Pour moi, c’est important d’apporter sa contribution. Bagneux me tient à cœur, j’y ai grandi, j’y suis attachée. On me donne la parole, je la saisis. On apprend énormément des autres, on échange et on s’enrichit. Se retrouver avec des gens engagés et motivés, cela crée une dynamique.

Dylan Ayissi, 15 ans Membre du conseil local de la jeunesse
Est-ce que la participation citoyenne sert à quelque chose ? Oui, tout simplement parce que cela permet au peuple de s’exprimer, d’être force de proposition et de s’impliquer. C’est la place du peuple dans la vie politique et c’est aussi sa parole ! Me concernant, je fais partie du conseil local de la jeunesse. Regardez le nombre d’actions qui ont été menées, pour la jeunesse comme pour d’autres, grâce à la participation citoyenne. Comparée à d’autres villes que j’ai pu voir au niveau national, c’est vrai que Bagneux est une ville qui fait spécialement confiance à ses jeunes et leur accorde une place assez spécifique. Avec le conseil des anciens, les conseils de quartier… les citoyens, ont une place active, que ce soit sur les événements ou même les décisions. On me donne la possibilité de m’investir, je pense ne pas pouvoir la refuser.
Dylan en vidéo

Jacqueline Debbak, 76 ans Membre d'un conseil de quartier
Je m’investis dans le conseil de quartier des Bas-Longchamps depuis bien longtemps. Cela permet de se tenir informée de tout ce qui se passe dans notre quartier et de faire des propositions pour l’améliorer. Avec les habitants, nous nous sommes mobilisés et avons pu garder notre bureau de Poste qui devait être supprimé. Sur la place des Bas-Longchamps, une belle boulangerie s’est récemment installée car nous l’avons réclamée. Nous avons également pu piloter la fête de quartier. Nous aimerions que d’autres habitants nous rejoignent au conseil. Je m’implique aussi dans des associations comme le Mouvement chrétiens des retraités, Ensemble et solidaires UNRPA, le Club de la Lisette… C’est important que les habitants participent à la vie citoyenne.

Se réapproprier les Mathurins
Les Balnéolais doivent se réapproprier l'espace de 16 hectares autrefois occupé par Thomson, Thales, puis la Direction générale de l'armement (DGA), fermé au public depuis 60 ans. Plusieurs réunions et visites du site ont été organisées, permettant de partager le projet des Mathurins et de le faire évoluer. Désormais, c'est la première phase du chantier, au sud de la parcelle, qui fait l'objet de concertation citoyenne. Samedi 25 mars, les habitants ont pu notamment échanger avec l'équipe de Bernard Reichen, architecte du projet pour imaginer le quartier de demain, sa friche écologique, ses perspectives, ses typologies de logements pour que ce nouveau quartier soit bien intégré dans la ville.

Points de vue

Des groupes politiques représentés au conseil municipal
Sur ces deux pages, chaque groupe représenté au conseil municipal dispose d'un espace comprenant au maximum 1 500 signes. L'utilisation d'un plus grand nombre de signes n'augmente pas cet espace, mais entraîne une réduction de corps du caractère d'imprimerie dans lequel la tribune est publiée (en clair, plus l'article est long, plus il est écrit petit et donc avec moins de lisibilité, ndlr). Le texte de la tribune d'expression doit parvenir à la rédaction de Bagneux-Infos au plus tard le 15 de chaque mois (précédant la publication, ndlr).

"Les tribunes d'expression doivent porter sur des sujets d'intérêt local relevant des compétences des collectivités territoriales ou de leur groupement".

Extrait de l'article 33 du règlement intérieur du conseil municipal, voté à l'unanimité lors du conseil municipal du 24 juin 2008.

Nadia Seisen Adjointe au maire
Groupe Front de gauche communiste et citoyen


Ensemble, on y gagne tous !

Arrivée de deux métros, rénovation de la Pierre plate, lycée d’enseignement général à Bagneux, quel est le point commun ? Des projets très concrets, d’envergure, qui vont améliorer la vie de chacun au quotidien et rendre la ville plus agréable pour tous… passée l’étape des travaux bien sûr. Mais surtout, ce sont trois batailles que nous avons menées et gagnées ensemble, élus et citoyens ! Au-delà de ces grandes mobilisations, c’est au quotidien que nous construisons ensemble la ville grâce à des instances de participation multiples et pérennes : conseils de quartier, conseil des anciens, conseil des enfants, conseil local de la jeunesse ou conseil local de la vie associative… C’est également projet par projet que la participation citoyenne s’exprime lors de réunions publiques d’information et de concertation, voire d’avis citoyens, sur l’aménagement de la ville, les chantiers des métros, la construction de nouvelles écoles ou la gestion des jardins partagés… Cela permet de confronter les projets à l’expertise d’usage des habitants. De grandes initiatives citoyennes permettent aussi des moments d’effervescence citoyenne et de débats, en allant au contact de tous les habitants de la ville, comme récemment encore lors de #PasSansVous à l’automne 2016. À Bagneux, "faire ensemble", c’est notre  marque de fabrique et nous en sommes fiers. C’est pour cela que nous continuerons à développer la participation de tous, en innovant dans nos démarches et en soutenant les projets qui émanent des citoyens (associations, collectifs…), pour bâtir ensemble une ville où chacun aura sa place.

Aïcha Moutaoukil
Adjointe au maire
Groupe des élus socialistes


Élus et citoyens, un dialogue permanent !

Des jeunes s’interrogent, d’autres se révoltent, beaucoup s’éloignent et décident de s’abstenir… Le doute quant aux mécanismes démocratiques gagne peu à peu des couches de plus en plus larges de la population et certains n’hésitent pas à rejoindre ceux qui, soi-disant au nom d’une démocratie "rénovée", n’ont d’autre projet que de la remettre en cause ! Il est urgent de reprendre le chemin de l’explication et, alors que les réseaux sociaux jouent aujourd’hui un rôle tellement important, il est impératif de développer entre les citoyens et les responsables politiques de nouvelles formes de dialogue ! Au 21ème siècle on ne peut plus concevoir que le mandat politique repose sur le seul rendez-vous de l’élection avec comme échéance suivante "la prochaine campagne"… Être élu(e) ce n’est ni un chèque en blanc ni une délégation sans contrôle. Déjà des réformes constitutionnelles et législatives ont visé à rapprocher les citoyens du "pouvoir". La décentralisation est une démarche qui s’inscrivait dans ce sens tout comme les lois qui permettent le référendum local. Il s’agit là de progrès significatifs mais, on le voit, insuffisants. La démocratie participative doit venir en complément. Elle permet l’implication des habitants et contribue à la cohésion sociale d’un territoire. C’est cette volonté qui anime la majorité municipale. Avec, notamment, l’observatoire des engagements municipaux, les conseils de quartiers et de citoyens, le conseil local de la jeunesse, le dialogue permanent avec les associations, et la concertation sur les projets urbains, notre Ville est, dans le département, considérée comme un modèle de gestion associant étroitement les élus et les citoyens. Le groupe socialiste est attaché à cette dynamique et entend la renforcer !

Jean-Louis Pinard
Conseiller municipal délégué
Groupe europe écologie les verts


Amplifier l'expression démocratique

Les sciences de l'Homme s'accordent pour dire que l'être humain est un être social, au sens où il se construit et évolue dans, et par, les relations aux autres. Il est à la fois dynamique (changeant et amendable), et interdépendant avec les autres êtres humains et avec l'écosystème (sociétal et naturel) dans lequel il vit. La coopération et l'action collective sont les forces que le genre humain a développé tout au long de son processus évolutif. Ces notions s'articulent aussi bien à travers le mouvement associatif qu'à travers toutes les manifestations qui font vivre le débat, l'échange, la confrontation d'idées, l'expression du sens critique. Notre volonté municipale est d'activer cette démarche sociale à travers les nombreuses expressions publiques. Celles-ci visent les différentes générations comme le conseil des anciens, le conseil local de la jeunesse, d'autres permettent leur transversalité, comme les concertations sur les projets urbains, avec les conseils citoyens par exemples, les conseils de quartiers, les groupes constitués pour rendre un avis citoyen ou participer à un jury. Tous les citoyens peuvent se sentir concernés dès lors que les méthodes de communication s'adaptent aux profils très variés des habitants. L'évolution de notre démocratie est à ce prix. La société civile s'approprie de mieux en mieux ces moyens de communication pour participer aux transformations alternatives et nécessaires de notre société. Bagneux, en impulsant la démocratie de proximité, permet aux citoyens de se sentir pleinement acteurs de l'évolution d'une ville tournée vers un futur, dans lequel chacun pourra trouver sa place.  Et comme le déclare Elsa Triolet avec délicatesse et espoir : "L'avenir n'est pas une amélioration du présent. C'est autre chose". eelv-bagneux.fr

aïd Zani
Conseiller municipal
Groupe Les Républicains/UDI
Union du Centre et de la Droite
"Citoyenneté : je participe", la bonne blague  

