Ecoutez

n°255 - Juin 2017

www.bagneux92.fr

L'objet du mois

Édito

Mois en images

Ils font la ville

Portrait Mehdi Ganouni

Dossier du mois

Points de vue

Grand angle

Conseils pratiques

On testé pour vous

Vie de la ville

Projet urbain

Sortir à Bagneux

Histoire et patrimoine

Coup de cœur

La page des enfants

Vie pratique

L'objet du mois Haut de page

La Ruche

Importantes pour notre planète, les abeilles participent à la pollinisation des plantes. Dès février, la reine se met en ponte jusqu’à mi-juillet et les ouvrières travaillent d’arrache-pied pour faire leurs provisions pour l’hiver. La ruche devient très tendance dans nos villes…

Près de 1 000 ruches sont disséminées à Paris. Dans notre commune, l’association Bagneux Environnement et le service des Espaces verts gèrent les ruches municipales, depuis 2013. Actuellement, deux ruches Warré fonctionnent sur le terrain de la Lisette. Trois autres ruches, de type Dadant, sont installées au service des Espaces verts et une au cimetière municipal. Le bailleur Domaxis en a aussi installé une sur le toit de la résidence Marcel-Lods. Rappelons que la ruche reste un habitat artificiel, imaginé par l’homme. À l’état naturel, les abeilles logent dans des troncs d’arbre. Contrairement à l’abeille solitaire, l’abeille domestique stocke le miel qu’elle produit. Elle vit dans une colonie qui peut varier de 30 à 60 000 individus, avec une reine, des mâles et une majorité d’ouvrières. Marronnier, tilleul, cerisier, acacia… Les abeilles partent butiner jusqu’à 3 km de chez elles. À Bagneux, la récolte de miel a souvent lieu entre mi-août et septembre. La bonne santé d’une ruche dépendra beaucoup de la météo. Notons que Bagneux Environnement organise régulièrement des visites pédagogiques des ruches pour faire découvrir aux Balnéolais le monde des abeilles.
Nassima Ouaïl
Infos : cracbagneux.org/bagneux-environnement
bagneux.environnement@gmail.com
01 47 35 11 69

Sur le terrain de la Lisette, on trouve des ruches de type Warré (écologiques et vitrées). En 2016, cinq ruches ont produit 14 kg de miel.

Une ruche avec son essaim dont une reine coûte 400 euros, une combinaison d'apiculteur vaut 100 euros et un enfumoir une vingtaine d'euros.

En France, il existe 1 000 espèces d’abeilles solitaires et une seule espèce d’abeilles domestiques, qui produit du miel. Il s'agit de l'abeille noire qui s'épanouit sur le terrain de la Lisette. Cette race, locale et rustique, s’adapte bien à notre climat.

Les produits trouvés dans la ruche : miel bien sûr, mais aussi pollen, propolis, cire, gelée royale et venin d’abeille.

Édito Haut de page

À Bagneux, en juin, la culture est à l’honneur !

e mois de juin est comme chaque année l’occasion de nombreuses rencontres festives et culturelles. Jusqu'au 20, ce sont d’abord les enfants qui sont à l’honneur avec "Traverses 92". Cet événement est l’occasion pour les différents ateliers théâtraux, artistiques et musicaux, de montrer au public le résultat de leur travail.
Vient ensuite le festival Hip Cirq, du 16 au 18 juin. Il accueille des troupes venues de divers pays du monde pour nous présenter leurs spectacles, tous aussi impressionnants les uns que les autres. La Fête de la musique se tient quant à elle et comme chaque année le 21 juin. La Ville a souhaité remettre le musicien amateur au cœur de cet événement afin d’en retrouver l’esprit originel. À cette occasion, le centre-ville rendu piéton est dédié à la musique sous toutes ses formes, au travers notamment de "cafés-terrasses" organisés en partenariat avec les commerçants.
Les deux centres sociaux et culturels organisent leur fête commune de fin d’année le 24 juin. L’occasion pour les participants des différents ateliers qui s’y déroulent ces derniers mois de montrer ce qu’ils ont appris, construit et partagé ensemble.
Le 26 juin, le théâtre Victor-Hugo présente sa saison culturelle 2017-2018. Ce rendez-vous lève le voile sur le programme des spectacles prévus l’an prochain. Je regrette d’ailleurs que le Département ait fait le choix de réduire de plus de moitié la subvention accordée à notre théâtre en seulement quatre ans. Il n’est pas juste qu’un équipement culturel situé dans une ville populaire comme la nôtre soit malmené de la sorte et je suis intervenue au conseil départemental pour dire mon indignation.
Enfin, les 30 juin et 1er juillet, nous retrouvons les Alliances urbaines qui consacrent, pour la vingtième édition consécutive, la culture hip-hop sous toutes ses formes.
Au-delà de ces temps-forts que je ne peux tous citer, d’autres initiatives viennent elles aussi animer la vie balnéolaise. Je pense notamment aux fêtes des écoles et aux ateliers de la Fabrique des vendanges organisés dans nos CSC.
Avec un programme festif et culturel riche et diversifié, la Ville s’engage pour que chacun y trouve son compte. Je vous invite donc à participer nombreuses et nombreux à ces différents rendez-vous qui, j’en suis convaincue, ravissent petits et grands… à commencer par vous !

Marie-Hélène AMIABLE,
Maire de Bagneux
Conseillère départementale des Hauts-de-Seine

Mois en images Haut de page

La Maison de la musique et de la danse accueillait les élèves des conservatoires de Vallée Sud - Grand Paris et de l'EDIM de Cachan, le 22 avril, pour un concert intitulé Riders on the blues.

Pour la deuxième année consécutive, les meilleurs cordistes se sont affrontés autour du PPCM, à l'occasion des championnats de France de cette discipline les 4 et 5 mai.

Joli succès, le 22 avril, pour la brocante de Vis avec nous, l'association créatrice de lien social du quartier Nord.

Guimauve, la jolie boutique dépôt-vente de vêtements et de jouets d'occasion et de qualité, a été inaugurée officiellement le 13 mai au centre-ville.

Pour célébrer l'abolition de l'esclavage, les habitants étaient invités à se rassembler, le 10 mai, autour de la sculpture Solitude créée il y a 10 ans par l'artiste balnéolais Alquin.

Place Dampierre, les produits du terroir étaient à l'honneur le 29 avril, à l'occasion du salon organisé par la confrérie des Chevaliers de Bacchus en partenariat avec la Ville.

Oum, la belle dame de Casablanca, a emporté le public du théâtre Victor-Hugo dans son univers jazz-soul, le 22 avril. Un hommage aux femmes du désert, chanté en darija, l'arabe dialectal marocain, sur des airs d'oud et de trompette jazzy.

C'était le printemps sur la rue de la République le 29 avril, à l'occasion de la traditionnelle foire horticole.

Bagneux a commémoré la libération des camps le 30 avril (photo), avant de célébrer, le 8 mai, la victoire de 1945 contre le nazisme.

Organisée par les habitants, la fête du quartier Nord a réuni de nombreuses familles au parc Nelson-Mandela le 13 mai. Y participaient notamment, les associations Lavidalocalme, Hocus Pocus et la compagnie Actuel Show.

Les adultes en cours d'alphabétisation au centre social et culturel Jacques-Prévert ont participé le 13 mai à un jeu de piste à la médiathèque, leur permettant de découvrir toutes les ressources qu'ils peuvent y trouver.

Avec Œdipe parricide, la compagnie SourouS nous invitait à revisiter la tragédie grecque et nous interrogeait sur les relations humaines, les 11, 13 et 14 mai au théâtre Victor-Hugo.

Les ados avaient la permission de 23h, le 29 avril, pour la deuxième édition du bal des collégiens, organisée par le conseil local de la jeunesse à l'espace Marc-Lanvin.

Un atelier de massage parents-bébés était proposé le 22 avril au centre social et culturel de la Fontaine Gueffier. Il était suivi d'un atelier du même type pour les enfants de 3 à 12 ans.

Les parents d'élèves protestaient le 12 mai contre l'absence de directeur à l'école élémentaire Maurice-Thorez depuis plus de cinq mois. Ils ont ainsi obtenu la nomination d'un professeur des écoles permettant à une enseignante d'assurer la direction de l'établissement.

Ils font la ville Haut de page

Habitant
Un coach sportif pour mieux vivre le handicap

"Durant toute ma scolarité, j’ai travaillé à la gare de Lyon où j'étais chargé d'aider les personnes handicapées" raconte Damien Bretel, jeune diplômé de l’université d’Orsay, en licence STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) dans la spécialité Activité physique adaptée à la santé. "J’ai toujours apprécié le contact avec les personnes handicapées, c’était une évidence de travailler dans le relationnel." À 22 ans, le jeune Balnéolais, ancien animateur de la Ville, est aujourd'hui coach sportif. Foot, volley-ball… dès l’adolescence, il se passionne pour le sport mais souhaite aussi aider les autres. À la fac, Damien effectue des stages au sein de la clinique de Villecresnes et son centre d’obésité ainsi qu'au comité départemental "Sport adapté" des Hauts-de-seine. "Notre but consiste à essayer de réintégrer à la société, grâce au sport, les personnes atteintes de troubles autistiques ou les personnes amputées par exemple", explique ce grand bosseur qui se lève tôt et se couche tard. Diplôme en poche, Damien ne "galère pas" pour trouver du travail. Actuellement, il suit quelques personnes âgées et handicapées dans des salles de sport mais aussi des salariés en entreprise. Une dizaine de clients font également appel à lui pour du coaching sportif à domicile. "Un jour, j’aimerais créer un projet qui lie personnes handicapées et valides", confie t-il.

Damien Bretel, 06 73 23 57 40

ASSOCIATION
Faire rayonner la culture portugaise

"Bom dia", "caro", "obrigado". Bienvenue dans le cours de portugais de l’association Luso-Balnéolaise. Le samedi après-midi, au foyer René-Cros, une quinzaine d’enfants, d’origine portugaise en majorité, viennent apprendre la sixième langue la plus parlée dans le monde. Juste après, certains prolongent la séance avec l’atelier chant. L’association prépare déjà un spectacle de chansons pour la Fête des vendanges et a présenté un spectacle de fado le mois dernier (photo). Les lundis soir, place aux cours des adultes. L'association a été créée en août 2015 par Sonia et José Ribeiro, les parents de la chanteuse balnéolaise Julia, sélectionnée en 2014 pour chanter au festival des Francofolies de La Rochelle. "On souhaite promouvoir la culture portugaise. On a une richesse culturelle à Bagneux, expliquent-ils. C'est notre façon de remercier pour l'accueil qui nous a été réservé dans cette ville." José a été un grand chanteur-guitariste au Portugal et a réalisé plusieurs tournées en Europe durant une dizaine d’années. Sonia, l’accompagnait à l’époque au chant et à l’accordéon. Lui est président de l’association. Elle en est la secrétaire-trésorière et donne les cours de portugais. "On s’est beaucoup impliqués dans d’autres associations. Et on s’est dit : on ne veut pas gagner d’argent. On veut donner de nous-mêmes. On veut transmettre notre culture et montrer ce que l’on aime", raconte le couple qui habite Bagneux depuis 17 ans. Fête de la châtaigne, Autour du Fado, galette des rois… L’association Luso-Balnéolaise, qui regroupe vingt familles, ne manque pas d’ambition pour continuer à grandir et à peser dans le réseau lusophone.

Portrait : Mehdi Ganouni

La pépite de Bagneux, qui brille au PSG

Petit phénomène de la planète du ballon rond, ce jeune Balnéolais, âgé de 12 ans, rêve de devenir footballeur professionnel. C’est bien parti pour lui !

