Ecoutez

n°258 - Octobre 2017

www.bagneux92.fr

L'objet du mois

Édito

Mois en images

Ils font la ville

Temps fort

Dossier du mois

Points de vue

Grand angle

Décryptage actualité

Conseils pratiques

Vie de la ville

Projet urbain

Histoire et patrimoine

La page des enfants

Événement du mois

Vie pratique

L'objet du mois Haut de page

Le mammographe

Le Centre municipal de santé de la Ville va s’équiper d’un nouveau mammographe. L’occasion de revenir sur cet examen radiographique du sein, permettant de détecter d'éventuelles anomalies, pour les soigner au plus vite.

Grâce à l'investissement de la Ville et une subvention de 105 000 euros de la Région représentant la moitié de son prix, le Centre municipal de santé (CMS) va s'équiper d’un mammographe dernier cri. Il remplacera l’ancien qui date de 2004. "Il s'agit d'un appareil radiologique qui permet de dépister des anomalies au niveau des seins, explique Cédric Cheymol, directeur du CMS. De 50 à 74 ans, la mammographie est recommandée tous les deux ans dans le cadre du dépistage organisé des cancers". Le dépistage est délégué à l'association ADK92 qui se charge d’identifier toutes les femmes concernées du département. Un courrier d’invitation à pratiquer une mammographie gratuitement leur est envoyé. Cette radiographie est aussi accessible sur prescription médicale (dépistage individuel) si nécessaire. Plus moderne, plus précis, avec moins de rayonnement, cette nouvelle acquisition du CMS sera en fonction courant novembre. À l’occasion de la campagne nationale Octobre Rose, une journée de sensibilisation et de dépistage est prévue le mercredi 18 octobre de 9h à 12h avec l’équipe de radiologie du CMS, en présence d’ADK92. "L’objectif ? Favoriser le dépistage, souligne Corinne Graux, coordinatrice des actions de santé publique. Savoir pour agir".

Nassima Ouaïl

Centre municipal de santé : 2 rue Léo-Ferré
Journée de prévention : mercredi 18 octobre de 9h à 12h (apporter les dernières mammographies si possible) - Infos et lieux de dépistage : adk92.org

Sur le nouveau mammographe acquis par la Ville, une technologie récente (capteur plan) remplacera les cassettes de l’ancien.

Dans le cadre d’un dépistage organisé, une relecture de la mammographie par un second radiologue est faite dans les locaux d’ADK92.

En 2016 : 50,6 % des Balnéolaises recevant un courrier pour le dépistage organisé ont répondu à l’invitation contre 37,5 % au niveau du département (objectif national : 70 %).

La séance dure entre une demi-heure et trois quarts d’heure. Si besoin, l’examen se complète par une échographie. Pas besoin d’être à jeun.

Édito Haut de page

Attentive à votre quotidien comme aux grands projets d’avenir !


Les nombreuses rencontres organisées avec vous début septembre ont, une nouvelle fois, été un riche moment d’échanges. J’ai pu entendre vos besoins et vos inquiétudes : emploi, logement, éducation, sécurité, santé… Les politiques d’austérité de ces dernières années, qui retirent des moyens aux communes et aux services publics, continuent à peser lourdement sur la vie de beaucoup. Je crains malheureusement que la situation ne se détériore encore avec ce nouveau gouvernement qui retire du pouvoir d’achat (APL, CSG…) tout en fragilisant les protections comme celles du code du travail.
Dans notre ville en développement, les projets avancent : arrivée de deux métros, de deux nouvelles écoles et de la crèche, obtention du futur lycée, création de logements diversifiés qui vont amener plus de mixité mais aussi réhabilitation de logements plus anciens, installation de nouveaux commerces.
Mais pour obtenir tout cela, il faut en passer par la phase des travaux et je suis consciente des nuisances que cela engendre. Nous intervenons quotidiennement auprès des professionnels qui gèrent ces chantiers pour qu’ils soient supportables pour les riverains. Car le quotidien est aussi important que nos grands projets !
C’est pourquoi j’ai demandé aux services de la Ville de donner leur maximum pour que le cadre de vie reste agréable, dans les quartiers en travaux comme ailleurs. Dans le domaine de la propreté notamment, les agents font beaucoup et nous mettons actuellement en place un arrêté qui va permettre de verbaliser les dépôts sauvages d’encombrants de manière sévère. Mais j’en appelle aussi au civisme de chacun.
J’ai également demandé au ministère de l’Intérieur, afin que chacun puisse vivre sereinement, qu’il dote enfin notre commissariat des moyens nécessaires, en policiers comme en véhicules, car nous avons besoin d’une vraie police de proximité pour assurer le droit à la tranquillité de tous.
Enfin, pour que vous puissiez participer à améliorer votre quotidien, nous innovons cette année en mettant en place un budget participatif (voir la plaquette jointe au journal). À vos idées !