Le titre n'est pas anodin. Il est le reflet de la situation dans laquelle la municipalité tente de nous embarquer, par sujet orienté, à lui accorder un satisfecit de ses opérations propagandistes menées tambours battants envers une population sans voix prépondérante. Analyse synthétique. Le conseil de quartier : lieu d'écoute, de débat et de réponse aux soucis soulevés par les participants. L'écoute n'est attentive que si vous allez dans "le sens de la municipalité", le débat est orienté et enfin pas de réponse aux alertes accidents par chaussée déformée, ni aux habitants de nouvelles résidences des Tertres dénonçant une recrudescence des cambriolages. L'écoute est là et l'action absente. Que dit le chapitre "représentativité" sur le site municipal ? "Les conseils de quartier n'ont de sens que s'ils sont représentatifs de la population, et nous devons veiller à ce qu'ils ne soient pas confisqués par certaines personnes ou certains groupes". Curieuse suspicion, Madame le maire ! Le conseil citoyen : une obligation légale, soumis à une inscription obligatoire assortie d'un tirage au sort dont certains participants doutent de la sincérité du scrutin qui se déroule en leur absence. Conseil local de la jeunesse : en principe, un espace d'écoute, d'expression et de rencontres d'une jeunesse et des responsables politiques aux fins d'être réellement associée aux décisions publiques qui les concernent. Est-ce le cas à Bagneux si l'on considère le nombre de jeunes laissés sur le bord de la route, pour reprendre une expression chère à nos élus de la majorité ? Le conseil des anciens : une instance consultative, de réflexion et de propositions, l'avis donné sur les dossiers traités est-il souvent pris en compte ? Concertation sur les projets urbains les Balnéolais ont la parole et s'en servent. La Ville offre en effet de nombreuses structures et occasions permettant de prendre en compte l'avis et les intérêts des habitants… en théorie ! Bienvenus aux nouveaux habitants. A. Adelaïde ; J. Chirinian ; S. Gargari ; D. Huet ; P. Martin et S. Zani.

Reportage photo

Un rallye poétique sous le signe de l’Afrique

Consacrée à l’Afrique, la 19ème édition nationale et internationale du Printemps des poètes, qui s'est déroulée en mars, avait pour vocation de sensibiliser petits et grands à la poésie africaine sous toutes ses formes, grâce à des actions pédagogiques et artistiques. Retour sur la journée inaugurale du 4 mars à Bagneux, qui comprenait un rallye poétique et ludique dans plusieurs lieux culturels de la ville.

En ce début d’après-midi, les participants avaient rendez-vous à la médiathèque Louis-Aragon pour entamer un rallye poétique placé sous le signe du jeu et du mystère.

Tests à l’aveugle pour cette maman et son fils, qui doivent reconnaître et identifier différents sons et rythmes africains.

Tous les chemins mènent à l’Afrique… et à la Maison des arts, où les Balnéolais, livret ludique en main, ont tenté de résoudre les énigmes proposées à l’occasion de l’exposition consacrée aux artistes issus de l’aire Caraïbes.

Fabienne Oudart, chargée d'enseignement à la Maison des arts, prépare avec minutie les motifs d’une fresque artistique qui sera présentée quelques heures plus tard à la médiathèque dans le cadre d’une restitution.

Armée de pots de peinture et de crayons, Laurence Vidil, professeur d’arts plastiques à la Maison des arts, supervise avec bienveillance le travail des volontaires qui élaborent la fresque collective.

Éric Wetzel, directeur de la Maison de la musique et de la danse, y va de son couplet poétique, en participant activement à une lecture musicale.

Sous la direction de François Lamotte, directeur artistique de Mimesis, compagnie de théâtre établie à Bagneux, Emmanuel, 7 ans, accompagné d’un musicien jouant de la clarinette, s’adonne à la lecture de poèmes africains.

Malgré la pluie, le public s’était de nouveau donné rendez-vous en fin d’après-midi, à la médiathèque, pour des retrouvailles poétiques, en famille ou avec des amis.

Des moments de partage et d’écoute, de joie et d’émotion, à l’image de cette complicité entre une fille et son papa, venus interpréter le répertoire des poètes africains, à la médiathèque, lors de scènes ouvertes.

D’épreuve en épreuve, de collage en collage… voici le résultat final de la fresque conçue par les participants qui, pour l’occasion, ont rivalisé de créativité et de malice pour parvenir à leurs fins artistiques.

À l’occasion d’un cadavre exquis animé par le slammeur Nen, les participants ont joué avec les sons et les rythmes pour composer un poème participatif.

Portrait René Denoor

L’amour de la pierre

D’apprenti à appareilleur principal, ce médaillé de l’Académie d’architecture a taillé les pierres mais aussi sa réputation locale et nationale. Ce qui lui vaut d’être considéré comme l’un des spécialistes des monuments historiques.

Chez les Denoor, la passion du bâtiment se transmet de père en fils. La forge, la charpente, la couverture, la plomberie, la maçonnerie, la pierre de taille, on connaît bien dans la maison. "Moi, j’ai appris mon métier sur le tas". René Denoor, 85 ans, aujourd’hui retraité, est intarissable lorsqu’il s’agit d’évoquer son métier. "Avec mon père, j’avais seulement 13 ans et je pratiquais le tacheronage. Nous frappions de porte en porte pour proposer nos services". Ces "free-lance" de l'époque, rémunérés à la tâche ou au forfait se taillent ainsi une belle réputation, au point que le jeune René finit par se faire débaucher par un patron ! Prudent, ce dernier lui conseille néanmoins de poursuivre son activité avec son père et l’incite à poursuivre son apprentissage en cours du soir, à l’École spéciale des travaux publics du bâtiment et de l'industrie, à Paris. Au programme : dessin d’architecture et, entre autres, mathématiques appliquées à la profession. C’est l’entreprise Devillette, spécialisée en travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment, qui flaire la bonne affaire en ouvrant ses portes au jeune apprenti. Toutefois, lors de l’entretien d’embauche, René Denoor, 16 ans, doit batailler à cause de son âge : "Vous me paraissez bien jeune pour ce poste d’appareilleur, mon petit, lui glisse ainsi le responsable. Vous savez au moins ce qu’est, un gabarit ?" Réponse audacieuse de l’intéressé : "Oui, monsieur. Maman est couturière et c’est moi qui lui fait ses patrons !" Quarante-trois ans de bons et loyaux services plus tard, entrecoupés d’un interlude de six ans au sein d’une autre société, René grimpe tous les étages de l’ascenseur social : aide-appareilleur, apprenti calepineur, appareilleur, appareilleur principal, responsable de service… En 1967, l’entreprise délocalise une partie de son activité à Bagneux, où "je suis devenu responsable de l’atelier de taille de pierre et marbrerie", se remémore-t-il avec fierté. Depuis le Moyen-âge, la pierre de Bagneux est recherchée pour ses qualités esthétiques et pratiques. On la retrouve d'ailleurs dans bon nombre de monuments parisiens. "Quand l’appareilleur principal est décédé, on m’a rapatrié au siège parisien pour occuper le poste de responsable du département Pierre et marbre", tout en conservant un œil sur l’activité balnéolaise. Une belle promotion pour celui qui deviendra également responsable du bureau d’études, tout en continuant à suivre des cours "en architecture, ressources humaines et parole en public".