Juventus, Porto, Ajax, Real Madrid, Manchester United et le PSG ! Non, ce n’est pas seulement le plateau de la prochaine Ligue des champions, mais bel et bien les cadors européens auxquels un jeune garçon du groupe U13 du Club olympique multisports de Bagneux (COMB) s’est frotté ces dernières semaines. Du haut de ses 12 ans, Mehdi Ganouni, né en 2004, vit à fond son rêve d’enfant. Le numéro 10, qui a fait toutes ses gammes à la section football du COMB, a signé un contrat au Paris-Saint-Germain, et intégrera son centre de formation dès septembre prochain. La liste des clubs intéressés par son talent commençait à être longue, à mesure que le jeune prodige, d’origine tunisienne, enchaînait les passements de jambes et les dribbles déroutants. Ce mercredi 10 mai, sous un beau soleil, il est le premier à gagner les vestiaires du stade René-Rousseau, accompagné de sa grande sœur Amira, qui le regarde avec des yeux emplis de fierté et d'admiration : "Mehdi est un grand travailleur et sait se remettre en question". Le talent, est-ce dans les gènes ? "Tout petit, il marchait déjà avec un ballon imaginaire dans les pieds, s’amuse-t-elle. À la maison, il se promenait avec sa dizaine de ballons". Même son de cloche de la part de sa maman, qui couve le prodige avec bienveillance : "il a le foot dans le sang, mon mari et son grand-père sont d’ailleurs footballeurs. Notre famille est très sportive". Qualifié de "doux et sage", "fier et réfléchi", "sensible et ambitieux", Mehdi a la tête sur les épaules malgré la fraîche notoriété dont il est l’objet. Même ses compagnons de route ne semblent guère impressionnés par ce tapage médiatique. "Il est toujours aussi cool, c’est un super copain", assure Amine, son coéquipier. "S’il n’est pas footballeur, il veut devenir journaliste ou analyste financier", explique sa sœur. Brillant à l’école, Mehdi est scolarisé, en classe européenne de 5ème, où il apprend l’anglais et l’allemand. "Sans un excellent livret scolaire, il n’aurait jamais pu intégrer le centre de formation", prévient son entourage. Supporter de l’Allemagne et fan de Mario Verratti, le milieu parisien, Mehdi respire la technique : "il est vif et a une vision aiguisée, précise Hassan Bourroum, son entraîneur. Je l’ai vu arriver au club tout petit. C’est un garçon attachant, simple, impliqué et responsable". "C'est à lui que je dois une grande partie de ma réussite", confie en retour le jeune garçon. Au rythme de quatre entraînements par semaine, ce compétiteur né, qui a "un gros mental" et sait "jouer des deux pieds" tire son équipe vers le haut, tout comme Thomas et Marley, qui ont signé respectivement à Sochaux et Reims. Preuve que la formation balnéolaise marche à plein régime : "nous sommes reconnus un peu partout en France", se félicite Hassan. Début mai, Mehdi, qui a beaucoup voyagé en disputant des tournois internationaux, est parti à Doha, au Qatar, convié par le PSG : "c’était incroyable de jouer là-bas. J’ai d’ailleurs marqué un but". Cette saison, plusieurs clubs ont eu beau lui faire la cour, comme Le Havre, Toulouse, Sochaux ou Metz, c’est bel et bien son "club de cœur" qu’il a choisi, assure le jeune meneur de jeu. Présenté comme un "petit Messi", ce dernier sait qu’il n’est "qu’au début de [son] rêve. Et je veux vivre les choses jour après jour, avec un maximum de plaisir". Une recette qui, jusqu’à présent, lui a porté bonheur.
René Zyserman

CHRONOLOGIE

2 novembre 2004 : Naissance à Paris
2010 : Première licence de football au Club olympique multisports de Bagneux (U8)
2013-14 : Champion départemental (U10)
2014-15 : Champion départemental (U11)
2016-17 :Champion départemental (U13)
Décembre 2016 : Signature d’un contrat avec le PSG (centre de formation)

Dossier du mois

La coopération décentralisée
Bagneux, citoyenne du monde

Dossier réalisé par René Zyserman
Photos : Yves Faven et Philippe Masson

Bagneux, qui a été la première ville française jumelée avec une ville arménienne, porte haut et depuis longtemps les couleurs de la paix, de l’amitié et de la solidarité. Par des projets spécifiques comme ceux avec l’Arménie, elle s’est toujours engagée pour l’humanité, multipliant les initiatives humanitaires, culturelles, éducatives, pédagogiques, en un mot : citoyennes. Hier comme aujourd’hui, avec le 6ème arrondissement de Turin en Italie, Vanadzor en Arménie, Grand-Bourg sur l’île de Marie-Galante en Guadeloupe, Bagneux tisse les liens de sa coopération décentralisée, avec un sens aigu de l’entraide, du partage et du développement.
Comment œuvrer simultanément à la fraternité, la paix, la culture, l'action humanitaire, l'éducation et la citoyenneté ? La question se pose à l'échelle du monde, comme à celle des communes. Occasion d’échanges et de rencontres, la coopération décentralisée "regroupe toutes les formes de coopération (jumelages, partenariats, échanges…) que les collectivités territoriales françaises ou leurs groupements peuvent développer avec des autorités ou des collectivités locales étrangères, dans le respect des engagements internationaux de la France", dit le code général des collectivités territoriales. Comment s’articule-t-elle concrètement ? Par l'aide au développement local, le rapprochement des peuples, qui sont autant de messages puissants et de vecteurs des valeurs démocratiques.

3 questions à…Jean-Marc BESSON
Adjoint au maire, chargé du jumelage et de la coopération internationale

À quoi sert la coopération décentralisée ? 
L’objectif de cette politique internationale vise à rapprocher des peuples et des cultures, à échanger des savoir-faire et des savoir-être à travers des projets définis et élaborés en commun. C’est aussi l’opportunité de tisser des liens de manière concrète, de soutenir des initiatives locales et de favoriser le développement de territoires partenaires. Ces participations peuvent se matérialiser de différentes manières : la promotion de la culture et des atouts d’un territoire, l’accompagnement pour l’élaboration d’un projet de développement, le transfert de savoir-faire et le soutien technique pour l’étude et la mise en œuvre d’une action, ou encore la contribution financière à la réalisation de projets. Nous souhaitons également privilégier les axes prioritaires de notre mandature : la santé, la jeunesse, l’éducation et le développement durable. Enfin, n’oublions pas qu’à travers la coopération décentralisée, nous luttons contre les inégalités territoriales, l’exclusion et le racisme en soutenant les démarches citoyennes, en renforçant le tissu social et associatif, en valorisant les cultures dans leur diversité. Concrètement, la municipalité porte des projets de coopération décentralisée avec la ville de Vanadzor, en Arménie, le quartier de Silwan, à Jérusalem Est, en Palestine, ainsi que la ville de Lexeiba, en Mauritanie. Ces coopérations ont pour but d’accompagner le développement de ces collectivités en établissant des échanges constructifs. Cela permet, de part et d’autre, aux acteurs institutionnels, administratifs, économiques et professionnels, ainsi qu’aux populations de partager leurs expériences pour construire ensemble un avenir meilleur.

Bagneux a-t-elle les moyens d'aider les peuples en difficulté ? 
La coopération décentralisée est un outil de développement et non d’assistanat. Comme dans d’autres domaines, il s’agit certes de moyens mis à disposition des territoires et des habitants, mais principalement de volonté et d’adaptation. Le budget consacré à cette politique, en baisse constante depuis trois ans, arrive tout de même à répondre à nos ambitions en réduisant fortement les déplacements et l'accueil d’élus au bénéfice des réalisations déployées sur le terrain. Au-delà de cette réalité, de nombreuses actions peuvent s’appuyer sur des partenariats institutionnels ou des dispositifs existants. Encore faut-il avoir les supports administratifs pour parvenir à les solliciter.

Comment la coopération peut-elle sensibiliser la jeunesse aux enjeux internationaux ?
C’est une vaste question. Nous sommes, certes, confrontés à une mondialisation principalement économique mais aussi culturelle, qui crée des tensions sociales et alimente des discours d’exclusion extrémistes. Découvrir la réalité d’autres territoires, discerner les enjeux humains qu’ils impliquent et leurs conséquences, percevoir les interrelations mais aussi les interdépendances des pays et des peuples permet de mieux décrypter les phénomènes en cours. De plus ouvrir des perspectives internationales à notre jeunesse, qui est trop souvent limitée dans sa recherche d’avenir, ne peut que l’aider à se projeter dans ce monde en mouvement.

REPÈRES
1968
C’est la date depuis laquelle Vanadzor, ville arménienne de 100 000 habitants, est jumelée avec Bagneux.

51
C’est le nombre d’enfants balnéolais, partis cette année en voyage scolaire en Italie (27 élèves de 4ème et de 3ème du collège Romain-Rolland et 24 élèves de 5ème et de 4ème du collège Henri-Barbusse) dans le cadre du jumelage entre Bagneux et le 6ème arrondissement de la ville de Turin. Il faut y ajouter les 10 enfants qui partiront en juillet avec les accueils de loisirs.

115
C’est le nombre d’enfants arméniens, à Vanadzor qui, au cours de l’année 2016, ont bénéficié des séances d'accompagnement assurées par l'association Douleurs Sans Frontières, grâce à la convention signée avec Bagneux dans le cadre d’un projet de coopération.

À travers la coopération décentralisée, nous luttons contre les inégalités territoriales, l’exclusion et le racisme en soutenant les démarches citoyennes, en renforçant le tissu social et associatif, en valorisant les cultures dans leur diversité.

Bagneux-Vanadzor, un lien historique

Après l’accueil de nombreux réfugiés arméniens suite au premier génocide de 1915, Bagneux s’est distinguée en devenant, dès 1968, la première ville française à se jumeler avec une ville arménienne, Kirovakan (aujourd'hui Vanadzor). De nombreux échanges ont depuis rapproché les deux populations. En juin 2018, ce sera donc le cinquantième anniversaire de ce jumelage. Depuis 1920, la communauté arménienne de Bagneux (150 familles) s’est parfaitement intégrée et illustrée dans des domaines aussi diversifiés que le sport, l’éducation ou la culture. Il y a quelques années, Bagneux a noué un partenariat avec le "Groupement de retraités éducateurs sans frontières" pour mener un projet à Vanadzor consistant à former des enseignants et des éducateurs.
Aujourd’hui, c’est avec l’association Douleurs sans Frontières (DSF) que la municipalité s’est associée. Ce projet de coopération prévoit "une prise en charge des difficultés psycho-socio-éducatives des enfants et de leurs familles en difficultés, l’accompagnement, le traitement des douleurs et la recherche de procédés thérapeutiques". Sans oublier la formation et le perfectionnement des professionnels de la petite enfance à Vanadzor, notamment au sein d'une structure parents-enfants, le "Petit Lapin", qui accueille les enfants âgés de 0 à 4 ans. "Nous nous sommes inspirés des principes de la Maison verte, créée par la psychanalyste Françoise Dolto", souligne l’association, qui a réalisé un véritable "travail d’écoute" pour prévenir des troubles éventuels des relations mère-enfant et de soutien à la socialisation de l’enfant.
D’autres activités, particulièrement appréciées par la population locale, ont été menées conjointement dans un autre jardin d’enfants de la ville. Dans cette structure qui accueille chaque année une vingtaine d’enfants présentant des handicaps ou des troubles importants du développement, interviennent en effet des pédo-psychiatres, psychologues et autres psychomotriciens en lien avec les professionnels de l'enfance et de la santé à Vanadzor.

À savoir
Les Bagneux de France se donnent la main

Créés il y a 25 ans par Janine Jambu et Berthe Riguet, maires respectifs de Bagneux (Hauts-de-Seine) et de Bagneux (Indre), "les Bagneux de France", comprennent trois autres villes homonymes (dans la Marne, l'Allier et la Meurthe-et-Moselle). Objectif ? Promouvoir les produits de ces différents terroirs et valoriser les richesses culturelles de chaque commune. Sur le plan éducatif, c’est aussi l'opportunité d’établir des échanges scolaires – ce qui a permis, notamment, aux enfants de l'accueil de loisirs Rosenberg de se rendre dans l’Indre – mais aussi de mettre l’accent sur des projets pédagogiques et historiques concernant l’étude de la Grande guerre. L’association qui s’est réunie les 20 et 21 mai derniers dans l’Allier, se retrouvera l’année prochaine, dans notre ville… Bagneux !