Marie-Hélène AMIABLE,
Maire de Bagneux
Conseillère départementale des Hauts-de-Seine

 

Ce journal est le dernier auquel participe notre photographe Yves Faven, l'homme aux célèbres moustaches. Après 27 années employées à sillonner la ville pour capter les moments forts et les habitants, Yves prend aujourd'hui un repos bien mérité. Toute l'équipe du service Communication lui souhaite une magnifique retraite.
Bon vent, l'ami !

Mois en images Haut de page

Le 30 août Julien Denormandie, le secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires (à droite), visitait l’ÉcoQuartier Victor-Hugo ainsi que le chantier des métros.

Bagneux et ses associations d'anciens combattants ont célébré la Libération de Paris et de sa banlieue en 1944, le 24 août.

Autre chantier en pleine activité : celui du Grand Paris-Express, que les habitants ont pu découvrir sur place lors de la rencontre du maire du 6 septembre.

Les habitants du quartier centre-ville ont mis la dernière touche, le 13 septembre, à leurs boîtes à livres destinées à prendre place dans l'espace public. Elles permettront à chacun de prêter et emprunter des ouvrages gratuitement.

Parmi les chantiers de l'été, visités le 31 août par les équipes municipales, la construction des maisons en bois de la rue Ledru-Rollin a bien avancé.

Les Studios de la Chaufferie présentaient leurs activités le 9 septembre, à l'occasion des Portes ouvertes de la Culture.

Le 9 septembre, plus de 70 nouveaux habitants ont été reçus à l'Hôtel de ville par le maire et ses équipes, afin de découvrir les activités et services offerts par la commune. Encore bienvenue !

Les derniers immeubles de la rue des Tertres ont bien poussé pendant l'été et ont reçu la visite du maire et de ses équipes le 31 août.

Les habitants étaient invités à broder les grilles du parc Richelieu, le 15 septembre. Ce fil rouge éphémère a relié sept des onze villes du territoire Vallée Sud - Grand Paris pendant les journées du Patrimoine.

Une vingtaine de bénévoles de la Croix-rouge ont été hébergés au stade René-Rousseau la nuit du 12 septembre, avant de décoller le lendemain matin pour les Antilles pour venir en aide aux victimes du cyclone Irma.

À l'occasion des journées du Patrimoine, les habitants ont pu admirer le 16 septembre les sites historiques de la ville, comme ici la maison Masséna, ou l'église Saint-Hermeland, avec les explications de conférenciers spécialisés.

Très apprécié des Balnéolais, le retoucheur Bayram Fidan a emménagé en septembre dans un tout nouveau magasin, rue de la Mairie en plein centre-ville.

Rentrée sans anicroche pour les 4 625 élèves inscrits dans les écoles de Bagneux, le 4 septembre, comme ici à l'école élémentaire Marcel-Cachin.

Le 13 septembre, les élus et le service municipal des espaces verts ont procédé aux vendanges de Bagneux en compagnie des petits Balnéolais.