Mais Papy, tu as construit tout Paris !
"Un jour, mon patron me convoque pour me dire que je n’avais plus rien à prouver sur les chantiers. Il m’a nommé conseiller technique auprès des architectes et m’a incité à participer au bureau des métreurs pour coordonner les études de pierre", s’enthousiasme René qui, par la suite, deviendra maître d’apprentissage et membre du jury d’examen aux CAP, BEP et BP en Taille de pierre marbrerie ainsi que pour la spécialité Monuments historiques. Une activité qu’il prolongera même après sa retraite professionnelle, dispensant son savoir-faire jusqu'en 2015, dans le domaine des monuments historiques, au lycée Saint-Lambert, là même où il avait reçu sa première formation. Un joli retour aux sources et une manière élégante et utile de boucler la boucle pour un homme rigoureux et humble, dont le CV impressionne : abbaye aux Dames et aux Hommes (Caen), cimetières anglais en Normandie (au nombre de 22 précisément), Hôtel-Dieu de Troyes, Château de Versailles et son Grand-canal, Invalides, Bibliothèque nationale de France, ministère des Affaires étrangères, grandes cascades du parc de Saint-Cloud, manufacture de Sèvres… "Mes petits-enfants me répètent souvent : mais Papy, tu as construit tout Paris !" Construit, peut-être pas, mais entretenu et sauvegardé, à coup sûr !
René Zyserman

BIO EXPRESS

10 novembre 1931
Naissance à Noisy-le-Sec (93)

1er avril 1993
Retraite professionnelle

1993-2015
Formateur au lycée Saint-Lambert

Mais aussi :
• Président des appareilleurs de France
• Membre de la sous-commission nationale Taille de pierre
• Membre du jury aux Olympiades des métiers de la pierre et au concours des Meilleurs ouvriers de France
• Membre du jury au concours général

Conseils pratiques

HANDICAP
Aménager son logement

Quel que soit notre âge, le handicap peut survenir et nécessiter l'adaptation de notre logement. Mais aménager sa salle de bain ou ses toilettes, automatiser la fermeture de ses volets, installer une rampe d'accès ou un chemin lumineux pour continuer à vivre chez soi s'avère souvent coûteux. Il est donc important de connaître les aides financières qui peuvent être mobilisées.
Pour les locataires, la première démarche à entreprendre est de contacter leur bailleur. Dans certains cas, celui-ci prend en charge les travaux, faute de quoi il faut impérativement qu'il donne par écrit son accord au locataire pour entreprendre un aménagement. Ensuite tout dépend de l'âge de la personne concernée.
En dessous de 60 ans, c'est la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) qui doit intervenir : elle envoie un ergothérapeute évaluer les besoins d'adaptation du logement, puis, sur présentation des devis correspondants, elle verse une prestation de compensation couvrant, au moins en partie, le montant de l'aménagement. Il est fortement conseillé de se rapprocher du CCAS de Bagneux ou de la Mairie annexe pour vous aider à monter votre dossier auprès de la MDPH.
Si le handicap survient après 60 ans, la MDPH n'est pas compétente. Il faut solliciter d'autres organismes tels que l'Agence nationale de l'Habitat (ANAH) pour les propriétaires, ou la fédération Soliha pour les locataires ou propriétaires. Là aussi le CCAS, la Mairie annexe ou l'antenne balnéolaise du centre local d'information et de coordination (CLIC) de Vallée Sud - Grand Paris peuvent utilement vous conseiller et vous aider.
• CCAS : Hôtel de ville, 01 42 31 60 12
• Mairie annexe : 8 résidence du Port Galand, 01 45 47 62 00
• CLIC : Résidence du Clos-Lapaume, 01 42 31 68 76
• MDPH : 2 rue Rigault à Nanterre, 01 41 91 92 50
• Anah : 08 20 15 15 15
• Soliha : 08 12 13 14 15

JEUNESSE
La soirée des collégiens

Après l’immense succès de la première édition l’an dernier, les jeunes du conseil local de la jeunesse ont décidé de rééditer le bal des collégiens. Intitulé The night dream, la soirée où l’impossible devient possible, il se déroulera samedi 29 avril, de 18h30 à 23h, à l’espace Marc-Lanvin. Il s’adresse aux jeunes de 12 à 16 ans scolarisés ou habitant la ville. L’entrée est gratuite mais sur inscription car le nombre de places est limité. Les autorisations parentales seront envoyées aux parents une semaine avant l’événement. Au programme : musique mixée par un DJ, groupe de rap, élection de miss et mister "The night dream", photos, cadeaux, cocktail, repas… tous les ingrédients pour passer une excellence soirée. Attention ! Pour entrer, une tenue chic est exigée !
Inscriptions jusqu’au 18 avril à l’espace Marc-Lanvin, 22 rue Blaise-Pascal

Élections
Ce qu'il faut savoir pour voter

Le premier tour de l'élection présidentielle a lieu dimanche 23 avril. Pour participer à ce scrutin très important, il vous suffit de vous présenter à votre bureau de vote muni d'une pièce d'identité valide, entre 8h et 20h. La carte d'électeur n'est pas obligatoire, mais vous permet de connaître votre bureau et de fluidifier le vote. Une nouvelle carte a été envoyée à tous les inscrits. Les jeunes qui atteignent leur majorité cette année recevront la leur quelques jours avant le scrutin. Si vous êtes absent le 23, vous pouvez donner une procuration à n'importe quel électeur votant sur la ville. Pour cela vous devez vous rendre au commissariat et y remettre un formulaire que vous pouvez remplir et télécharger sur service-public.fr, rubrique "papiers-citoyenneté". Votre mandataire se présente le jour du scrutin avec sa pièce d'identité et ne peut avoir qu'une seule procuration. Pour la transparence du vote, vous êtes invité à participer au dépouillement. Les résultats seront proclamés au soir de chacun des deux tours à l'espace Léo-Ferré.

La carte des bureaux de vote

On a testé pour vous

L’atelier d'urban foot
S'initier au futsal avec l'école municipale des sports

Sport aujourd’hui en pleine expansion, notamment chez les jeunes et les féminines, le futsal, né en 1930 en Amérique du Sud, est une activité ludique, intense, spectaculaire et éducative.

De nombreuses stars du ballon rond comme le "roi" Pelé, Messi, Kaka mais aussi Ronaldinho se sont adonnées au foot en salle pour parfaire leur aisance technique, avant de transposer leur savoir-faire sur le gazon vert. Allons donc faire un petit tour au gymnase Henri-Wallon pour repérer les futurs Cristiano Ronaldo et autres Xavi, lors des ateliers "urban foot" destinés à une trentaine de jeunes enfants (3-12 ans) et organisés chaque mercredi après-midi par le club de Bagneux futsal (D2 National), en partenariat avec l'école municipale des sports. Au menu : ateliers de coordination-motricité, technique et duels. Au gymnase, ça vibre, ça court partout, ça respire le foot. Sous la houlette d’Abdoul, responsable du pôle jeunes, aidé de son adjoint Momo et d’autres éducateurs diplômés, les enfants enchaînent les sauts au-dessus des mini-haies, les slaloms autour des plots et des cônes de sport, les courses autour des cerceaux, combinant éducation technique, vitesse d’enchaînement et surtout… plaisir. Créée en octobre dernier, l’école de futsal est un vrai succès, enregistrant l’adhésion de nombreux "tigrous" (l’emblème des jeunes du club) venus exécuter leur premier dribble ou passer un moment agréable avec leurs copains. Comme, Ahmed, 12 ans, qui adore "les tirs aux buts et aussi l’atelier attaque-défense". Voilà plusieurs années que Nour, Mohamed, 9 ans, et Priscillia, 11 ans, pratiquent le football, mais pour eux, le fustal s’est avéré "une véritable découverte, sur une surface plus réduite". Ce qu’ils adorent tous ? "Bouger, dribbler, toucher beaucoup le ballon", ce qui nécessite "plus d’efforts, plus de courses, de vivacité et de technique aussi", rappelle Orkhane, 11 ans. Flanquée du maillot du PSG, la petite Odelia, 7 ans, a une petite préférence pour l’atelier motricité, où elle "court, court et court" sans s’arrêter. Pas de doute, le futsal, c’est aussi bon pour la santé.
René Zyserman
Service municipal des Sports : 01 42 31 60 60

Notre initiateur
Abdoul, 31 ans, éducateur sportif

"Le futsal véhicule des valeurs éducatives, culturelles et sociales, souligne l'ancien joueur de CFA 2 (quatrième division) et responsable de la section Jeunes au Bagneux futsal. Lors de ces ateliers, nous travaillons pour que les enfants prennent non seulement beaucoup de plaisir, mais puissent acquérir les gestes esthétiques et techniques, comme la frappe, la maîtrise du ballon et la coordination, mais aussi l’apprentissage de l’activité physique dans le respect, la convivialité et un esprit fair-play, car le futsal est un outil de socialisation et d’éducation".

Vie de la ville

Infos travaux

Avenue Aristide-Briand
Le conseil départemental procède actuellement et jusque fin mai, à des travaux de nuit pour refaire le tapis de la chaussée entre la rue de Verdun et la rue du Port Galant, dans les deux sens. La circulation y sera difficile pendant les phases d’interventions de nuit (22h-5h). D’autre part, à la demande de la Ville, un carrefour va être créé à la sortie de la rue des Meuniers, pour permettre aux véhicules de tourner à gauche sur l’avenue et remonter vers Paris.