Des valeurs de paix, d’amitié et de solidarité partagées

Partenariats, échanges, séjours de découverte, missions caritatives et humanitaires… les projets ne manquent pas en matière de coopération décentralisée.

"Au fil des années, différents types de liens se sont noués avec plusieurs collectivités locales, générant des amitiés, des coups de cœur, mais aussi des solidarités", aime rappeler Jean-Marc Besson, adjoint au maire chargé de la coopération décentralisée. "On participe à une culture de paix pour une meilleure compréhension de l’autre en scellant des liens de solidarité entre les peuples", corrobore Claude Le Magadou, président du comité du jumelage.

Mobilisition
Et ce dernier d’évoquer les travaux de reconstruction d’un terrain de sport de la ville de Turin après de terribles inondations, mais aussi "la forte mobilisation des Balnéolais" après le séisme emportant la vie de dizaines de milliers de personnes dans la région nord-ouest de l'Arménie en 1988, qui avait détruit une grande partie de la ville de Kirovakan (aujourd'hui Vanadzor). Après cette catastrophe, la municipalité a collecté des fonds, envoyé deux échographes et crée un accueil d’enfants. Impliquée sur d’autres fronts, la Ville de Bagneux souhaite également concrétiser l'extension d'une maternité dans la ville de Lexeiba, en Mauritanie. Dans ce but, elle a ainsi organisé l’an dernier une soirée solidaire, autour d’un buffet mauritanien, permettant aux Balnéolais de rencontrer les différents acteurs impliqués dans ce projet et quelques autres. Également sensible aux difficultés de vie dans les territoires palestiniens, la municipalité a récemment alloué une subvention au centre culturel Al-Bustan, à Silwan dans le quartier Est de Jérusalem, pour financer la fourniture de matériel informatique destiné à la jeunesse locale.
Outre l’aspect humanitaire, les projets comprennent un volet éducatif. Cette année, à l’instar des précédentes, de nombreuses actions ont été menées avec le 6ème arrondissement de Turin. Ainsi, à l’initiative du collège Romain-Rolland, des élèves de 3ème et de 4ème se sont rendus, du 20 au 24 mars dernier, dans la cité piémontaise pour y découvrir le conseil régional du Piémont. Ils ont également visité le siège régional et le Juventus Stadium, stade de la célèbre équipe de football, où a évolué un certain Zinédine Zidane. "Nous avons aussi visité le parc du Valentino, le bourg médiéval de la cité, le musée de l'automobile, le musée du cinéma et surtout rencontré les élèves du collège Bobbio, avec lequel le collège Romain-Rolland est en contact dans le cadre d’un partenariat scolaire" s’enthousiasme Paolo Nusco, leur professeur d’italien.

LIENS D'AMITIÉ
"C’était l’opportunité de faire connaissance, poursuit le professeur, d’échanger des cadeaux et de bâtir des liens d’amitié. Certains ont même pu suivre des cours de musique et d’italien au sein des classes". Enfin, un voyage scolaire de trois jours, sous la houlette de Paolo Nusco, sera organisé, du 19 au 22 juin prochain, à Turin toujours, avec le collège Henri-Barbusse, permettant aux élèves de 5ème et de 4ème  d’assouvir leur soif de culture, de connaissances et de nouer des échanges internationaux avec leurs jeunes homologues italiens.

Paroles de Balnéolais

Seriez-vous prêt à vous impliquer dans un projet solidaire avec l'une des villes partenaires de Bagneux ?

Sarah Fayolle, 34 ans, chargée de communication
Je trouve que le jumelage est une excellente idée et une belle opportunité pour échanger dans le cadre de partenariats, mais aussi pour construire des relations privilégiées, que ce soit dans les domaines de l’art, de l’éducation ou de la culture. Toutes ces initiatives permettent de développer des projets à moyen ou long terme, d’ouvrir sur le monde ceux qui les défendent pleinement. Personnellement, j’avais noué des relations amicales et internationales avec des correspondants allemands lorsque j’étais au collège. J’en ai gardé un excellent souvenir. Je trouve que, pour les enfants, cela les décentre d’eux-mêmes et les fait rêver en même temps !

Mourad Lalbil, 37 ans, coiffeur
La coopération internationale et toute autre forme d’échange constituent d’excellents moyens de s’impliquer. Par exemple, le jumelage permet de voyager, de découvrir d’autres cultures, d’autres manières de penser. Et cela ne va pas que dans un sens, c’est un enrichissement mutuel. Je connais beaucoup de personnes qui hébergent des gens chez eux, notamment des étrangers. Personnellement, je ne pourrais pas m’engager tout de suite dans ce type de démarche, mais si je peux faire quelque chose, à mon niveau, pourquoi pas ? La solidarité est un des derniers maillons forts de notre société. Bagneux, avec ses nombreuses associations et bénévoles, contribue à véhiculer et rendre cette idée un peu plus concrète.

Benoit Souvestre, 33 ans, ingénieur
Grâce à ces projets internationaux, la solidarité a encore un sens aujourd’hui dans nos vies, surtout en ces temps de crise où l’individualisme est malheureusement trop présent dans notre société. Cela m’intéresserait de participer à ce type de projet solidaire, même si je n’ai pas beaucoup de temps. Pour les droits de l’Homme, c’est vital ! Il faut remettre l’humain au centre de nos priorités ! Ce n’est pas toujours facile, car il faut s’arrêter et prendre le temps de le faire. Mais j’admire et j’ai du respect pour tous ceux qui contribuent à élaborer ce type de projets à vocation humanitaire.

La culture en partage

"Intensifier les relations culturelles et artistiques entre Bagneux et les villes concernées, diversifier les échanges avec nos partenaires territoriaux producteurs de spécialités gastronomiques, d'artisanat, de mode… en leur offrant une vitrine à travers les différentes manifestations…" Nombreuses ont été – matérialisées sous diverses formes – les actions évoquées par Jean-Marc Besson, maire-adjoint au jumelage et à la coopération décentralisée : échanges et partenariats (avec l'Arsenal de la Paix à Turin, les collèges, les centres sociaux et culturels...), participation aux festivals (Fête des Vendanges, Alliances urbaines, marché de Noël, Terre de Blues à Marie-Galante, Picturin et Murarte, le festival de graff turinois, etc.), projets transversaux, expositions, conférences (avec Séoul, Vanadzor…) ou encore résidences d’artistes.

Points de vue



Des groupes politiques représentés au conseil municipal
Sur ces deux pages, chaque groupe représenté au conseil municipal dispose d'un espace comprenant au maximum 1 500 signes. L'utilisation d'un plus grand nombre de signes n'augmente pas cet espace, mais entraîne une réduction de corps du caractère d'imprimerie dans lequel la tribune est publiée (en clair, plus l'article est long, plus il est écrit petit et donc avec moins de lisibilité, ndlr). Le texte de la tribune d'expression doit parvenir à la rédaction de Bagneux-Infos au plus tard le 15 de chaque mois (précédant la publication, ndlr).

"Les tribunes d'expression doivent porter sur des sujets d'intérêt local relevant des compétences des collectivités territoriales ou de leur groupement".

Extrait de l'article 33 du règlement intérieur du conseil municipal, voté à l'unanimité lors du conseil municipal du 24 juin 2008.

Sidi Dimbaga
Adjoint au maire


Groupe Front de gauche communiste et citoyen

Le monde d’aujourd’hui est lourd de menaces, la misère le dispute à la guerre, notre planète est mise à mal. Des millions d’habitants souffrent de politiques de domination. Pour faire valoir une autre conception des relations internationales, Bagneux, riche de son histoire rebelle et solidaire, s’inscrit pleinement dans la coopération décentralisée. Ces partenariats, nous les concevons comme des espaces pour mieux se connaître, se comprendre et pour construire ensemble des projets bénéfiques à nos populations respectives. Nous souhaitons ainsi contribuer à faire émerger une culture de paix. Dès 1968, c’est déjà ce qui a motivé la mise en place de notre jumelage avec l’Arménie, le premier du genre. Depuis, nos relations avec Vanadzor n’ont pas cessé. La nombreuse communauté arménienne de Bagneux y prend toute sa place. Parce que pour nous, l’Europe doit contribuer à asseoir la paix et le développement de tous, nos relations avec un arrondissement de Turin vont bon train. Les enfants et les jeunes de nos deux villes y jouent un rôle central. Comme dans toutes nos politiques publiques, les Balnéolais doivent être au cœur de ces coopérations. En prenant appui sur une association locale, nous créons les conditions d’un échange avec la Mauritanie, autour des enjeux de la santé. La culture et l’histoire de l’humanité ne sont pas en reste dans notre jumelage avec Grand-Bourg. Enfin, parce que les engagements pris en 2014 seront tenus, un partenariat avec une association palestinienne vient de prendre son envol. Une façon, pour nous, de contribuer à faire respecter le droit international sur cette terre et de soutenir un projet entièrement tourné vers les enfants et adolescents, notamment les jeunes filles. Nous sommes fiers que Bagneux, malgré des moyens modestes, affiche ainsi une vision du monde fondée sur la solidarité et la coopération.

Aïcha Moutaoukil
Adjointe au maire


Groupe des élus socialistes

Si pendant longtemps la politique extérieure a été la prérogative des États et de leurs diplomates, on constate, aujourd’hui, que la société civile et les collectivités territoriales sont devenues, elles aussi, des acteurs à part entière de l’action internationale. Ainsi, c’est aussi la mobilisation des ONG et des élus locaux qui a contribué au succès de la COP 21. Les échanges internationaux ne visent heureusement pas uniquement la défense d’intérêts stratégiques ou économiques ; à l’heure de la mondialisation, l’objectif premier est, ou devrait être, le rapprochement entre les peuples, le dialogue interculturel, la coopération… C’est cet esprit de dialogue qui anime l’action internationale de Bagneux. Avec les villes jumelées de Vanadzor (anciennement Kirovakan) depuis 1968 (Arménie), le 6ème arrondissement de Turin depuis 1980 (Italie), la ville de Grand-Bourg depuis 1999 (Guadeloupe/France), ville avec laquelle nous avons signé une charte de jumelage et de l’amitié, nous avons développé des initiatives citoyennes, des actions culturelles et sportives, échangé les "bonnes pratiques", bref, fait de la SOLIDARITÉ le fil rouge de nos échanges. Avec la Palestine, des contacts sont en cours, mais déjà une aide a été apportée pour financer l’achat de matériel informatique pour un centre social. Affiliée à la Fédération des villes jumelées et cités unies, Bagneux entend s’inscrire dans ce vaste mouvement qui vise au rapprochement entre les peuples par les échanges et le dialogue entre les cultures. Ce rapprochement a une résonance particulière à Bagneux où la diversité se vit au quotidien. Bref, apporter notre pierre, sans doute modeste, mais volontaire et déterminée à la construction de la paix !

Jean-Louis Pinard
Conseiller municipal délégué


Citoyenneté du monde !