Ils font la ville Haut de page

HABITANTE
L’aventure au féminin

Nom de code ? Les "Makacé". Derrière ces trois syllabes, représentant chacune un prénom, se dévoilent trois aventurières au grand cœur : Marie, 18 ans, étudiante ; Karine, 42 ans, Balnéolaise et chargée de projet ; et Céline, 43 ans, chef d’entreprise… qui n'est autre que la mère de Marie ! Rien de tel qu’un petit raid, non motorisé, 100 % féminin, 100 % écolo, 100 % solidaire, pour resserrer les liens en s’aventurant, du 1er au 11 décembre prochains, sur les rives du mythique et majestueux fleuve Mékong, au Cambodge. Créée en 2001 par Alexandre Debanne, animateur et producteur de télévision, le raid Amazones fait la part belle aux épreuves sportives disputées chaque matin : trail, VTT, canoë, course d’orientation et tir à l’arc. L’après-midi, les "Amazones" sont en immersion totale pour découvrir le pays, ses habitants, mieux connaître leur mode de vie et leurs traditions. Dans cette aventure sportive et solidaire, le trio a décidé de soutenir l'association "Pompier Raid Aventure" (PRA) qui permet à des enfants à mobilité réduite de vivre de grandes aventures à bord d'une joëlette (fauteuil de randonnée adapté). Pour cette édition asiatique, les "Makacé" visent rien de moins qu’une place dans les 40 premières. "L’objectif est de disputer les JO 2024 de Paris", plaisantent-elles. Pour figurer dans le haut du classement, ces aventurières se sont durement entraînées tout au long de l’année, alignant les kilomètres grâce au "CDD", comprenez : coureurs du dimanche. Pas question pour autant de se relâcher à quelques semaines du grand départ, d'autant que le budget n’est pas entièrement bouclé : "car qui fait le malin tombe dans le ravin", concluent les raideuses dans un grand éclat de rire.
Facebook : Les Makacé 2.0-Equipe 177

ÉDUCATION
Des collégiens sur la scène de l’Olympia !

Les 2 et 3 mai 2018, les Classes à horaires aménagées (Cham) orchestre du collège Henri-Barbusse se produiront sur la célèbre scène de l’Olympia. Une consécration pour ces jeunes apprentis musiciens. Une fierté pour la Ville, l’équipe enseignante et celle de la Maison de la musique et de la danse qui les encadrent. "Je suis super content, sourit Thibaut Capelle, leur chef d’orchestre et professeur de musique. On n'a pas eu beaucoup d’occasions de jouer à l’extérieur de la ville mais, là, à Paris et à l’Olympia ! C’est une opportunité formidable." L’association Orchestre à l’école, qui soutient – notamment financièrement – les orchestres dans les établissements scolaires sur tout le territoire et qui a fêté ses dix ans d’existence, avait lancé un concours. Les Cham Orchestre ont répondu à cet appel le 20 juin dernier. Un dossier et une vidéo ont été envoyés. Dix jours plus tard, ils étaient sélectionnés parmi 31 candidats. Les six orchestres retenus gagnent le droit de jouer lors de cette grande fête, dans la plus mythique des salles parisiennes. "Parfois c’est un peu dur en répétition mais finalement on est toujours surpris. C’est impressionnant, ils progressent vite. Il faut noter le sérieux des élèves. En concert, ils sont là", ajoute Thibaut Capelle. Bella ciao, Star Wars, Uptown funk… Une partie du répertoire de l’année dernière sera repris. "On attend le nom de notre parrain avec qui l'on va répéter et jouer quelques morceaux de sa composition", poursuit-il. Tout cela dans un seul but : démocratiser la musique, "l’apporter là où on ne la pratique pas forcément".

+ Web : La vidéo de candidature des Cham Orchestre

Temps fort

Tous ensemble, pour une ville plus propre !

Samedi 7 octobre, à 10h, les habitants sont invités à participer à une grande opération de nettoyage dans toute la ville. Une initiative, née du temps fort citoyen #PasSansVous, pour sensibiliser le plus grand nombre à la propreté urbaine, qui doit être l'affaire de tous. Définitivement.

Un tas d'encombrants au coin de la rue, des détritus jetés au milieu d'un parc... Rien de tel pour développer le sentiment désagréable de vivre au quotidien dans une ville sale et dégradée. La commune dépense pourtant beaucoup d'argent, en moyens humains et matériels, pour nettoyer nos rues, nos trottoirs, nos places, nos espaces verts. Mais ces moyens ne peuvent croître indéfiniment pour réparer les gestes irresponsables de ceux qui salissent sans réfléchir. D'autant plus que ces dépenses finissent, bien sûr, par peser sur les impôts des Balnéolais. C'est dans cet esprit que la Ville cherche, cet automne, à responsabiliser les habitants sur les questions de propreté.