Rue de la Sarrazine
Depuis le 20 mars et durant cinq semaines, le Syndicat des eaux d’Île-de-France réalise des travaux de renouvellement du réseau d’eau potable, impliquant une déviation du trajet des bus dans le sens descendant empêchant la desserte des arrêts Frères-Lumière et Bas-Coquarts.

Que signifient ces panneaux ?
Conformément au règlement interdépartemental de défense extérieure contre les incendies, des panneaux indiquant les points où les pompiers peuvent se raccorder en cas d’intervention ont été posés un peu partout dans la ville. En parallèle la Ville procède au renouvellement des bornes incendies les plus anciennes.

Salon des produits du terroir et foire horticole
Vins, charcuterie, fromage, truffes… Samedi 29 et dimanche 30 avril, la place Dampierre accueillera le Salon des produits du terroir, organisé par la Confrérie balnéolaise des Chevaliers de Bacchus en partenariat avec la Ville. Une quarantaine d’exposants proposeront des spécialités gastronomiques de toutes les régions françaises. De quoi satisfaire toutes les papilles !
La rue de la République se transformera quant à elle en marché aux fleurs le temps d’une journée, le samedi, durant laquelle les jardiniers amateurs pourront trouver tout ce qu’il faut pour embellir jardins, balcons et façades. Les employés du service municipal des espaces verts seront présents pour donner quelques conseils avisés sur la culture des plantes et offrir du terreau horticole.
• Salon des produits du terroir : samedi 29 avril de 10h à 19h et dimanche 30 avril de 10h à 18h 
• Foire horticole : samedi 29 avril de 9h à 18h

Le maire dit non aux expulsions locatives sans solution de relogement
Le 31 mars marque chaque année la fin de la "trêve hivernale", qui menace de nombreuses familles en situation d'impayé de loyer d'être expulsées de leur logement. Marie-Hélène Amiable a donc signé, le jour-même, un arrêté municipal exigeant qu'aucune expulsion n'ait lieu sans une solution de relogement immédiat. Le maire demande ainsi à l'État de se conformer à la constitution ainsi qu'à la loi, qui lui font obligation de garantir le droit au logement pour tous. Selon le dernier rapport de la Fondation Abbé-Pierre, "le nombre d’expulsions locatives avec le concours de la force publique a atteint son record en 2015, avec 14 363 expulsions, un chiffre en hausse de 33 % par rapport à 2006". Ce phénomène ne touche d'ailleurs plus seulement les ménages les plus fragiles. Les "accidents de la vie", souvent liés à l’emploi (licenciements, vacations, intérim…) affectent une très large partie de la population.

Éveiller les tout-petits

Les trois premières années de vie sont déterminantes pour un enfant, que ce soit pour sa santé, sa croissance ou son développement. C’est aussi durant cette période qu’ils apprennent le plus rapidement, il est donc essentiel de leur proposer des activités stimulant leur apprentissage. Dans les structures de la ville dédiées à la petite enfance, de nombreux ateliers leur sont proposés : arts plastiques, éveil musical, danse, cuisine, animations autour du livre à la médiathèque, préparation des fêtes de fin d’année… Ils ont même préparé un flashmob pour le Forum de la petite enfance qui a eu lieu le 18 mars et qui a réuni plus de 1 000 participants ! Ces activités sont financées par la Ville et par des subventions du conseil départemental.

Vive le lycée !

Pour fêter l'arrivée prochaine du lycée (lire p. 10), la municipalité avait invité les Balnéolais à se rassembler sur le site des Mathurins samedi 25 mars. Accompagnés par une fanfare et sous une pluie de confettis, les habitants ont pris la pose pour un selfie géant, avant de trinquer tous ensemble à cette excellente nouvelle pour la ville, tombée le mois dernier. Aux côtés de Marie-Hélène Amiable et des élus municipaux, Gilles Leroy, Prix Goncourt 2007 et soutien de la première heure du projet, a tenu à saluer cette belle victoire pour l'égalité des chances. Après ce moment festif convivial, chacun est reparti avec une photo de sa participation à la campagne "Mobilycée-vous", un souvenir de ce moment essentiel pour l'avenir de la ville et de sa jeunesse.

Échanges sur la future école Robespierre
Jeudi 16 mars se tenait le conseil de quartier Champ des oiseaux. La construction d’une école dans le parc Robespierre a été l’un des sujets majeurs abordés. L’école, qui comptera vingt classes de maternelles et élémentaires, serait ouverte sur le parc et pourrait servir d’équipement de quartier. Les locaux seraient utilisés aussi bien par les centres de loisirs que par les habitants ou associations. "Nous imaginons aussi développer une trame verte reliant les espaces verts et les équipements aux métros, a expliqué Rafaëlla Fournier, qui travaille à la direction de l’aménagement urbain. Ainsi les espaces verts pris par l'école seront compensés." Favoriser la venue des parents à pied pour déposer leurs enfants plutôt qu'en voiture, c'est une autre piste de réflexion que le conseil de quartier pourra creuser. La mairie souhaite l’associer au projet en écoutant ses idées. L’entreprise et le projet d’architecte seront retenus en juin après un appel d’offre.

Pensez à vos certificats médicaux
La nouvelle saison sportive 2017-2018 arrive ! Sportives, sportifs (en clubs ou en loisirs), n’oubliez pas de passer votre visite médicale. L’OBS et son centre médico-sportif vous attendent. Prenez dès maintenant rendez-vous (même pour les mois de septembre, octobre ou novembre). Dès le mois de mai, les visites médicales sont possibles sur rendez-vous de 14h à 19h30.
Office balnéolais du sport : 37 rue des Blains, 01 49 65 69 65, obs.bagneux92@wanadoo.fr, obs-cms-bagneux92.fr

Trouver un job d'été
Comme chaque année, le Bureau Informations Jeunesse (BIJ) et la Mission locale vous aident à trouver un job d'été. Le rendez-vous avec les recruteurs aura lieu cette année à Fontenay-aux-Roses et se prépare dès maintenant avec les acteurs présents sur la Ville.
Mercredi 26 avril de 14h à 18h, antenne de Fontenay-aux-roses de la Mission locale, 23 avenue Lombart, 01 41 87 92 10
Antenne de la Mission locale à Bagneux : 01 46 56 78 79
BIJ : 01 45 36 44 70

Un projet citoyen et artistique au collège Barbusse
Les élèves de la classe de 6ème du collège Henri-Barbusse ne pourront plus dire qu’ils ne connaissent pas les équipements municipaux. En février dernier, ils ont visité le Bureau information jeunesse (BIJ), puis la Maison des arts, la médiathèque, et achevé leur visite citoyenne, le 6 mars, par l’espace Marc-Lanvin. Conçu par Diana Beaume, leur professeur de français et Magüi Trujillo, artiste-photographe, en partenariat avec le BIJ, ce projet intitulé Nous sommes jeunes et nous voulons réaliser nos rêves a permis aux collégiens de "se familiariser avec les lieux de ressource qui leur sont dédiés et de prendre conscience des missions du service public", insiste Guy-René Adhouh, responsable de l’équipe d’animation du BIJ. Ils ont aussi découvert le monde de la photographie en réalisant eux-mêmes leurs propres clichés. "J’ai voulu mener une réflexion identitaire qui leur permet de dépasser le déterminisme social, complète Diana Beaume. Non, résider à Bagneux n’est pas une tare mais une opportunité. Ce projet où l’écriture et la photographie sont étroitement mêlés leur permet aussi de s’interroger sur eux-mêmes : qui suis-je ? quelle est ma place ? quel est le voyage de ma vie ?".