Les coopérations décentralisées, les jumelages, s'inscrivent dans une réalité européenne actuelle des communes françaises à travers des accords inter-villes. Ce type de partenariat a pour objectif d'encourager des coopérations et l'entente mutuelle entre leurs habitants. Cela constitue, sur des valeurs communes, une grande richesse à bien des égards.Par une ouverture sur le monde qui permet d'accéder à d'autres modes de vie, d'autres représentations de nos imaginaires, à travers des échanges culturels très présents avec la ville de Turin, par exemple, ou bien encore avec Grand-Bourg, sur l'île de Marie-Galante aux Antilles, ou Vanadzor en Arménie, mais également par des valeurs partagées de solidarité qui suscitent des citoyennetés actives quelles que soient les distances qui nous séparent. Cela nous entraîne à réfléchir activement – par des actions concrètes – aux enjeux de société de notre planète : les droits de l'Homme et l'espérance de paix portés par nos rencontres en Palestine, une dimension humanitaire et environnementale avec la création de liens en Mauritanie, qui soulignent le déséquilibre criant vécu par les pays du Sud. Ces relations actives menées en France et hors de France doivent nous amener à nous sentir concernés par la vie de notre planète et placent ainsi la condition humaine au centre de nos préoccupations. C'est l'ensemble de ces coopérations qui peut construire le "citoyen du monde" de demain.

Saïd Zani Conseiller municipal
Groupe Les Républicains/UDI
Union du Centre et de la Droite
La coopération décentralisée… enlisée ?

L’expression désigne toutes formes de coopération que les collectivités territoriales et leurs groupements peuvent conclure conventionnellement avec des autorités locales et étrangères pour mener des actions de coopération ou d'aide au développement, nous enseigne l'art. L1115-1 du CGCT. La coopération avec Vanadzor, troisième ville d'Arménie, est une excellente chose au regard des nombreuses familles Arméniennes qui composent la population balnéolaise. Cependant la seule actualité concernant l'Arménie prospère une fois par an à l'occasion de la commémoration du génocide Arménien du 24 avril 1915. Quant à celle de la ville de Turin en Italie, il s'agit seulement du 6ème arrondissement sur les dix que compte la ville. Pourtant les activités économiques sont très nombreuses dans le secteur de l'automobile, la micro-informatique, la construction ferroviaire, la mode et le textile, l'industrie agroalimentaire, mais qui ne sont point cités dans les rapports de coopération avec notre ville à part quelques voyages "culturels" de nos élus. Les "Bagneux de France" ne font l'objet d'aucune publicité, envers nos habitants, sur l'historique des 14 communes portant le nom de Bagneux à travers la France. Peut-être une piste de sujets à venir dans Bagneux infos. Au sujet de la ville du Grand-Bourg, sur l'île de Marie-Galante en Guadeloupe, la municipalité en parle tellement qu'il est difficile de se souvenir de son nom en entier : belle "loupe" du dossier Guadeloupe. Enfin, dommage que notre ville n'ait pas axé sa coopération vers une ville d'un autre continent que celui de l'Europe au nom de l'amitié entre les peuples. Mais il n'est pas trop tard pour bien faire. Bienvenue aux nouveaux habitants. Vos élus : A. Adelaïde, J. Chirinian, S. Gargari, D. Huet, P. Martin et S. Zani.

Grand angle

Un Jeu de l’Oie géant
Les 1 500 élèves des écoles maternelles de Bagneux ont participé les 15 et 16 mai à un jeu de l’oie grandeur nature, au parc des sports. Organisée chaque année par l’Inspection de l’Éducation nationale et la Ville, cette animation remporte toujours autant de succès auprès des enfants. Répartis en équipe, ils devaient lancer un dé sur un parcours tracé au sol. Et en fonction des cases où ils tombaient, ils ont réalisé des défis variés : jeux d’adresse, d’équilibre, courses… un moyen de développer leur motricité et leur esprit d’équipe tout en s’amusant au grand air.
photo : Yves Faven

Le permis piéton à l’école Albert-Petit


Jean-Claude Franck, 77 ans, bénévole et délégué de l’association Prévention routière, intervient dans les écoles pour sensibiliser les enfants aux dangers de se déplacer à pied en ville et leur faire passer le permis piéton. Vingt-cinq classes d’écoles primaires de Bagneux sont concernées par l’initiative, notamment la classe de CM2 de Sylvie Horace à l'école Albert-Petit, que nous avons suivie.

Après avoir noté "les mots de la rue", Jean-Claude explique aux élèves de CM2 que le permis piéton n’est pas officiel mais prouve la connaissance des règles à respecter en tant que piéton.

"Que faites-vous avant de traverser ?", demande Jean-Claude. Les doigts se lèvent. "On regarde du côté gauche, puis à droite et encore à gauche", lance une élève. Exactement, le premier danger vient de la gauche !

Après des explications sur le feu tricolore, l'intervenant invite Lola à se lever pour une démonstration. Elle représente le feu orange, lui la voiture. "Quand le feu est orange, je dois freiner et m’arrêter. Mais s’il passe à l’orange quand je suis à deux mètres, je ne peux pas m’arrêter à cause de la vitesse et des voitures derrière moi."

Jean-Claude questionne les élèves sur la forme et les couleurs du panneau représenté sur sa feuille. Ils comprennent que ce triangle représente un danger. "La forme des panneaux est en général la même dans tous les codes de la route du monde", leur précise t-il.

Après la récréation, place à une visite des panneaux sur le terrain. Devant leur école, les enfants se regroupent autour de la signalétique au sol : arrêt et stationnement interdit.

Rue des Mathurins, l’intervenant leur présente le panneau "interdit de tourner à droite sauf pour les vélos". L’occasion de rappeler que cette partie de la rue des Blains reste réservée aux piétons et aux cyclistes.

Après leur avoir montré des panneaux directionnels permettant d’aider à trouver son chemin, Jean-Claude présente aux enfants un bouton d’appel piéton sur un feu tricolore. "Lorsque vous appuyez sur ce bouton, vous déclenchez le feu rouge", explique-t-il.

Près de l’ancienne mairie de Bagneux, la classe s’arrête devant le panneau "zone 30". "Dans cette rue à sens unique, les vélos sont autorisés à circuler dans les deux sens. Il faut donc être vigilant.", commente l’intervenant.

Avant de rentrer à l’école, les enfants traversent un dernier passage piéton. Jean-Claude et la maîtresse, Sylvie, sécurisent la traversée.

Après avoir déjeuné, les CM2 se retrouvent en salle des maîtres pour visionner un DVD intitulé "comprendre la rue et la route" : les bruits de la rue, être vu la nuit, comprendre la signalisation tricolore…

Pour obtenir leur permis piéton, les élèves devront répondre à une vingtaine de questions et leur évaluation figurera dans leur livret scolaire. À eux de jouer !

Conseils pratiques

Commerces
Vers un renouveau du marché Dampierre

Depuis plusieurs mois, la Ville réfléchit avec les habitants et les commerçants aux moyens de redonner du dynamisme au marché Dampierre, pour en faire un moteur du commerce local et un temps fort de l'animation du centre-ville. Pour ce faire, une mesure phare a été décidée : le changement de jour de ce marché, à partir du dernier week-end de septembre.

Nouveau rendez-vous
À compter du 30 septembre, donc, le marché-village se tiendra le samedi matin de 8h30 à 13h30 et non plus le vendredi soir. La Ville espère ainsi attirer des commerces plus nombreux et de qualité, développant une clientèle plus large qui bénéficiera également aux commerces sédentaires. L'organisation spatiale du marché a également été repensée : les commerces de bouche seront répartis de part et d'autre de la rue de la République, tandis que les autres types de commerces occuperont la place Dampierre proprement dite. Des food-trucks, rôtisseurs et commerces ponctuels (huîtres, etc.) pourront s'installer également à l'angle des rues de la République et Salvador-Allende.

Espaces d'animation
Cerise sur le gâteau : deux stands seront réservés à des animations au cœur du marché. On y trouvera une buvette mais aussi un lieu de convivialité, où des dégustations, des expositions, des services pourront être proposés, en partenariat parfois avec les associations de la ville. Bref, c'est un marché tout neuf que les Balnéolais auront la chance de découvrir au centre-ville, juste après la fête des Vendanges.

Élections législtives
Vos procurations pour les 11 et 18 juin

Si vous êtes absent de Bagneux le 11 et/ou le 18 juin, vous pouvez demander à un Balnéolais inscrit sur les listes électorales de la ville (pas forcément dans le même bureau) de voter à votre place aux élections législatives. Pour ce faire, vous devez vous rendre au commissariat au plus vite, muni d'une pièce d'identité. Vous y remplirez un formulaire, que vous pouvez aussi télécharger sur le site interieur.gouv.fr, rubrique Élections. N'oubliez pas de prévenir la personne chargée de voter à votre place, qui devra se présenter à votre bureau de vote avec sa propre pièce d'identité le jour du scrutin.

Mode d'emploi : procuration

SERVICE PUBLIC
Les horaires des bureaux de Poste pour cet été

Traditionnellement, la Poste réduit ses ouvertures pendant la période estivale. Cette année cependant, la municipalité a obtenu qu'aucun des trois bureaux que compte la ville ne soit fermé, afin qu'aucun Balnéolais ne soit pénalisé. Mieux encore, les horaires d'ouverture qui seront pratiqués à cette période permettront à chacun d'avoir accès aux services postaux six jours sur sept au cœur de l'été.
Voici donc les horaires d'ouverture qui seront appliqués du 17 juillet au 26 août 2017 :
• Bagneux Centre, 2 avenue Henri-Barbusse, du lundi au samedi, de 9h à 12h30
• Bagneux Châteaubriant, 32 avenue Henri-Barbusse, du lundi au vendredi, de 14h à 18h et le samedi de 9h à 12h30
• Bagneux Bas-Longchamps, 1 place des Bas-Longchamps, du lundi au samedi, de 9h à 12h30

On a testé pour vous

Les ateliers numériques intergénérationels
Quand les seniors prennent des cours d’informatique

Un jeudi matin, je me suis invitée au centre social et culturel de la Fontaine Gueffier dans l’atelier de "lutte contre la fracture numérique". Une initiative proposée par le Bureau d’informations jeunesse (BIJ) et par la Résidence des personnes âgées (RPA). Deux sessions sont prévues chaque trimestre.

"Qui n’a jamais utilisé d’ordinateur ? Qui n’a jamais surfé sur le web ?", lance Faissoile Ali, informateur jeunesse, chargé d’animer la séance. Huit seniors, motivés, attendent sagement dans la salle informatique, tous venus se confronter à l’ordinateur et au monde d'Internet. Pour les encadrer, étaient également présents Jean-Claude Lesturgie, 65 ans, et Jean Baissac, 71 ans, deux bénévoles, ainsi que Djaël, un collégien fréquentant le BIJ. Internet, voici un outil à maîtriser, notamment pour les relations avec l’administration. "Je ne sais rien du tout !", lance André, qui participe à un atelier pour la première fois. "Vous n'avez jamais tapé sur un clavier ?", lui demande Faissoile. "Non jamais, je suis un manuel moi !", plaisante le monsieur. "Votre souris est l’extension de votre main. Elle vous permet de déclencher des actions", continue à expliquer Faissoile à Monique et André.

Apprendre à surfer
Tous n’ont pas le même niveau. Certains comme Manuel, 80 ans, arrivent un peu à surfer sur la toile. Djaël, 14 ans, lui apprend à mieux réaliser des recherches plus efficaces sur Google. Sur l’écran, un article de Ouest-France sur le tennisman espagnol Rafael Nadal apparaît à l’écran. "Oui je suis un amateur de tennis et de sport en général, commente Manuel, qui est déjà venu aux ateliers. Djaël, je l’aime bien. On a un peu les mêmes goûts." Non loin de là, Jean Baissac montre à Janine comment construire un tableau Excel. "Pour suivre un petit budget, cela peut aider, souligne t-il. J’ai une réelle satisfaction à expliquer. Je m’éclate sur Internet", sourit le bénévole. À côté de Janine, Jean, 80 ans, me demande comment intégrer à Word une image de gâteau, trouvée sur Google-images. Il est presque midi et cette histoire de gâteau me donne faim. À mon tour, je lui explique qu’il faut enregistrer le gâteau dans un dossier et lui montre comment l’importer sur sa page blanche. "On a encore le choix mais un jour on va nous obliger à tout faire sur Internet", lance Jean, qui prévoit de s’équiper bientôt d'une tablette numérique.