Nettoyage Citoyen
Samedi 7 octobre, petits et grands peuvent participer à une opération festive et utile de nettoyage citoyen. Le rendez-vous est fixé à 10h au square du 19 mars 1962, avenue Louis-Pasteur. Des équipes seront alors constituées pour partir nettoyer un secteur du Nord, du Centre ou du Sud de Bagneux. Elles seront équipées pour cela de tout le matériel nécessaire. Ceux qui le souhaitent pourront même monter à bord des balayeuses et des laveuses de la Ville. À midi, un jury remettra des lots à ceux qui rapportent les plus belles "prises", avant de partager une collation avec les participants. Cette opération, appelée à se renouveler deux fois par an, a été conçue par l'un des trois groupes d'habitants qui travaillent sur les questions de la propreté et du cadre de vie depuis le temps fort citoyen #PasSansVous de l'an dernier.

Campagne anti-dépôts sauvages
En novembre, une campagne d'affichage rappellera à tous que jeter des encombrants en dehors des jours de collecte est passible d'une lourde amende, dont le montant doit être voté en conseil municipal le 3 octobre. La Ville envisage également de recourir à des caméras mobiles pour identifier les auteurs de ces incivilités. Rappelons que les jours de collecte des encombrants sont consultables sur bagneux92.fr. Il s'agit du 3ème mercredi, du 3ème jeudi ou du 3ème vendredi du mois, selon les secteurs de la ville.

Bons réflexes
Réduire et bien trier ses déchets, doit devenir un réflexe pour tous. Les enfants qui déjeunent à la cantine scolaire le savent bien, puisqu'ils séparent depuis longtemps les emballages et les matières organiques. Ces dernières sont désormais collectées pour être compostées et servir d'engrais par une société spécialisée. Les adultes, doivent s'en inspirer pour faciliter le recyclage des déchets ménagers en utilisant les conteneurs adéquats gérés par Vallée Sud - Grand Paris. Certaines corbeilles disposées dans les parcs et les squares, permettent également de séparer les emballages recyclables et les autres déchets.
Jean-Marc Bordes

OÙ Jeter quoi ?

Déchèterie mobile
gravats, télévision, ordinateur, appareils électroménagers

Rue de Robinson,
tous les mercredis et premiers samedis de chaque mois
(accès au moyen d'un badge gratuit, à demander sur place ou via un formulaire téléchargeable sur bagneux92.fr)

CAMION POUR LES DÉCHETS DANGEREUX
batteries, huile de vidange, médicaments, produits d'entretien

Marché Léo-Ferré,
chaque troisième dimanche du mois de 9h à 13h
Marché Village Dampierre,
chaque troisième vendredi du mois de 16h à 20h
jusqu'en décembre 2017
(le samedi matin à partir de janvier 2018, horaires à confirmer)

QUI FAIT QUOI ?
ramassage des dépôts sauvages
nettoyage de la voirie
implantation et gestion des corbeilles dans l'espace public

N° Vert : 0 800 850 857

collecte et entretien des bacs (3 flux)
vidage et entretien des bornes d'apport volontaire
déchèterie mobile
définition des horaires et de la fréquence des collectes

N° Vert : 0 800 02 92 92

Dossier du mois

Le sport pour tous !
Rester en forme, avec la Ville et les associations

Le sport est un enjeu de société, de cohésion sociale, de vivre-ensemble mais aussi de bien-être personnel. C’est un facteur d’intégration qui génère des émotions et d’impérissables souvenirs, individuels et collectifs. L’inauguration, le 30 septembre dernier, d’un circuit fitness pour tous en accès libre dans le parc paysager François-Mitterrand va dans ce sens. Au carrefour des valeurs, où le respect, la fraternité et l’égalité ne font qu’un, le sport pour tous, c’est aussi l’opportunité à saisir pour développer la parentalité par des activités en famille, pour consolider l’esprit d’équipe, mais aussi favoriser l’émergence de pratiques libres aussi bien avec les clubs, les associations que les institutions. L’activité physique pour tous est enfin un enjeu de santé publique, mais aussi d’épanouissement individuel et collectif. Un facteur d’attractivité pour notre ville et ses quartiers, propre également à renforcer les liens entre les habitants et à en intégrer de nouveaux. Une philosophie de vie où chacun, quels que soient son âge, sa classe sociale et son niveau, est gagnant sur toute la ligne.