Un caviste s’installe dans le centre-ville
Un nouveau commerce a ouvert ses portes avenue Henri-Ravera, au mois de février. Il s’agit d’un vendeur de vins et spiritueux, arborant l’enseigne Vins & Partages. Ancien comédien, son gérant, Nicolas Davy, a décidé il y quelques années de se consacrer entièrement à sa passion du vin et de ce qu’il procure : des moments de vie, de communion entre amis ou en famille. Après s’être formé à l’université du vin de Suze-la-Rousse et avoir travaillé dans de grandes caves parisiennes, il s’est installé à son compte il y a peu. "90 % des vins que je propose sont bios, ils viennent de toutes les régions de France, sauf du Jura pour l’instant, précise-t-il, j’envisage aussi d’avoir dans un proche avenir du vin européen, surtout espagnol, italien, allemand et grec, et compléter au fur et à mesure le choix de spiritueux". Pour accompagner tout ça, Nicolas Davy propose aussi quelques produits d’épicerie fine, essentiellement de la charcuterie et du fromage. Il organise régulièrement des dégustations pour faire découvrir aux Balnéolais des crus méconnus, toujours dans un esprit de partage et de convivialité.
Vins & Partages : 9 avenue Henri-Ravera, 01 46 05 48 28 et le dimanche de 10h à 13h

Le collège Joliot-Curie organise des rencontres passionnantes …
Un orphelin élevé en famille d'accueil, devenu patron d'une filiale d'Areva après avoir inventé un médicament contre le cancer. Une jeune maman qui passe son bac en élevant ses deux enfants, parce qu'elle ne l'a pas fait plus tôt et qu'elle ne veut pas passer sa vie à coller des timbres. Un élève décrocheur, sauvé de la délinquance grâce à la main tendue d'un chaudronnier et qui finit par devenir "conducteur" d'une centrale électrique d'EDF. Ce matin-là, au Bureau information jeunesse (BIJ), les collégiens de Joliot-Curie boivent littéralement les paroles des six adultes venus leur raconter leur parcours accidenté. "Depuis six ans nous organisons ces rencontres chaque année en lien avec le service Jeunesse de la Ville pour tous les élèves de 3ème", explique la principale, Virginie Abate, qui les accompagne. Une façon efficace de convaincre les enfants que rien n'est joué d'avance et que rien n'est plus important que de se donner les moyens de choisir sa vie. Message reçu 5 sur 5 par les élèves, qui d'ailleurs ne manquent pas d'ambition : ils veulent devenir ingénieur informatique, préparateur automobile ou travailler dans l'aéronautique. Il n'y a plus qu'à !

… et signe un partenariat d'excellence avec Lakanal
Un partenariat d'excellence a été signé en janvier dernier entre le collège Joliot-Curie et le prestigieux lycée Lakanal. Initié par Mme Poisson, qui fut professeure d'anglais du collège balnéolais avant de devenir professeure des classes préparatoires aux grandes écoles à Sceaux, ce partenariat permet à huit élèves de 3ème d'être guidés vers la réussite. Ces élèves, sélectionnés parmi les meilleurs et les plus motivés du collège, seront en effet accompagnés par des étudiants des classes préparatoires de Lakanal qui deviendront leurs tuteurs pendant leurs trois années de lycée, quel que soit leur établissement. Ils découvriront ainsi les études supérieures possibles et pourront assister à quelques cours de prépa, afin de choisir leur orientation post-bac en toute connaissance de cause. Virginie Abate, principale du collège Joliot-Curie et Patrick Fournie, proviseur du lycée Lakanal ont signé ce partenariat dans l'enceinte du lycée en présence des élèves concernés, de leurs parents et de leurs professeurs.

Site internet

Réunion sur l'évolution du marché village à dampierre
Afin de redynamiser le marché Village, la municipalité a lancé via le site internet de la Ville une grande consultation, de mai à septembre 2016, sur le jour le plus propice à la fréquentation de ce marché central. Il est apparu que 66,5 % des répondants préféraient que le marché se tienne le samedi matin plutôt que le vendredi soir. Or, un marché plus fréquenté est aussi un marché plus susceptible d'attirer des commerces diversifiés et de qualité. Afin de présenter aux habitants le projet de changement de jour du marché, une réunion publique est organisée ce mois-ci en présence de Marie-Hélène Amiable.
Mardi 18 avril, à 19h, à l'ancienne mairie

La crêperie Blé en scène change de concept
Patrick Montanes, propriétaire du Blé en scène (10 avenue Henri-Ravera) a cédé le concept de crêperie qu’il avait développé à Bagneux, Châtillon, Antony et Chaville. Le restaurant de Bagneux va prendre le nom de La Côte à l’os, avec un menu axé sur la viande et la cuisine traditionnelle française. Qui dit nouveau concept dit nouvelle décoration : le restaurant balnéolais sera fermé du 17 au 30 avril pour mieux rouvrir en mai.

ÉcoQuartier Victor-Hugo : des projets à voir
Au mois d’avril, la Maison des projets accueillera trois expositions présentant des projets de construction de bureaux et de logements dans la ZAC ÉcoQuartier Victor-Hugo pour des permis de construire qui seront déposés au printemps :

Maison des projets, 28 avenue Henri-Barbusse, 01 41 98 41 80
Permanences le mardi soir de 16h30 à 19h30 en présence des architectes, promoteurs et bailleurs.

De Nouvelles réhabilitations dans le quartier Sud
À leur tour, deux immeubles du quartier Sud nécessitant d'être rénovés (1 rue des Tertres et 21 rue des Cuverons) vont connaître une réhabilitation complète dans les mois qui viennent. Le projet a été présenté aux locataires le 15 mars dernier par IDF-Habitat, qui a racheté le patrimoine de la Semaba en juillet 2016. Il est prévu, pour l’ensemble de ce projet, un investissement de 7 millions d'euros, dont 1,8 million d'euros versés par l'Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) et 1 million d'euros par la commune, le reste étant financé par des emprunts du bailleur. Construites en 1959 par des architectes de renom, Guillaume Gillet et André Gomis, les deux tours verront leur performance énergétique passer du niveau E au niveau C, leur accessibilité, leur sécurité et leur image seront remises aux normes d'aujourd'hui, tout en conservant leurs qualités architecturales. Les façades sud, trop légères, seront reprises en maçonnerie, les ascenseurs seront changés, des double vitrages qui filtrent les radiations solaires seront installés ainsi que des volets roulants et des brise-soleil. Dans les appartements, l'électricité, les salles de bain, les WC, les cuisines seront refaits et les chauffe-bains remplacés. Représentant un coût global d'environ 35 000 euros par logement, l'opération ne devrait rien coûter aux locataires, les baisses de charges devant compenser la hausse des loyers pour garder un montant de quittance identique. Si les locataires approuvent la démarche, les travaux pourraient commencer en septembre et se terminer fin 2018. Avant, IDF-Habitat rencontrera les locataires individuellement et assure que le chantier sera coordonné pour minimiser les nuisances et la durée des travaux dans chaque logement.

 

Pour signaler un dépôt sauvage ou une dégradation du domaine public, demander une corbeille ou un distributeur de sacs pour les déjections canines, appelez le service propreté de la Ville : 0 800 850 857 - Appel gratuit depuis un poste fixe

Pour vos questions pour la collecte et le tri, commander un lombricomposteur au prix de 9 € afin de transformer vos déchets de cuisine en engrais naturel, ou demander une participation à l'achat d'un composteur, appelez Vallée Sud-Grand Paris : 0 800 02 92 92 - Appel gratuit depuis un poste fixe

Du côté des TAP
Jusqu’au mois de juin, Bagneux infos vous propose de découvrir chaque mois, en vidéo, une activité proposée aux enfants dans le cadre des temps d’activités périscolaires (TAP) que finance la Ville. Ce mois-ci : la cinquième édition du "projet 100", porté par l’Éducation nationale et conduit de concert par les enseignants, les parents, les accueils de loisirs et l'équipe des TAP de l’école maternelle Paul-Vaillant-Couturier. À l’occasion des 100 premiers jours d’école, plusieurs activités autour du nombre 100 sont proposées : ateliers bouchons, billes magnétiques, chaussettes, lettres coloriées, un lâcher de ballons… Le but ? Intéresser les élèves aux grands nombres de manière ludique et intéresser les familles aux activités de l’école. On demande aux parents de récupérer 100 petites choses pour créer chacun une œuvre avec ses enfants, qui prendra place dans une exposition.