Nassima Ouaïl
Contact : Centre communal d'action sociale, 01 42 31 60 00

Notre initiateur Faissoile Ali, informateur jeunesse, 40 ans
C'est lui qui anime l’atelier mis en place par Guy-René Adhouh (BIJ) et Michel Chauvet (RPA) pour les seniors. "La particularité c’est que des jeunes participent pour aider les anciens à ne pas être déroutés par l’outil informatique ou les smartphones…"

Vie de la ville

Rosenberg, une page se tourne

En septembre 2019, plus de 400 petits Balnéolais feront leur rentrée des classes à l’école-parc Rosenberg, située à l’angle des avenues Gabriel-Péri et Henri-Ravera. C’est le projet présenté par les architectes Jean-François Laurent et Brelan d’Arch, qui a été retenu début mai parmi les trois candidatures restant encore en lice après une première sélection par concours. Depuis, l’équipe d’architectes peaufine sa proposition afin que la future école soit parfaitement intégrée dans l’environnement du centre historique de la ville. L’école sera d’ailleurs construite à la place de l’actuel accueil de loisirs Rosenberg, pour lequel une fête d'au revoir sera organisée le 28 juin de 17h30 à 20h30 (lire article).
Au programme : spectacles de danse et de musique, scènes ouvertes des enfants des accueils de loisirs maternels et élémentaires, ateliers de maquillage, de graff et de jeux de société. Une exposition retraçant l’histoire du bâtiment, une fresque réalisée par les enfants, un mur où seront affichés les souvenirs des Balnéolais sur ce lieu, habilleront l'événement, ainsi qu’un espace où le projet retenu sera présenté et où les habitants pourront laisser leur avis et s’inscrire aux temps de concertation de la rentrée. La "dépose de la première pierre" de l’accueil de loisirs sera également réalisée le 28 juin, la Ville envisageant de conserver certaines pierres de l’ancienne façade pour les intégrer au nouveau bâtiment. Enfin la concertation citoyenne se poursuit avec les habitants pour définir les possibilités d’usage de certains espaces de l’école par le public, en dehors des heures de classes et d’accueil de loisirs.

Ich liebe dich, Bagneux !
Quatorze collégiens de Dortmund (Allemagne) ont passé une semaine à Bagneux du 15 au 19 mai avec leurs correspondants français du collège Romain-Rolland, qui les hébergeaient dans leurs familles. Un beau "match retour" après le séjour de nos jeunes germanistes en Allemagne au mois de mars. Accueillis par Marie-Hélène Amiable, Allemands et Français ont visité notamment les vignes municipales, le PPCM et assisté à un spectacle à la Maison de la musique et de la danse, avant de se rendre au Château de Versailles.

Les collégiens présentent leur œuvre

Un livre préfacé par le célèbre écrivain Didier Daeninckx et une pièce de théâtre jouée ce mois-ci à Bagneux, voilà l'aboutissement exceptionnel du travail de deux classes de 4ème du collège Saint-Gabriel.
Accompagnés par l'écrivain Régis Bertrand et par leurs enseignantes de français, Sonia Lacau et Céline Alonso, la quarantaine d'élèves de 4ème 1 et 4ème 2 a mené de main de maître ce beau projet tout au long de l'année scolaire. Un véritable atelier d'écriture, dont Bagneux infos s'était fait l'écho dans son numéro de janvier dernier (p. 9). Choisi par les élèves eux-mêmes, le thème des "origines", est devenu Cosaan, une histoire romanesque où se croisent une multitude de destins. "La pièce relate l'histoire d'amour entre un jeune Ivoirien du nom d'Omar et une riche aristocrate Jane. Malgré l'esclavage, le racisme, ils vont braver l'interdit et s' aimer... de leur amour naîtra Aboubacar... mais j'en dis déjà trop !" s'exclame Sonia Lacau. "C'est une pièce qui mêle la réflexion sur l’un des crimes majeurs de notre histoire humaine, l’esclavage, qui interroge sur les effets que ce drame produit sur les générations futures, tout en rythmant les aventures d’Omar et de Jane au moyen de ces musiques qui ont le don de transfigurer le malheur en art", complète Didier Daeninckx dans sa préface.
De la belle ouvrage donc, à lire ou à admirer sur scène ce mois-ci. Notons que l'éditeur du livre, Emmanuel Digonnet, est lui aussi Balnéolais !
Représentation : Vendredi 16 juin, 19h,
amphithéâtre du collège Saint-Gabriel, 21 rue de la Lisette.
Livre : digobar.fr, 10 euros

Les jeunes musiciens de Démos à la Philharmonie

Ils sont prêts ! Les 13 jeunes clarinettistes et flûtistes du centre social et culturel Jacques-Prévert participant au projet Démos joueront dans la grande salle de la Philharmonie de Paris le dimanche 25 juin, au sein de l’orchestre des Hauts-de-Seine. Pour leur premier concert dans ce lieu prestigieux, ils interpréteront des œuvres spécialement créées pour l'occasion.

Rénovation des équipements sportifs
Avec le nombre d’habitants qui ne cesse d’augmenter et le développement de la pratique sportive dans la ville, la municipalité a décidé de consacrer un budget conséquent à la rénovation de ses équipements sportifs et à plus long terme d’en construire de nouveaux. Dans le plan pluriannuel d’investissement 2017-2020, il est prévu qu’une première enveloppe de 3 millions d’euros soit dédiée à la rénovation de la piste d’athlétisme du Parc des sports et au remplacement de la pelouse du terrain par de l'herbe synthétique ainsi que l’installation d’un parcours sportif dans le parc François-Mitterrand. De plus, la mise en place de contrôles d’accès dans les installations est en cours d’étude afin de sécuriser l’accès aux gymnases et d’optimiser les mises à disposition aux usagers. Et pas moins de 700 000 euros seront consacrés à l’entretien courant des bâtiments sportifs dans cette même période. Puis, après 2020, de nouveaux travaux seront proposés : comme la transformation du terrain en herbe de Port Talbot en synthétique ; la construction de deux nouveaux gymnases : l’un en remplacement du gymnase Joliot-Curie qui doit être démoli du fait de son obsolescence et l’autre aux Mathurins à proximité du futur lycée d’enseignement général de Bagneux. Une réflexion globale sera également menée sur le devenir des tennis, en lien avec le Parc des sports et le quartier des Mathurins, pour constituer un centre sportif très qualitatif pouvant faire la liaison entre le centre-ville et le nouveau quartier.

Bravo à…
Karina Yakoubova et Lucie Printemps pour leurs excellents résultats lors des derniers championnats de France de taekwondo chez les cadettes, qui se sont déroulés le week-end des 22 et 23 avril à Lyon. Karina a décroché la médaille d’argent, dans la catégorie des moins de 59 kg, et Lucie, la médaille de bronze dans la catégorie des plus de 59 kg. Félicitations mesdemoiselles !

Et si on se mettait à la gym ?
Du 19 au 30 juin, les cours de gymnastique d'entretien du COMB font leurs portes ouvertes. Ciblés cardio et/ou renforcement musculaire, ils sont réservés aux plus de 18 ans. C'est le moment de découvrir ces activités si vous envisagez de vous y inscrire pour la saison prochaine.
Gymnase Joliot-Curie, les lundi et jeudi de 19h à 20h
Halle des sports Janine-Jambu, le samedi de 10h à 12h
Gymnase Saint-Gabriel, les mardi et vendredi de 19h à 20h
Infos : 01 49 65 69 50

Fermeture de la piscine
Comme chaque année, la piscine municipale fermera ses portes pour une dizaine de jours à compter du lundi 26 juin pour procéder à la vidange des bassins. La réouverture au public aura lieu mercredi 5 juillet.

Le Nautile tire sa révérence
La ZAC ÉcoQuartier Victor-Hugo entame une nouvelle étape ce mois de juin, avec le lancement des travaux de démolition du Nautile. Ce bâtiment abritait auparavant la Direction départementale du travail qui vient de quitter les lieux ainsi que l’entreprise Neopost, désormais installée dans l’immeuble voisin, Résonance. Les travaux de démolition devraient durer environ six mois. À la place seront construits deux bâtiments (plan ci-dessus) : le premier sur l’avenue Aristide-Briand abritera 20 000 m² de bureaux, permettant d’accueillir environ 1 700 salariés, une opération commune des promoteurs Nexity et Codic ; le second, à l’arrière, sera dédié au logement avec la résidence Odyssée de Nexity, comprenant 82 logements dont 66 en accession à la propriété et 16 en locatif social, qui seront gérés par le bailleur Domaxis. Si la construction de l’immeuble de logements devrait débuter début 2018 pour une livraison mi-2019, celle de l’immeuble de bureaux commencera un peu plus tard, une fois que la commercialisation sera bien avancée.

Une nouvelle rencontre sur les jardins potagers partagés
Une centaine de Balnéolais mais aussi des personnes extérieures à la ville avait participé le 25 février à la concertation sur l’aménagement des espaces publics autour du théâtre Victor-Hugo. Une vingtaine de personnes intéressées par les jardins potagers partagés, qui occuperont une partie du jardin public, ont décidé de se constituer en association, pour assurer la gestion de ces jardins. Une nouvelle rencontre est organisée le jeudi 29 juin à 19h, pour avancer sur la mise en œuvre de ces potagers, avec des visites d’autres jardins sur Bagneux, et poursuivre les discussions avec les paysagistes.

Renseignements :
Maison des projets,
28 avenue Henri-Barbusse
maisondesprojets@mairie-bagneux.fr
01 41 98 41 80

Découvrez la nouvelle saison culturelle
Attention ! Cette année, c'est au mois de juin que la Direction des affaires culturelles de Bagneux vous présente en avant-première sa programmation pour la saison 2017-2018. Confortablement installé au théâtre Victor-Hugo, vous découvrirez l'intégralité des spectacles et manifestations proposés à partir de la rentrée, illustrés par de nombreux extraits vidéo. Sans déflorer cette soirée éclectique, on peut d'ores et déjà annoncer le one-man show comique de Garspard Proust, mais également un concert 100 % symphonique de l'orchestre national d'Île-de-France au grand complet, une nuit entière (de l'apéro au premier métro) inscrite dans la biennale nationale des arts du mime et du geste, les premiers pas au théâtre du rappeur Kery James, un concert du célèbre pianiste de jazz cubain Omar Sosa... Une réception clôturera cette belle soirée de présentation. À noter : une autre occasion permettra, le 9 septembre, de rencontrer certains artistes en vrai, tout en visitant les coulisses du théâtre et les autres équipements culturels de la ville... À suivre.
Théâtre Victor-Hugo, lundi 26 juin, à partir de 19h
Réservation : 01 46 63 96 66

Bagneux fête la musique
Mercredi 21 juin est une journée dédiée à la musique ! À tous les étages, dans tous les états, les musiciens sont libres de se produire dans les rues et partager leurs talents avec le plus grand nombre. La Ville soutient cette initiative et souhaite renouer avec l'essence même de cette manifestation en mettant sur le devant de la scène les pratiques amateurs. Un appel à participation a été lancé en mai pour faciliter la relation entre les groupes de musiques et les espaces de jeux offerts par les équipements de la ville, mais aussi les commerces partenaires. Venez nombreux soutenir les talents émergents !
Dès 15h sur le parvis de la Maison de la musique et de la danse, ainsi qu'à la médiathèque Louis-Aragon.
Dès 18h : Café-terrasses avec les studios de la chaufferie, en lien avec les commerces partenaires, dont le Brazza, l'Instant gourmand et la Côte à l'os (rue Henri-Ravera).
Programme détaillé sur bagneux92.fr à partir du 14 juin

Infos travaux
Rue des Olivettes 

Depuis le 29 mai, le territoire Vallée Sud - Grand Paris procède à des travaux de réfection du réseau d’assainissement qui dureront jusqu’au mois d’octobre, ce qui entraînera une fermeture de la rue à la circulation, sauf pour les riverains. À la suite de ces travaux, la Ville procèdera à l’enfouissement des réseaux aériens et au réaménagement complet de la voie (voirie, trottoir, espaces verts…)

Carrefour des rues Édouard-Branly et des Bas-Coquarts
Durant le mois de juin, la Ville va refaire le carrefour afin de faciliter la giration des bus et créer un plateau surélevé pour ralentir la circulation automobile. D’autre part, le revêtement de la rue des Bas-Coquarts va être entièrement refait, des travaux cofinancés avec la ville de Bourg-la-Reine.