Dossier réalisé par René Zysermann
Photos : Yves Faven et Philippe Masson

3 questions à…
Jean-Max calice, Conseiller municipal délégué au Sport

Entre Bagneux et le sport, c’est une longue et belle histoire. Cela fait partie de son "ADN" ?
Entre le sport et la Ville de Bagneux, c’est d’abord une relation historique. Henri Ravera (homme politique, journaliste sportif et ancien maire de la ville), Yves Bozon (ancien adjoint au maire et ancien président de l'Office balnéolais du sport) ou encore Michel Genot (ex-directeur du service des sports), ont été comme les pères du sport à Bagneux. À travers la pratique physique, les gens se rencontrent et se retrouvent pour vivre ensemble une belle histoire. Le sport, c’est le ciment de la ville. Il n’y a pas meilleur endroit qu’un gymnase ou un stade pour vivre ensemble des émotions. C’est un lieu à la fois scolaire, institutionnel et familial, où chacun est présent. Les habitants sont sensibilisés à nos équipements qui, tous, ont une histoire. Par exemple, le stade René-Rousseau est un site emblématique qui, dans les années 60-70, était l’enceinte où se déroulaient les grands événements. C’était alors jour de fête ! Il faut aussi souligner les efforts des agents municipaux qui aiment leur ville, leur quartier et savent prendre soin des équipements pour le plus grand plaisir des habitants. Le service des sports, c’est presque 7 jours sur 7 ! Le sport est donc un héritage que l’on essaie de pérenniser et de faire évoluer à la fois.
Justement, quelle est l’action de la Ville en matière de sport pour répondre aux besoins de tous ?
L’objectif, c’est que tous les sports et toutes les pratiques sportives trouvent leur place. On souhaite ainsi aller à la rencontre des habitants avec la mise en place d’animations, d’initiatives dans les quartiers et les parcs afin de démocratiser le sport. La récente création de deux city stades, l'installation de body-boomers ou d’un circuit fitness contribuent à renforcer cette volonté. Sur le plan financier, il ne faut pas que l’argent devienne un frein à nos passions. C’est pourquoi, au service des Sports, est appliqué le quotient familial permettant à toutes les familles d’accéder aux pratiques sportives. On propose aussi aux seniors ou aux enfants de l'École municipale des sports (EMS) des activités qui contribuent au mieux-vivre ensemble, en insistant sur la diversité et la qualité des prestations. Enfin, nous souhaitons poursuivre nos efforts pour accompagner le développement du sport féminin dans de nombreuses disciplines.

Le sport est aussi un enjeu social et éducatif. Comment y répondre de manière qualitative et collective ?
Il faut créer de nouveaux champs de sport. Nous réfléchissons, par exemple, à l’idée de développer des pratiques dédiées aux personnes qui ne se retrouvent pas dans des disciplines sportives encadrées. Notre objectif est de prôner le sport pour tous et de créer du vivre-ensemble dans un espace qui n’est pas forcément dédié à une activité. Chaque quartier est un terrain de sport en puissance. On peut aussi réfléchir à d’autres centres d’intérêts plus en adéquation avec la ville. Par exemple, on peut imaginer des circuits de randonnée où chacun peut aller à son rythme. C’est ludique et intergénérationnel. À travers une pratique sportive, on peut tutoyer la culture, l’écologie ou l’histoire. Une activité sportive ne doit pas être cloisonnée à une installation. Il faut donc explorer de nouveaux chemins à Bagneux, au sens propre comme au sens figuré.