Voir la vidéo

Une concertation riche et productive
Samedi 25 février, les Balnéolais étaient invités à donner leur avis sur l’aménagement des espaces verts autour du théâtre Victor-Hugo. Plus d’une centaine d’habitants, anciens comme nouveaux, des représentants d’associations, des riverains, des familles sont venus rencontrer les paysagistes du cabinet Arte Charpentier en charge du projet, pour discuter et émettre des propositions, après une visite sur site. Des jeux originaux pour tous les âges en lien avec le thème des arbres dans le jardin d’enfants ; une ruche et un poulailler dans les jardins potagers partagés ; un jardin boisé avec un minimum de liaisons minérales pour laisser davantage de place à la verdure ; un parvis très végétalisé devant le théâtre, la future crèche et l’allée des Terres abonnées… Les participants ont été force de propositions originales et intéressantes, que les paysagistes vont prendre en compte pour retravailler le projet. Les jardins potagers partagés vont faire l’objet d’un chantier participatif. Un groupe de travail doit être créé lors d’une prochaine réunion d’ici le mois de mai avec une visite d’autres jardins partagés qui sera organisée.
Renseignements : Maison des projets, 28 avenue Henri-Barbusse, 01 41 98 41 80, maisondesprojets@mairie-bagneux.fr

Un week-end dans le Val de Loire
La Fédération nationale des anciens combattants d'Afrique du Nord (FNACA) propose un week-end dans le Val de Loire au profit de ses œuvres sociales les 27 et 28 mai prochains. Au programme : visites du zoo-parc de Beauval puis du Cadre Noir de Saumur et de la ville, suivies d'un spectacle équestre de gala. Transport, hébergement, restauration, visites et spectacles sont compris.
Informations et inscriptions : 3 rue Gabriel-Cosson, tous les dimanches de 10h30 à 12h, 01 42 53 97 70
Tarif : 225 euros par personne

Voyage dans le temps
Se plonger grâce au numérique dans une collection d'images anciennes, c'est ce que propose désormais le site du Département. Le tramway, le pont des Suisses, le jardin d'enfant du Champ des Oiseaux... Près de 50 cartes postales représentant différentes vues de Bagneux depuis 1900 sont consultables en ligne. Libres de droit, elles peuvent même être imprimées et utilisées par chacun comme bon lui semble. En tout, cette collection appelée à grandir encore contient 10 500 images couvrant les 36 communes des Hauts-de-Seine.

Les cartes postales

Pharmacies de gardeDimanche 9 avril
Pharmacie Mai
56 avenue de Bourg-la-Reine
01 46 64 59 73

Dimanche 16 avril
Pharmacie de la Madeleine
16 allée de la Madeleine
01 46 63 53 74

Lundi 17 avril
Pharmacie Dampierre
2 place de la République
01 42 53 18 65

Dimanche 23 avril
Pharmacie Galien Santé
11 rue de Turin
01 42 53 07 99

Dimanche 30 avril
Pharmacie de la Fontaine
4 place de la Fontaine Gueffier
01 74 34 95 97

Lundi 1er mai
Pharmacie du Rond Point
6 avenue Victor-Hugo
01 46 65 87 32

Projet urbain

Blanchard-Croizat-Fortin  l'avis citoyen est constitué

Le 17 mars, la Ville a procédé place Dampierre au tirage au sort des membres de l’avis citoyen du projet Inventons la Métropole (photo). Habitants, commerçants et acteurs locaux ont pour mission de contribuer à l’enrichissement des trois projets retenus en février dernier par le jury métropolitain pour l’aménagement du quartier situé de part et d’autre du rond-point Ambroise-Croizat (lire Bagneux infos de février, p. 31). Avec l’accompagnement du CAUE92 (Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement des Hauts-de-Seine), ils se réuniront plusieurs fois d’ici l’été prochain pour exprimer des recommandations sur les projets retenus et les innovations proposées par les équipes candidates : formes urbaines, agriculture urbaine, développement durable etc. L’avis citoyen sera finalement transmis aux représentants de la commune au sein du jury métropolitain, qui désignera à l’automne prochain le projet lauréat. Outre ce projet balnéolais, 56 autres sites ont été retenus pour incarner la force d’innovation de la Métropole du Grand Paris.

Côté métros
M4 - Le chantier avance sous l’avenue de Stalingrad

Afin d’assurer la sécurité des interventions en souterrain et de maintenir le calendrier, la RATP a modifié ses horaires. Le rythme de travail des entreprises s’est intensifié, et les horaires de chantier sont passés en 3 x 8, les ouvriers sont donc présents 24h sur 24 du lundi au vendredi, sous l’avenue Stalingrad.
Le tunnel avance vers la future station Verdun Sud (nom provisoire de la station) : les engins creusent, les arceaux se placent et le béton enduit les parois. 100 m de tunnel ont déjà été creusés sous l’avenue de Stalingrad (photo), tandis que la galerie de traitement des terrains se termine et que le creusement de la future station progresse.
Suivez l’actualité du chantier sur prolongement-m4.fr

Ligne 15 - L'innovation commerciale près des futures gares

Les lauréats de l’appel à projets innovants "Le Grand Paris des services et commerces de proximité" ont passé avec succès l’étape de l’expérimentation. Ils se préparent maintenant à un déploiement à plus grande échelle. En juin dernier, la Société du Grand Paris sélectionnait les cinq lauréats de son premier appel à projets. Objectifs : faire émerger des solution innovantes pour développer l’activité des services situés aux abords des chantiers du Grand Paris Express, mais également imaginer de nouveaux modes de commercialisation. Après plusieurs mois d’expérimentation sur le terrain pour tester et ajuster leurs propositions, les porteurs de projet entament désormais la phase pilote. "Les initiatives testées ces derniers mois pour dynamiser la vie des quartiers de gare ont mobilisé commerçants et riverains, et démontré leur potentiel, se réjouit Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris. Lors de cette nouvelle étape, les entrepreneurs pourront déployer leur entreprise à plus grande échelle, au service des commerçants et des riverains."

» Societedugrandparis.fr/actualite

Sortir à Bagneux Haut de page


THÉÂTRE VICTOR-HUGO
Anne Roumanoff : l’humour aide à supporter le réel

Pourquoi ce titre emprunté à… Jésus-Christ ?
Le titre de mon spectacle, c’est "Aimons-nous les uns les autres", Jésus c’est "Aimez-vous les uns les autres", il y a une petite nuance (rires). Que ce soit en amour, dans le travail ou en famille, l’amour est une chose merveilleuse mais pas toujours facile à vivre. S’il y a un message dans ce spectacle, c’est qu’il faut malgré tout essayer.
 
Vous abordez des questions telles que la phobie administrative, le pessimisme français. Que souhaitez-vous montrer, faire passer comme message ?
Les gens viennent pour rire, pas pour que je leur fasse passer des messages. L’idée, c’est rions-en plutôt que d’en pleurer. C’est vrai qu’il y a une forme d’humanité derrière mon humour mais en même temps, on ne fait pas rire avec des bons sentiments.
 
On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui, disait Pierre Desproges. C’est toujours le cas ?
Oui, je pense que l'on peut rire de tout, après tout dépend de la manière d'aborder les choses, chaque humoriste a sa propre sensibilité. Et puis le curseur bouge selon les époques. Dans les années 1990, le public était un peu puritain avec les blagues sur le sexe, alors que maintenant plus personne ne s'offusque de rien. Concernant tout ce qui touche aux races et aux religions, c'est devenu super touchy, mais ça n'est pas pour ça qu'on n'a pas le droit d'en parler, au contraire.
Justement, le vivre-ensemble, est-ce encore d’actualité aujourd’hui, selon vous ? Comment l’améliorer ?
C’est plus d’actualité que jamais. Il faut essayer d’accepter l’autre dans ses différences.

Comment jugez-vous la situation politique actuelle ?
On vit une période troublée, surprenante où tout parait possible surtout le pire. En tant qu’humoriste, on se doit d’être très vigilant, bien réfléchir à ce qu’on raconte, au sens profond de ce que l’on dit. C’est ce que je demande à mes chroniqueurs de faire dans mon émission "Ça pique mais c’est bon" sur Europe 1 tous les midis.
 
Un dernier mot sur Bagneux. C’est important pour vous de venir vous produire ici ? Que connaissez-vous de la ville, de ses valeurs ?
Je suis déjà venue plusieurs fois mais très franchement je ne connais pas du tout l’histoire de la ville. Je sillonne la France depuis 30 ans avec mes spectacles, je vais partout, dans les grandes salles, les moyennes salles, les petites salles et j’ai la chance que ce soit plein quasiment partout.