Rue de la Lisette
Suite à plusieurs réunions de concertation avec les riverains, il a été décidé de mettre en place deux chicanes, l’une entre la rue de Fontenay et la rue de la division Leclerc, l’autre entre la rue de la division Leclerc et la rue Léon-Blum, pour réduire la vitesse des véhicules. La rue de la Lisette sera, de plus, mise en sens unique à partir de la rue Léon-Blum en direction de la rue des Cuverons pour une période de test durant le mois de juin.

Rue des Meuniers
Du 6 juin au 29 septembre, le conseil départemental procèdera à une deuxième phase de travaux de rénovation du réseau d’assainissement, entre l’avenue Louis-Pasteur et l’avenue Aristide-Briand. Une circulation alternée sera mis en place pendant la durée des travaux. Les jours de marchés, les camions des commerçants seront autorisés à stationner avenue Pasteur.

À vos palettes !
Inventer le logo de la bienveillance partagée à Bagneux, un logo déclencheur d'échanges, de sourires, de communication... C'est ce que vous propose l'un des groupes d'habitants constitués à la suite du temps fort citoyen #PasSansVous. Il s'agit d'un signe à porter sur soi sous forme de badge pour afficher son attachement au vivre ensemble, qui pourra être décliné dans l'espace public sous les formes les plus diverses. Ce concours gratuit avec cession des droits à la Ville de Bagneux est ouvert aux plus de 14 ans jusqu'au 30 juin. Envoyez vos créations (fichiers vectorisés .pdf ou .ai en haute définition) par e-mail à l'adresse ci-dessous.
aude.bonardelle@mairie-bagneux.fr

Six classes supplémentaires à la rentrée
Selon les prévisions du service communal de l'Éducation, 4 532 élèves effectueront leur rentrée dans les écoles de la ville en septembre prochain. C'est 160 de plus qu'à la rentrée 2016. L'augmentation des effectifs est particulièrement sensible en élémentaire (+ 5 %), mais concerne aussi les maternelles (+ 0,9 %). Comme chaque année, les services de la Ville et ceux de l'Éducation nationale ont travaillé en étroite collaboration pour assurer l'accueil de tous les enfants, en se basant sur les statistiques démographiques mais aussi les livraisons de nouveaux logements. Ainsi, cinq écoles élémentaires de la commune bénéficieront chacune d'une classe supplémentaire : Henri-Wallon A, Joliot-Curie, Maurice-Thorez, Paul-Éluard et Marcel-Cachin. Cette dernière bénéficiera également d'une classe supplémentaire en maternelle. Les élèves non francophones seront accueillis à l'école Marcel-Cachin en plus de l'école Henri-Wallon B, offrant ainsi une meilleure répartition du service sur le territoire. Chaque création de classe implique un poste d'enseignant supplémentaire mais aussi une salle de plus qui sera aménagée pendant l'été dans les écoles concernées, grâce à des mutualisations avec l'accueil périscolaire. Par ailleurs, le gouvernement prévoit pour la rentrée prochaine le dédoublement de toutes les classes de CP et CE1 dans les zones d'éducation prioritaire (ZEP) les plus défavorisées. La Ville souhaiterait que cette mesure s'applique également aux 39 classes de nos écoles classées en ZEP.

Ateliers d’arts
Poterie, encre, sculptures en papier mâché, dessin… Depuis le mois de janvier de nouveaux cours pour enfants (à partir de 6 ans) et ados ont ouvert à la Maison des arts les mercredis et jeudis soirs. Ces cours, subventionnés par le conseil départemental, remplacent ceux qui ont été intégrés dans les temps d’activités périscolaires. Animés par Alice Rémy, 24 ans, artiste et scénographe, ils sont l’occasion pour les enfants de s’initier à toutes les formes d’arts plastiques et pour ceux qui se destinent à des filières artistiques, de bénéficier de cours adaptés pour s'y préparer. Très prolifiques et imaginatifs, les élèves exposent leurs œuvres jusqu’au 16 juin à la Maison des arts.
Maison des arts, 15 avenue Albert-Petit, 01 46 56 64 36

Du côté des TAP
À la découverte de l'escrime

Depuis le mois de janvier, Bagneux infos vous a fait découvrir chaque mois, en vidéo, une activité proposée aux enfants dans le cadre des temps d’activités périscolaires (TAP) que finance la Ville. Ce mois-ci, la dernière de notre série : l’atelier escrime de l’école Henri-Wallon animé par Ghislain Maurice, maître d’armes au Paris Université Club. Faire découvrir un sport de combat particulier et s’amuser, c'est le but de cet atelier. "On souhaite apprendre aux élèves les bases de l’escrime, les règles, comment on se déplace, comment on touche…, explique l’intervenant. On apprend différentes manières d’attaquer et de se défendre." Un sport exigeant, mais qui n’a jamais rêvé de se transformer en mousquetaire ou en Jedi dans Star Wars ?

» Voir la vidéo

Les architectes au travail
La rénovation du marché Léo-Ferré est aujourd'hui entre les mains des architectes. Trois thématiques avaient émergé des questionnaires remplis par les habitants l'été dernier. Elles ont donné lieu à trois ateliers au mois de mars. Ces groupes de travail comprenaient des habitants tirés au sort parmi ceux qui fréquentent et ceux qui ne fréquentent pas ou plus le marché, des élus, des agents de la Ville, des représentants des commerçants (abonnés et occasionnels) ainsi que le gestionnaire du marché. Ils ont travaillé ensemble sur l'offre commerciale et les services proposés, l'aménagement de la halle, les aménagements extérieurs. Munie de ces informations (à découvrir courant juin sur bagneux92.fr), une équipe d'architectes travaille désormais sur plusieurs scénarios qui seront présentés aux habitants à la rentrée. Les travaux de mise aux normes et de valorisation du marché doivent démarrer courant 2018 pour une durée d'un an environ.

Trouver un contrat d'apprentissage
L'apprentissage, qui consiste à alterner des cours théoriques et des périodes de travail en entreprise, peut être une très bonne passerelle vers l'emploi. Chaque année 80 % des jeunes issus de l'apprentissage trouvent un travail à l'issue de leur formation. Le plus difficile étant de trouver un employeur, la Chambre des métiers et de l'artisanat des Hauts-de-seine, propose sur son site internet de mettre en relation des jeunes avec des artisans volontaires pour accueillir un apprenti. Ouverte depuis le 1er avril, cette bourse d'apprentissage fonctionne jusqu'au 31 octobre.
cma92.fr, rubrique Apprentissage

Un entrepreneur pour vos travaux
Depuis le mois de mars, Romain Entreprise propose ses services pour vos travaux de plomberie, chauffage et peinture. Disponible en semaine et le week-end (y compris en soirée) Pierre Romain travaille aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises.
Romain Entreprise : 13 rue des Pervenches, 06 64 68 27 24

Dératisation
Comme il le fait deux fois par an, le territoire Vallée Sud – Grand Paris, a procédé à une campagne de dératisation le 19 mai dans un grand nombre de quartiers de la Ville : chemin latéral, rue Ledru-Rollin, voie verte, rue Alphonse-Pluchet, voie des Suisses, rue des Blains, rue de la Sarrazine, rue des Pichets, rue des frères Lumière, rue Blaise-Pascal, rue du général Sarrail, rue des Bas-Coquarts, rue Édouard-Branly, rue Dampierre, rue de la République, rue Charles-Boileau, rue des Fossés, rue de la division Leclerc et rue Charles-Michels. Au mois d'avril, c'est la rue des Bas-Longchamps qui avait été dératisée.

Exercice de sécurité
Un homme en chasuble bleue fait irruption à 15h dans le groupe scolaire Albert-Petit en criant "c'est un attentat !" Tel était le scénario de l'exercice de sécurité qui a eu lieu le 11 mai dernier, à l'initiative de la Ville, en lien avec le commissariat de Police et la préfecture. Le but ? Vérifier les bons réflexes de chacun face à un événement majeur inattendu : donner l'alerte, confiner les enfants, tenir informés les parents et les autorités, réunir une cellule de crise autour du maire pour gérer la situation et prendre les mesures nécessaires en temps réel. Mis dans la confidence par SMS, les parents des écoliers n'ont pas été surpris de voir les policiers intervenir dans l'école pour "neutraliser" le soi-disant "forcené". Les observations réalisées à l'occasion de cet exercice vont permettre d'améliorer le plan communal de sauvegarde à l'échelle de la ville et les plans particuliers de mise en sûreté dans chaque établissement scolaire.

Des jeux pour renforcer les liens familiaux
Souhaité par les habitants, le projet de ludothèque mobile, né lors du temps fort citoyen #PasSansVous, avance à grand pas. Principaux objectifs : renforcer et faciliter les relations parents-enfants à l'occasion de séances de jeux ensemble, tisser des liens dans les quartiers, lutter contre l'isolement ou encore transmettre des valeurs éducatives à travers le jeu. Après plusieurs réunions destinées à préciser ces objectifs et les moyens de les atteindre, les habitants, les agents de la Ville et les élus municipaux participant à ce groupe de travail ont rencontré, début mai, une ludothécaire de Longjumeau (Essonne) qui leur a fait part de son expérience. Elle leur a présenté des jeux originaux ayant fait la preuve de leur succès auprès des enfants de tous âges et de leurs parents. Des jeux pratiqués au sein des accueils de loisirs ont également été proposés. "En les essayant, nous avons vite constaté, la puissance des activités ludiques pour casser les barrières et créer du lien", confirme Anne Berthelot, l'animatrice du groupe. Jeux d'observation, de mémoire, de stratégie, d'adresse, de coopération... une liste commence à se constituer, qui s'affinera au fil des expériences de terrain. Une première sortie de la ludothèque mobile a eu lieu le 20 mai, lors de la fête du quartier Sud et d'autres vont se développer dans toute la ville, ce mois-ci et pendant l'été, dans le cadre de Copaca'Bagneux notamment. À chaque fois, des jeux seront mis à disposition des enfants et de leurs parents qui souhaiteront participer.

Prochaines initiatives :
Samedi 17 juin, 15h-18h, parc Richelieu
Samedi 8 juillet, 18h-21h, devant le CSC Jacques-Prévert à l'occasion du pique-nique chantier
Informations : anne.berthelot@mairie-bagneux.fr, 01 42 31 60 25

Pharmacies de gardeDimanche 11 juin
Pharmacie du Pont Royal
212 avenue Aristide-Briand
01 46 65 12 57

Dimanche 18 juin
Pharmacie de la Madeleine
16 allée de la Madeleine
01 46 63 53 74

Dimanche 25 juin
Pharmacie Dampierre
2 place de la République
01 42 53 18 65

Dimanche 2 juillet
Pharmacie Galien Santé
11 rue de Turin
01 42 53 07 99

Projet urbain

L’Hôtel de ville encore plus accessible

La Ville procèdera cet été au réaménagement du parvis et de l’entrée de l’Hôtel de ville, afin de les rendre accessibles à tous, et plus particulièrement aux personnes à mobilité réduite conformément à la loi du 11 février 2005. Il s’agira de démolir le pavage existant, terrasser le parvis afin d’accueillir de nouveaux cheminements et notamment une rampe d’accès conforme à la norme, de réaliser un nouvel aménagement paysager et de créer un nouveau système d’éclairage combinant mâts et bornes au sol. Les travaux dont le montant s'élève à 199 045 euros auront lieu du 26 juin au 22 septembre. L’accueil se fera par l’entrée habituelle jusqu’au 15 juillet, quelques places du parking visiteur seront cependant neutralisées. À partir du 17 juillet, le parking visiteur sera entièrement inaccessible de même que l’entrée principale de l’Hôtel de ville. Des places seront mises à disposition des usagers sur le parking situé derrière le bâtiment (accès par la rue René-Cros) et l’entrée se fera alors par la passerelle, située à l’arrière du bâtiment. Une signalétique particulière sera mise en place pour faciliter l’orientation de tous.