Propos recueillis par René Zyserman

One-woman-show
Aimons-nous les uns les autres
Vendredi 28 Avril, à 20h30

THÉÂTRE VICTOR-HUGO
Oum ouvre les portes du Sahara

Comment dit-on "tapis" en marocain ? "Zarabi", nous répond la chanteuse Oum, dans son quatrième album. Ce nouvel opus rend un vibrant hommage à toutes ces femmes du désert, et précisément à ces petites mains artisanales confectionnant des tapis colorés à partir de vêtements usagés fournis par la population locale. Une démarche artistique et écologique, qui a donc inspiré la belle dame de Casablanca, éprise de sons, de volumes et de couleurs. Quoi de plus légitime en effet pour une ancienne étudiante de l’École nationale d’architecture, qui a su tisser sa toile dans l’univers du soul-jazz pour nous conter de belles histoires écrites en darija, l’arabe dialectal marocain. Et nous dessiner de sublimes passerelles entre l’Afrique et l’Occident. Un voyage pluriel, oscillant entre souvenirs familiaux et émois artistiques. Un album multiple où l’âme du Maroc s’étire entre rythmes afro-cubains ou gnaouis (descendants d’esclaves issus d’Afrique noire), chants sahraouis, oud et autres trompettes jazzy. Avec sa voix soul, la chanteuse marocaine, que son album Soul of Morocco, avait révélée en France en 2013, est toujours en "mouvement", comme elle aime à le répéter, précisant que "le désir féminin" est au cœur de sa démarche artistique, où le mot "envie", loin d’être emprisonné, est au contraire révélé, exprimé et assumé. Pour Oum, le théâtre Victor-Hugo déroule ce mois-ci... le tapis rouge !
Concert
Samedi 22 avril à 20h30
Infos et réservations : 01 46 63 96 66, 01 41 17 48 12

Histoire et patrimoine Haut de page

Histoire de la Pierre plate 1

On trouve le lieu-dit la Pierre plate sur les plans du cadastre napoléonien de 1806 au Nord de la rue Jean-Marin-Naudin, entre les avenues Henri-Ravera et Aristide-Briand. D'où provient cette toponymie ? Deux hypothèses sont émises. Il pourrait s'agir d'un monument mégalithique de la période néolithique, similaire à la Pierre aux Moines de la forêt de Meudon. Mais on pense aussi que la Pierre plate évoquerait une pierre extraite des carrières du sous-sol, dont on sait que les bancs de calcaire minces produisent des pierres de seulement 35 à 50 cm d'épaisseur.
À cette époque, le paysage est bien différent d'aujourd'hui : des terrains en friche, des jardins, de petits chemins, pas d'habitations... Le cimetière parisien n'existe pas encore, puisqu'il sera créé en 1886. À partir de 1840, cette partie du territoire est réquisitionnée pour y construire, entre 1843 et 1845, le fort de Montrouge, élément des fortifications de Paris réalisées à l’initiative de Thiers, alors Président du Conseil. Le 5 août 1851, le fort est rattaché à la commune d’Arcueil. Il ne reste plus de la Pierre plate qu’un triangle entre le fort, le cimetière et la rue Jean-Marin-Naudin, dénommée à l’époque voie de Vanves à Arcueil.
Au début du 20ème siècle, le terrain entre le fort et le cimetière est loti, vendu à la parcelle constructible. Des voies sont créées, l’une d’entre elles est nommée rue de la Pierre plate. Des pavillons sont construits, de nouveaux Balnéolais s'installent dans ce nouveau quartier résidentiel.
Le Nord de Bagneux évoluera encore dans les années 1960 avec la construction de la Cité de la Pierre plate, de l'autre côté de la rue Jean-Marin-Naudin. Suite de l'histoire, le mois prochain...

Valérie MAILLET – valerie.maillet@mairie-bagneux.fr - 01 42 31 62 18

Sur les réseaux
Trois jeunes footballeurs balnéolais signent avec de grands clubs

C'est par ce tweet du 13 février dernier (ci-contre), posté par la Ligue Paris-Île-de-France de football, que nous avons appris la grande nouvelle : Mehdi Ganouni, jeune Balénolais né en 2004 (catégorie U13) vient de signer avec le prestigieux club du Paris-Saint-Germain ! En appelant Hassan Bourroum, son éducateur sportif au Club olympique multisports de Bagneux (COMB) afin d'en savoir plus, nous découvrons qu'en fait ce n'est pas un mais trois Balnéolais de cette génération qui viennent d'être recrutés par des clubs renommés. Outre Mehdi, il y a aussi Thomas Longue-Nsombe qui a signé avec Sochaux et Marley Milord qui vient de signer avec le club de Reims. Les trois garçons vont donc être pris en charge à 100 % par leurs recruteurs respectifs pour parfaire leur entraînement et leur éducation scolaire dans le but d'en faire de futurs champions. "C'est une génération exceptionnelle", confirme Hassan Bourroum. Leur belle équipe a tapé dans l'œil des recruteurs en remportant le championnat départemental en U10 et U11, puis en étant finaliste cette année. Ils sont également arrivés troisièmes en finale du championnat régional. Ganouni, Longue-Nsombe, Milord : retenez bien les noms de ces trois joueurs formés à Bagneux... ils n'ont sans doute pas fini de faire parler d'eux !

La page des enfants Haut de page

Que fait le président de la République ?

Dimanche 7 mai sera élu le 8ème président de la 5ème République française, pour une durée de cinq ans. Tous les Français âgés de 18 ans et plus, inscrits sur les listes électorales, pourront aller voter et choisir parmi onze candidats. Dans cette page, nous allons t’expliquer quelques-unes des missions du président de la République.

Il est le chef des armées et a le pouvoir d’utiliser l’arme nucléaire.

Il représente la France auprès des autres pays du monde et de leurs chefs d’État.

Il garantit l’indépendance de la Justice et veille au respect de la Constitution (1).

Il nomme le Premier ministre et les autres ministres du gouvernement proposés par le Premier ministre.

Il préside le Conseil des ministres tous les mercredis matins.

Il promulgue les lois votées par l’Assemblée nationale et le Sénat, étape nécessaire pour qu'elles soient appliquées.

Il peut lancer un référendum (2).


(1) La Constitution est l’ensemble des textes déterminant l’organisation et le fonctionnement de l’État français.
(2) Un référendum est une question posée aux électeurs sur une proposition, à laquelle ils doivent répondre par oui ou par non.

Onze candidats se présentent à l’élection présidentielle 2017 » Premier tour : dimanche 23 avril

Les deux candidats ayant obtenu le plus de voix accèdent au second tour. » Second tour : dimanche 7 mai

Le candidat arrivé en tête est élu président de la République.

Évènements du mois Haut de page


JEUNE PUBLIC

À 2 PAS 2 LA PORTE
Théâtre d’objets et d’images
Mercredi 19 avril à 10h et 14h30,
Jeudi 20 avril à 10h
Théâtre Victor-Hugo
ET SI…
Théâtre d’objets et de papier
Mercredi 26 et jeudi 27 avril à 9h15 et 10h45
Théâtre Victor-Hugo

THÉÂTRE

SAMO
A tribute to Basquiat. De Koffi Kwahulé (Compagnie 0.10)
Vendredi 21 avril à 20h30
Théâtre Victor-Hugo

CONCERTS

Maison de la musique et de la danse
Gratuit sur réservation : 01 71 10 71 92

TRIO SORA

Violon, violoncelle, piano, en partenariat avec le Conservatoire national supérieur de musique de Paris.
Vendredi 21 avril à 12h30

CONNIVENCES ANTILLAISES

Musique et poésie
Vendredi 21 avril à 20h

RIDERS ON THE BLUES

Avec les élèves des conservatoires de Vallée Sud -Grand Paris et de l’EDIM de Cachan.
Samedi 22 avril à 18h

L’HARMONIE DU BRASSAGE

Orchestre de cuivres
Vendredi 28 avril à 19h30

ATELIERS

COLORE TON MONDE
Apprendre à réaliser soi-même la couleur bleue. Pour adultes, ados et enfants à partir de 6 ans accompagnés d’un adulte.
Gratuit, réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Mercredi 19 avril de 15h à 17h30
CSC de la Fontaine Gueffier

FABRICATION D’UN ATTRAPE-RÊVE
Gratuit, réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Samedi 29 avril à 10h15, 14h15 et 15h45
CSC de la Fontaine Gueffier

QUE FAIRE PENDANT LES VACANCES ?