Côté métros
Du côté de l’avenue Henri-Barbusse

Depuis le 10 avril, la RATP a investi l’emprise qui se trouve en bas de l’avenue Henri-Barbusse entre le carrefour avenue Henri-Barbusse/rue de Verdun et la rue Gabriel-Cosson. La rue Gabriel-Cosson, en venant de la rue de Verdun, a été mise en impasse et la rue de Verdun est maintenant à double sens devant le groupe scolaire Joliot-Curie.
À l’inverse le haut de l’avenue Henri-Barbusse, entre la Villa Auboin et la rue Marc-Sangnier a été rendu à la circulation et au stationnement des riverains.
Infos : Sylvie Moquet, 06 28 71 02 08, prolongement-m4.fr

Journée portes ouvertes à la Fabrique du métro
La Société du Grand Paris ouvrira à tous, samedi 24 juin, les portes de la Fabrique du métro, un lieu inédit qui raconte en temps réel l’aventure humaine et technique du Grand Paris Express. Ici, ingénieurs, architectes, étudiants et collaborateurs de la Société du Grand Paris se côtoient et travaillent ensemble à la réalisation du nouveau métro. Un lieu innovant, évolutif et collaboratif, qui facilite la créativité et abrite un laboratoire géant où sont testés les équipements des futures gares. Le 24 juin donc, les Franciliens sont invités à venir passer une journée en immersion dans ces coulisses du Grand Paris Express. Au programme, parcours dans une gare grandeur nature du futur métro, ateliers scientifiques et créatifs pour petits et grands, balades urbaines…
La fabrique : Bâtiments E-F, VALAD Parc des Docks, 50 rue Ardoin à Saint-Ouen.
Le public pourra suivre un plan de jalonnement depuis les stations Mairie de Saint-Ouen (M13), Garibaldi (M13) et la gare Saint-Ouen du RER C.
societedugrandparis.fr/la-fabrique-du-metro

Sortir à Bagneux Haut de page


PLUS PETIT CIRQUE DU MONDE
Le cirque fait son festival !

La neuvième édition du Festival Hip Cirq se tiendra du 16 au 18 juin, avec des spectacles plus époustouflants les uns que les autres, présentés par des artistes venus des quatre coins du monde. Il se prolongera le 22 juin par une soirée spéciale pour célébrer le 25ème anniversaire du Plus petit cirque du monde.

Ils viennent de la Réunion, de Madagascar, d’Afrique du Sud, d’Éthiopie ou encore des Caraïbes et ils ont bien l’intention d’offrir aux Balnéolais un festival exceptionnel ! Du 16 au 18 juin, se tiendra la neuvième édition du festival Hip Cirq avec des spectacles professionnels mêlant performances circassiennes aériennes et au sol, danse, musique, chant mais également des spectacles amateurs. De quoi faire rêver petits et grands ! Parmi les compagnies présentes, on peut citer Cirquons Flex, dont le spectacle a reçu le Prix Tournesol circassien, pour les valeurs humanistes et écologiques qu’il véhicule, lors du festival d’Avignon de 2015. Il y aura également Retouramont, bien connue des Balnéolais, pour ses exploits aériens et qui prendra cette fois-ci possession d’espaces inexplorés pour y construire des architectures éphémères avec des échelles. Mais aussi Fekat circus, fondateur du premier festival des arts du cirque panafricain ou encore les danseurs caribéens du projet Antipodes, dirigés par le chorégraphe hip-hop Medhi Ouachek. Le tout agrémenté de concerts de musique du monde, d’ateliers de découverte et d’initiation au cirque ou encore de spectacles des élèves du Plus petit cirque du monde (PPCM).
"Ce festival prendra une dimension spéciale cette année, d’une part parce que c’est la première fois que le festival se tiendra dans une structure totalement achevée et surtout parce qu’il amorcera une grande soirée d’anniversaire pour célébrer les 25 ans du PPCM", souligne Eleftérios Kechagioglou, directeur de l’association.

Regards sur le passé et l’avenir
Cette soirée anniversaire se déroulera le 22 juin. Elle sera l’occasion pour l’association de célébrer ses réalisations passées, notamment le projet CircoMobiles, qui amène les arts du cirque et des cultures urbaines au cœur des quartier prioritaires, et qui est le lauréat 2017 du concours "La France s’engage", un label récompensant les projets les plus innovants au service de la société. Le prix a été remis à l’association en janvier dernier, par François Hollande. Pas question pour autant de se reposer sur ses lauriers. Lors de la soirée, l’association va lancer une pépinière artistique intitulée Premier pas. "Il s’agit d’un dispositif de soutien à l’émergence de nouveaux artistes, en leur proposant des résidences pour les aider à réaliser leurs projets, à se former davantage, explique Eleftérios Kechagioglou, nous commençons avec Kafka dans les villes, qui est une création inédite d’artistes tout juste sortis du Centre national des arts du cirque de Châlon-en-Champagne".
De beaux spectacles en perspective avec des découvertes d’artistes en devenir.
Sandra Deruère

Programme détaillé du festival et de la soirée anniversaire

FESTIVAL
Alliances urbaines fête ses 20 ans

Le célèbre événement de culture urbaine tiendra sa 20ème édition vendredi 30 juin et samedi 1er juillet. De grands groupes comme I AM ou NTM, connus et reconnus dans le paysage rap et hip-hop français, sont passés par les Alliances urbaines. Carte Blanche, l’exposition de jeunes talents en art visuel, ouvrira le bal dès le vendredi 23 juin avec son vernissage. Dessin, peinture, photo, sculpture, scénographie seront à retrouver à la Maison des arts jusqu’au 30 juin. Le premier rendez-vous du festival Alliances urbaines se déroulera quant à lui sous le chapiteau du Plus petit cirque du monde dès 19h30. Au programme, des shows et le désormais traditionnel "battle alliance", co-organisé avec l’association balnéolaise Conek’team, où quatre équipes de trois danseurs s’affronteront sous les yeux d’un jury. L’idée ? Représenter toutes les disciplines de la danse hip-hop. Le samedi, c’est l’espace Léo-Ferré qui accueillera la soirée anniversaire sous la forme d’un plateau partagé. Une dizaine d’artistes se succèderont sur scène. "L’idée c’est de montrer les différentes couleurs et générations du hip-hop, explique Tony Tchadjeu, chef de projet du festival Alliances urbaines. On voulait inviter des artistes qui sont déjà venus, qui avaient envie de revenir, et valoriser nos talents locaux." Abbas Abbas, Marie M. Kanyor & Mil, Swift Guad & Mani Deïz, S.pri Noir, Y will & La jonction, Casey, Specta… sont invités pour enflammer le public. "On peut parler d’un retour aux origines avec le plateau partagé pour les 20 ans. C’est une formule dynamique car c’est du non-stop", conclut Tony Tchadjeu.

Direction des actions culturelles 01 41 17 48 12
Théâtre Victor-Hugo 01 46 63 96 66
reservationtvh@valleesud.fr

Histoire et patrimoine Haut de page

ROSENBERG : RETOUR AUX SOURCES

ès 1935, le nouveau plan d’aménagement communal de Bagneux prévoit la "création d’un espace libre (square) sur l’immeuble Dubarry situé en bordure des rues de Paris, Chrétien et Etienne-Dolet". Une partie de cette propriété étant sur le tracé de l'avenue Gabriel-Péri en projet (le Chemin départemental CD77) elle est expropriée par le Département de la Seine. La Ville saisit alors l’opportunité, en 1943, d'acquérir les 4 645 m² de terrain restant après la création de la nouvelle voie.
Après-guerre, le terrain est clôturé et aménagé. La propriété privée devient un jardin public pour les enfants où, accompagnés de leurs mamans (sic), ils peuvent jouer, goûter... Un abri couvert y est mis à la disposition du Patronage laïque, précurseur des centres de loisirs.
En juin 1951, le conseil municipal décide d’une ouverture au public, à titre d’essai, sans gardiennage. Le parc, fermé en hiver, ouvre tous les après-midis à partir du mois d’avril. Mais l'essai n'est pas concluant : les enfants détériorent les jeux, dégradent les arbustes... et le parc est finalement surveillé par un gardien, recruté tous les ans pour la nouvelle saison.
C'est le 24 juin 1953 qu'il prend le nom de Ethel et Julius Rosenberg, en hommage à ce couple de militants communistes américains, accusés d’espionnage au profit de l’URSS et condamnés à mort puis exécutés le 19 juin 1953.
Dans le même temps, la ville se développe : à proximité du parc, 653 nouveaux logements sont livrés en 1958. On estime à 200 le nombre d’enfants supplémentaires fréquentant une école maternelle. Pour satisfaire à ces besoins, quatre classes sont édifiées dans le Parc Rosenberg. Mais les nouveaux bâtiments n'abriteront jamais d’élèves : dès 1958, le parc est mis "provisoirement à la disposition du Patronage, à la grande joie des enfants" (extrait du Bulletin municipal de janvier 1959). Jusqu'à ce mois de juin, le parc accueille encore un centre de loisirs. En septembre 2019, une nouvelle école y ouvrira ses portes. Un joli clin d’œil à l’Histoire…

Valérie MAILLET – valerie.maillet@mairie-bagneux.fr - 01 42 31 62 18

Coup de cœur Haut de page

Raphaëlle Decade, 15 ans
La boxe au féminin

C'est en feuilletant les pages de Bagneux infos, que j'ai remarqué l'annonce du COMB qui proposait aux femmes des sessions gratuites de découverte de la boxe*, l’après-midi du 22 avril. Cela m'a tout de suite intéressée car cela fait un moment que je me demande si la boxe me conviendrait comme sport. Nous avons commencé par des échauffements, puis nous avons poursuivi avec l'apprentissage de plusieurs enchaînements que nous avons ensuite appliqués sur le ring. Pour ma part, j'ai apprécié la session pour ce qu'elle m'a appris et ce qu’elle m'a permis de découvrir sur la pratique de ce sport. Grâce à ce cours, je sais désormais qu'à la rentrée de septembre je m'inscrirai à la boxe. Et d'ailleurs je recommande la boxe autant aux filles qu'aux garçons car ce n'est pas qu'un sport masculin. Eh oui, c'est un sport mixte ! Et si vous n’êtes pas convaincues, dites-vous que la boxe peut tout simplement vous aider à vous défouler ou relâcher la pression si vous en sentez la nécessité.

*Le conseil départemental participe au développement du sport féminin par l’intermédiaire de subventions versées aux associations.

Cette rubrique est la vôtre ! Vous souhaitez faire connaître à nos lecteurs une œuvre, un lieu, une expérience, qui vous tient à cœur à Bagneux ? À vos claviers ! Envoyez un texte de 11 lignes (times new roman 14), avec vos nom, prénom, adresse et numéro de téléphone à : Bagneux Infos, 57 avenue Henri-Ravera, 92220 Bagneux ou jmbordes@mairie-bagneux.fr. Attention : il est interdit de promouvoir une action dont vous êtes partie prenante !

La page des enfants Haut de page

Quel est le rôle les député(e)s ?

Les dimanches 11 et 18 juin, tous les Français doivent élire leurs député(e)s à l'Assemblée nationale. C'est ce qu'on appelle les élections législatives. Comment cela se passe-t-il ? À quoi servent les député(e)s ? Quels sont leurs pouvoirs ? C'est ce que nous allons t'expliquer dans cette page.