STAGE DE CIRQUE
Du 3 au 7 avril et du 10 au 14 avril
De 10h à 12h pour les 3-5 ans
et de 10h à 16h pour les 6-12 ans
Du 10 au 14 avril de 14h à 17h
pour les ados

STAGE DE MUSIQUES ACTUELLES
• Du 4 au 7 avril de 14h à 18h
Percussions (rythmes de carnaval) et jouer en groupe (musiques du carnaval), en lien avec la Fête des vendanges 2017
• Du 11 au 14 avril de 14h à 18h
Écriture de textes (menée par Specta) et jouer en groupe (musiques du carnaval)
Studios La Chaufferie

ATELIER CRÉATIF
Fabrication de petites maisons pour les œufs de Pâques.
Trois ateliers : 10h15-11h30,
14h15-15h30, 15h45-17h
Pour adultes, ados et enfants à partir de 5 ans accompagnés d’un adulte. Gratuit, réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Mardi 11 avril
CSC de la Fontaine Gueffier

COLORE TON MONDE
Atelier/goûter. Faire de la couleur avec des aliments. Pour adultes, ados et enfants à partir de 6 ans accompagnés d’un adulte.
Gratuit, réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Mercredi 12 avril de 14h30 à 17h
CSC de la Fontaine Gueffier

Cinéma
Théâtre Victor-Hugo

SAHARA
De Pierre Coré
Mardi 5 avril à 10h30/14h30/16h
Jeudi 6 avril à 10h30/14h30

MANON LESCAUT
Ciné opéra
Enregistré le 14 mars au théâtre royal de Turin
Dimanche 9 avril à 15h

LES FIGURES DE L’OMBRE
De Théodore Melfi
Lundi 10 avril à 14h30/18h/20h15

VAIANA, LA LÉGENDE DU BOUT DU MONDE
De John Musker et Ron Clements

Mardi 12 avril
à 10h30/14h30/16h30 Jeudi 13 avril
à 10h30/14h30 Dimanche 16 avril à 15h

SAGE-FEMME
De Martin Provost
Lundi 24 avril à 14h30

RENDEZ -VOUS

EXPOSITION
MÉMOIRE CARAÏBES

Jusqu’au 12 mai
Du mardi au vendredi de 14h à 17h, nocturne le mardi jusqu’à 20h.
Ouverture samedi 8 et dimanche 9 avril de 14h à 19h
Maison des arts

CAFÉ TRICOT
Gratuit, mais apporter laine et aiguilles
Mercredis 5 et 12 avril et samedis 22
et 29 avril de 14h30 à 16h30
CSC de la Fontaine Gueffier

MÉDITATION
Atelier à partir de 16 ans. Gratuit, réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Samedi 22 avril de 14h30 à 16h
CSC de la Fontaine Gueffier

MASSAGES
Parents-bébés (jusqu’à 1 an) : 14h-15h30
Parents-enfants 3-12 ans : 16h-17h30
Tarif : 25 euros par famille. Réservation indispensable : 06 24 71 03 23
Samedi 22 avril
CSC de la Fontaine Gueffier

COMMÉMORATIONS
GÉNOCIDE des ARMÉNIENS

Mercredi 26 avril à 18h30
Stèle du square Kirovakan
(face au parc Rosenberg)

LIBÉRATION DES CAMPS
Dimanche 30 avril à 11h
Stèle de la Résistance
(ancienne mairie)

VENDREDIS BARAQUE
SORTIE DE RÉSIDENCE SYMIANS

Spectacle de mât chinois, suivi d’un repas partagé
Vendredi 7 avril à 19h

REPAS PARTAGÉ
Venez en famille ou entre amis
avec une spécialité culinaire maison. Sur réservation : 01 46 64 93 62
Vendredi 21 avril à 19h30

RIDERS ON THE BLUES
Histoire du blues racontée en musique par un groupe de 50 musiciens et choristes. Gratuit.
Vendredi 28 avril à 19h
PPCM – Centre des arts du cirque et des cultures émergentes

les médaillés du travail

SECTION ARGENT (20 ans)
ALLAMAN François
ANGE Sagoundala
DRELON AQUILON Karine
ELIACIN Sandra
EUSTACHON Cao To Nga
GALPIN Natacha
GAUTHERIE Isabelle
JEAN-GILLES Guylaine
KONATE Awa
M’ZALOUAT Habib
MARBOEUF Pierre
MEGHENINE Boualem
MEKHFI Khatir
MORA Grégory
NESTOR Jean-Luc
PETIT Sandrine

SECTION VERMEIL (30 ans)
BENOIT Denis
DEMPHEL BETIN Stéphane
DILLIEU Corinne
DOAN Chi Hien
GIBELLI Fabienne
NOMEDE Valérie
RABOT Pascale
REMILIEN Jean-Claude
TRAN Thi Kim Chi

SECTION ARGENT/VERMEIL
2 DIPLÔMES (30 ans)
FERAL Franck

SECTION OR (35 ans)
ARNAULT Bruno
CHAGNOT Pascal
COTTINEAU Didier
DESIR Thi Tuyet Tam
GUEANT Martine
HULEUX Catherine
LACEPPE Martine
LAGREE Jean-Pierre
LE FLOCH Patrick
LEROUX Dominique
PIERRE LOUIS Elgate
PIRON Christine
RUEL Vincent
SIZABUIRE Pascale
TRUFFY Nadine

SECTION GRAND OR (40 ans)
ABON Fred
BERTHEAU Elisabeth
CREMONA Guillaume
FOSSARD Jean-Yves
INGEY Ginette
IRID Mohand
KERVADEC Laurence
LANCELOT Denis
LOZANO Patricia

EMPLOYÉS COMMUNAUX
SECTION ARGENT (20 ans)
LE METAYER France
RACHEDI Eric

SECTION VERMEIL (30 ans)
BERNARD Marie-Suzie

SECTION OR (35 ans)
HAVARD Josiane
KEROUREDAN Annick
RENOUARD Daniel
ROY Jean-Michel


Vie pratique Haut de page

 

Numéros utiles

Vos élus à votre service sur rendez-vous à l'Hôtel de ville
57, avenue Henri-Ravera 01 42 31 60 00

Horaires d'ouverture de la mairie :
Hôtel de Ville
Le matin : du lundi au vendredi de 8h30 (10h le mardi) à 12h.
L'après-midi : du lundi au vendredi de 13h30 à 17h (19h30 le mardi).
Permanences sur rendez-vous le samedi de 9h à 12h pour les passeports et cartes d'identité.

Mairie annexe
8, résidence du Port-Galand 01 45 47 62 00
Du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h (19h le jeudi).

Restauration scolaire

Les menus du mois : Consulter les menus du mois en cours

État civil

Ils sont nés

Rayan AZZOUG
Gabriel BAGOU
Takwa BEN BRAHIM
Mayes BENSEDDIK
Yosr BOUAJAJA
Louna BOUKEDDAH
Haroune BRAHIMI
Diara CAMARA
Yassine CHAABANE
Jade DURAN
Khadija GUESMI
Hidaya HAMROUNI
Yousra KHOUAJ
Adénaïs LENDÈS
Khadijetou MOURAD
Lucie RAVELET
Yasmine TIR
Coumba TRAORE
Oscar TURBAN

Ils se sont mariés

Camille CHÉRY & Marie PERARD
Westner BLAISE & Naomi BELFORT
Vincent BONTEMPS & Nesrine FERHAOUI
Seydou DIALLO & Hawa KONATE

Ils nous ont quittés

Mariama AHAMADA IVESSI
Boujemaa AKOURTAM
Jeannine ANDRÉ, veuve DHARNE
Monique BIARD
Freha BOUJOU, veuve BENATAR
Charles CHATÉ
Raymond CLARET
Jean-Pierre COUFFY
Raymond COURCHAMP
André DESCROIX
Marie DUAUT
Thérèse DUCLOS
Michèle GIORDANO ORSINI, épouse GUNNEL
Maria GLOAGUEN
Hocine HANAFI
François ISAMBERT
Marcel JORDI
Ghislaine L'HOTELLIER
Jeannine LAPEYRE, veuve LORMÉE
Emmanuel LATOUCHE
Philippe LEBLANC
Jacques LOCHERON
Roudolphe MAMBO-BEBEY-MANGA-BELL
Luiz MARQUES DE PASSOS
Paulette MARTIN, épouse CHOLLET
Monique MINET, veuve HÉRAUDET
Colette VASILESCU
Claude VOISENET, veuve DESBOUIGES
Idris ZIATA

Disparition de Philippe Leblanc
Nous avons appris avec tristesse la disparition de Philippe Leblanc, survenue le 14 février dernier, à quelques jours seulement de son 67ème anniversaire. Ce Balnéolais, très impliqué dans la vie de notre commune, avait notamment dirigé le centre de vacances familial de la Trinité-sur-Mer au moment de sa création, à la demande du maire de l'époque Henri Ravera. Animateur dans l'âme, il a contribué à y développer les activités pour enfants et adultes : voile, rallye, sorties, jeux... Pendant plusieurs années, Philippe avait aussi encadré les colonies de vacances de la Ville, en Suisse, en Autriche, en Savoie, en Bretagne, à Biot. Grand amateur de sports d'hiver, il a même été le moniteur de ski de nombreux Balnéolais, lors de séjours de vacances ou de week-ends à la montagne avec le club des jeunes. Madame le maire et la municipalité partagent la douleur de ses amis et de sa famille, à commencer par celle de son épouse, Annie Leblanc-Kasper, qui l'a accompagné ces derniers mois dans les épreuves de la terrible maladie d'Alzheimer.