La France est divisée en 577 parties appelées "circonscriptions" qui élisent chacune un député ou une députée à l'Assemblée nationale pour une durée de 5 ans. Il y a donc 577 député(e)s.

Deux grands pouvoirs
Cette "France miniature" se réunit dans ce qu'on appelle l'hémicycle pour voter les lois, que tous les habitants de notre pays doivent respecter. Pour être appliquée, une loi doit être adoptée de façon identique par l'Assemblée nationale et par le Sénat, les deux parties appelées "chambres" qui composent le Parlement.

L'Assemblée nationale doit aussi contrôler le gouvernement en posant des questions aux ministres et au Premier ministre. Elle peut même faire tomber le gouvernement en votant une motion de censure ou en votant "contre" la question de confiance posée par le Premier ministre.

Évènements du mois Haut de page


CONCERTS
L’ANGE ET L’ENFANT

Dans le cadre de Traverses 92. Textes d’Olivier Brunhes et musique de Jean-Philippe Viret. Avec Richard Turegano (piano), Hubert Dupont (basse) et Max Hartok (batterie) et les chœurs d’élèves des classes de CM1 des écoles Maurice-Thorez et Paul-Vaillant-Couturier et des classes de CM2 CHAM. Direction : Laurianne Vallée et Camille Bourouillou. Gratuit.
Mardi 13 juin et jeudi 15 juin à 19h

LES ATELIERS DE LA CHAUFFERIE
Sélection d'une vingtaine de titres de musiques actuelles joués par les élèves des cours annuels de musique du studio.
Vendredi 23 juin à 20h
Maison de la musique et de la danse

SPECTACLES DE FIN D’ANNÉE
École Henri-Wallon maternelle
Samedi 10 juin de 8h30 à 12h
Collège Henri-Barbusse
Vendredi 16 juin à 20h
École ChÂteaubriant
Samedi 1er juillet à 9h
Ateliers Sourous
Samedi 17 juin à 14h
Théâtre Victor-Hugo

FÊTE FORUM DES DEUX CSC
Stands des associations et des partenaires sociaux et spectacles (musique,théâtre, danse, etc.)
Samedi 24 juin De 13h30 à 19h
Espace Léo-Ferré

EXPOSITIONS
ACCROCHAGE
Johanne MacLeod, sculptures.
jusqu'au 4 juillet
Médiathèque Louis-Aragon

ATELIERS DE LA MAISON DES ARTS
Jusqu’au 16 juin
Vernissage mercredi 7 juin
à partir de 17h30
Maison des arts

ATELIERS
INITIATION À LA PRATIQUE DU JIN SHIN JUYTSU
Pour aider l’énergie qui est en chacun de nous à mieux circuler. Gratuit, réservation indispensable (nombre de places limitées) : 01 47 40 26 00
De 14h30 à 17h

ATELIERS DE MASSAGE
Massage parent-bébé (jusqu’à 1 an) de 14h à 15h30
Massage en famille (parents et enfants de 3 à 12 ans) de 16h à 17h30
Tarif par famille : 20 euros pour les adhérents à l’association et 25 euros pour les non adhérents.
Réservation indispensable sur asso.mass.ages@gmail.com ou au 06 24 71 03 23

MÉDITATION DE LA PLEINE PRÉSENCE
À partir de 16 ans. Gratuit, réservation indispensable : 01 47 40 26 00.
De 14h30 à 16h
CAFÉ TRICOT
Apporter laine et aiguilles.
De 14h30 à 16h30
Samedi 10 juin
Centre social et culturel de la Fontaine Gueffier

ALLIANCES URBAINES
ALLIANCES DU OFF
Masterclass Locking avec Funky J, vainqueur en 2017 de la discipline Locking du tournoi international Juste Debout.
Infos : contact.conekteam@gmail.com
Dimanche 18 juin de 11h à 13h30
Espace Marc-Lanvin

Carte Blanche
aux Jeunes Talents

Présentation des univers artistiques, d'une quinzaine de jeunes créateurs en arts visuels, âgés de 14 à 30 ans.
Exposition du 20 au 30 juin
Vernissage le 23 juin à 18h30
Maison des arts de Bagneux

BATTLE ALLIANCES
Coorganisé avec l'association Conek'team, durant lequel danseurs & B-Boys de renom viendront s’affronter lors d’un Battle exhibition de haut niveau ! Tarif unique : 5 euros.
Vendredi 30 juin à 20h
PPCM-Centre des arts du cirque et des cultures émergentes

GRAND CONCERT
Lire article
Tarif moins de 25 ans et demandeurs d’emploi (sur présentation d’un justificatif) : 5 euros. Tarif plus de 25 ans : 12 euros
Prévente et réservations :
• Direction des actions culturelles : 01 41 17 48 12
• Théâtre Victor-Hugo 01 46 63 96 66, reservationtvh@valléesud.fr
• Fnac / billetreduc.com
Samedi 1er juillet à 20h
Espace Léo-Ferré

RENCONTRES
CAFÉ GOURMAND

Suite à l'événement Happy Culture, les équipes de la médiathèque vous proposent de venir échanger et réfléchir à l'avenir de la médiathèque en tant que lieu de vie.
Ce premier temps de rencontre sera suivi d'un concert avec l’association africaine de percussions de l’Afrique de l’Ouest, Djembéfolas.
Samedi 10 juin à partir de 13h30
Parvis de la médiathèque Louis-Aragon

LITTÉRATURE
PRIX LITTÉRAIRE DES ÉCOLIERS

Dans le cadre de Traverses92, huitième édition du Prix littéraire des écoliers de la ville de Bagneux, une initiative de l’Éducation nationale en partenariat avec la médiathèque Louis-Aragon. Ce sont 46 classes, de la maternelle à la 6ème, qui ont lu et analysé une sélection d’albums et de livres sur le thème de la mémoire.
Exposition des travaux des enfants
Du 14 juin au 7 juillet
Hall de la médiathèque

ANNONCE DU PRIX
Pour ce moment convivial, venez tous vêtus de couleur blanche !
Mardi 20 juin de 17h à 19h
Parvis de la médiathèque Louis-Aragon

APÉRO LITTÉRAIRE
Transmettez vos coups de cœurs aux bibliothécaires avant le 13 juin, et venez découvrir vos dix livres favoris, autour d’un apéritif participatif (la médiathèque se charge des boissons).
Mardi 27 juin à partir de 19h30
Médiathèque Louis-Aragon

FÊte de la musique
Lire article
Mercredi 21 juin de 18h à 21h
Centre-ville de Bagneux

Festival HIP-CIRQ
PPCM - Centre des arts du cirque et des cultures émergentes

LA PLI I DONN
Par la Compagnie Cirquons flex. Quatre acrobates venus de la Réunion, Madagascar et d’Afrique du Sud font dialoguer les cultures et les corps dans une création humaniste en forme d’ode à l’Océan Indien.
Vendredi 16 juin à 20h30, suivi d’un concert de musique malgache.
Tarif unique : 5 euros

CABARET-RÉSIDENCE
Par Fekat circus, metis’gwa… Les artistes ont quartier libre ! Acrobaties éthiopiennes, danses caribéennes, prouesses musicales et circassiennes…
Samedi 17 juin à 20h30
Tarif unique : 5 euros

JEUX D'ÉCHELLES
Par la compagnie Retouramont en partenariat avec la ville de Bagneux. Les danseurs verticaux présentent un extrait de leur nouvelle création participative, avec démonstration d’équilibre dans les airs.
Samedi 17 juin à 19h30. Gratuit.

Ainsi que de nombreux ateliers d’initiation, concerts, spectacles des élèves du PPCM et des surprises !

LE PPCM FÊTE SES 25 ANS
La soirée sera à l’image de cette association : citoyenne, métissée, indisciplinée !Au programme, des spectacles amateurs et professionnels, du cirque, du chant, de l'acrobatie, du hip-hop... un grand charivari festif et enlevé auquel tout le monde est invité !
Jeudi 22 juin à 19h30
Tarif unique : 5 euros

RENDEZ -VOUS

CONSEIL DES USAGERS
Samedi 10 juin de 10h à 12h
CSC de la Fontaine Gueffier

JARDINAGE PARTICIPATIF
Samedi 10 juin de 14h à 16h
Médiathèque Louis-Aragon

CONSEIL MUNICIPAL
Mercredi 28 juin à 20h30
Salle des mariages, ancienne mairie

TIR À L’ARC
Tir du Roy, organisé par le COMB
Samedi 17 juin à partir de 10h
Parc des sports

COMMÉMORATION
Appel du Général de Gaulle
Samedi 17 juin à 17h
Stèle du Général de Gaulle, rond-point Ambroise-Croizat

CAFÉ DES PARENTS
Thème : être parents, parlons-en ! En présence d’une psychologue et de la référente famille du CSC. Gratuit, réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Mardi 20 juin de 18h30 à 20h
CSC de la Fontaine Gueffier

HANDBALL
Finale du tournoi de Hand Initiatives Écoles
Vendredi 23 juin à partir de 9h
Plaine de jeux Maurice-Thorez

FOOTBALL
Challenge Ravera/Bouabid
Samedi 24 juin à partir de 8h
Challenge Farulli
Dimanche 25 juin à partir de 8h
Parc des sports

Les Mille et une Nuits
Soirée dansante orientale animée par le collectif Douceur des Parents.
Apporter une petite collation à partager ensemble.
Samedi 1er juillet à 19h30
CSC Jacques-Prévert

Vie pratique Haut de page

 

Numéros utiles

Vos élus à votre service sur rendez-vous à l'Hôtel de ville
57, avenue Henri-Ravera 01 42 31 60 00

Horaires d'ouverture de la mairie :
Hôtel de Ville
Le matin : du lundi au vendredi de 8h30 (10h le mardi) à 12h.
L'après-midi : du lundi au vendredi de 13h30 à 17h (19h30 le mardi).
Permanences sur rendez-vous le samedi de 9h à 12h pour les passeports et cartes d'identité.

Mairie annexe
8, résidence du Port-Galand 01 45 47 62 00
Du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h (19h le jeudi).

Restauration scolaire

Les menus du mois : Consulter les menus du mois en cours

État civil

Ils sont nés

Serigne AMAR
Siyana BAHRI
Sarah BOUKHCHANA
Mélya BRELEUR
Nafissah DANSOKO
Shawn DASILVA
Toutouba DEMBÉLÉ
Amadou DIOUF
Lamine JAWARA
Thomas PASQUET
Aliya PIERRE-LOUIS
Violeta ROMERO AGUILA TRIVIDIC
Jaymie SANTINI
Ramata SOW
Anton VERDON

Ils se sont mariés

Nadir ABROUCHE & Pauline GIVAUDAN
Maxime AKA &Chacou AWA
Mohamed BOURKIA & Imane BOUASSRIA
Nelson DOS SANTOS BEATO & Noura HANNOUCHE
Nicolas FRANCK & Nina VITTEMETZ
Pascal HUYNH & Francess MONTOUT
Duc LE TRAN & Uyen DOAN
Dengjun WANG & Yingchan YAN

Ils nous ont quittés

Joseph ALMAN
Lucette ANCETTE
Amaresar BALARATNAM
Rose BERNARDINELLO, veuve LACONDE
Dominique BOURRET
Colette BRUNET de la CHARIE
Philippe CHAILLOU
Marthe DEHER
Christiane DELOS, veuve PATIN
Marcelle GIANNELLI, veuve BEAUREPAIRE
Yvonne GOURDELIER, veuve LEGIGAN
Giancarlo ISINGRINI
Madeleine JONCOUR, veuve LAHER
Yvonne LABAUT, veuve DARRIDOL
Marie LE CARRER
Elisabeth LISSAC, veuve KOECHLIN
Robert MARTINEAU
Bernard PUJOL
Denise RAVEL, veuve LACHAUME
Mohand REDJDAL
Gabriel ROUSSEAU
Abdelkrim SEBGAG
Michel THOMAS