REPÈRES

25
C’est le nombre de sections du Club olympique multisports de Bagneux (COMB)

4 000
C’est environ le nombre d’usagers inscrits au COMB (toutes disciplines confondues)

750
C’est le nombre approximatif d’enfants inscrits chaque année à l’École municipale des sports

3 mois
C’est l’âge minimum requis pour s’inscrire à l’activité natation du COMB (bébés nageurs)

1 762 heures
C’est la durée des interventions réalisées au sein des établissements scolaires la saison dernière : 642 heures par le COMB dans les écoles, 648 heures de natation scolaire et 472 heures de gymnastique au gymnase Jean-Guimier

Le sport, une assurance santé
Le sport, c’est bon pour la santé. Les preuves de cet adage sont déclinées quotidiennement par les acteurs de la ville qui en ont fait une philosophie de vie. C’est ainsi que l’Office balnéolais du sport (OBS) et son Centre médico-sportif proposent chaque année des visites médicales (1 500) réalisées par un médecin du sport, avec un examen complet (biométrie, électrocardiogramme…) et des actions de prévention sur l’équilibre alimentaire et la nutrition pour sensibiliser le jeune public au surpoids et à l’obésité. "L’objectif est de lutter contre les risques de la sédentarité et d’accompagner l’enfant tout au long de sa croissance", explique Josyane Combes, présidente de la structure. Toujours dans le cadre de la prévention, le Centre municipal de santé (CMS) met en œuvre un dispositif de prévention et d’éducation à la santé. Les seniors ne sont pas oubliés, loin de là. Pour éviter la solitude et découvrir de nouveaux horizons, rien de tel qu’une pratique physique régulière. Le Centre communal d’action sociale (CCAS) leur propose des activités sportives (pétanque, tai-chi, marche nordique…) et des sorties de loisirs (visites, matches de foot…) ; et le service des sports et loisirs, des cours de gymnastique d’entretien, de self-défense ou encore un programme multi-activités (basket, jeux de lancer, badminton, musculation...). Qu'on se le dise : le sport n’a pas d’âge.

À savoir

Le budget annuel que la Ville consacre au sport s'élève à 2 millions d'euros (salaires du personnel compris). Elle soutient aussi les associations sportives par des subventions et des aides indirectes (prêt des gymnases et installations sportives, aide aux déplacements…). Elle prévoit aussi, dès 2018, la réfection de la piste d'athlétisme du parc des sports et la transformation du terrain de football en synthétique, ce qui permettra un usage plus fréquent.
Le Département, lui, continue à accorder aux collégiens, via le Pass+ Hauts-de-Seine une aide financière de 80 euros pour les activités extrascolaires. Rappelons qu'il avait pensé supprimer cette aide, il y a deux ans, et qu'elle a été maintenue grâce à la mobilisation des conseillers départementaux d'opposition (dont Marie-Hélène Amiable) et des associations sportives. Il organise aussi le dispositif Vacan'sports pour les jeunes pendant les congés scolaires et participe aux côtés de la Ville, via un contrat de développement, à des actions et des investissements pour le sport.

Un enjeu citoyen
La ville et les associations : un vrai travail d'équipe

Permettre au plus grand nombre l’accès à la pratique sportive, est l’objectif prioritaire que se sont fixé la Ville, les clubs sportifs et les associations.

Initier des pratiques libres du sport, au cœur des quartiers (avec les city-stades) ou dans les parcs. Voilà ce qui a conduit la Ville à inaugurer un circuit fitness de 3 km, le 30 septembre dernier au parc François-Mitterrand, en présence de Ladji Doucouré, ex-champion du monde de 110 m haies, déjà venu à Bagneux cet été pour coacher les enfants lors d'ateliers à Copaca’Bagneux. Ce circuit, adapté à tous les usagers, comporte deux parcours de niveaux différents composés de divers agrès (cardio-training avec vélo elliptique, barre de traction, squat, étirements…). Un outil de démocratisation supplémentaire, qui vient enrichir l’offre sportive riche et diversifiée de la ville. En atteste un patrimoine de qualité, avec cinq stades, cinq gymnases, une piscine, un boulodrome, un skate parc, et bien d’autres infrastructures favorisant une pratique sportive ouverte à tous. Fer de lance du service public, l’École municipale des sports (EMS) ne ménage pas ses efforts en direction des jeunes (multisports, urban sport, gym, natation…) et des quartiers (animations dans le cadre de l'Euro 2016, installation de deux city-stades assortis de modules de musculation...) "pour l’épanouissement et le bien-être de chacun", se réjouit Gholam Esmaeelipour, directeur du service municipal des Sports. Ce dernier note avec intérêt l’émergence de pratiques libres dans l’espace urbain et les parcs, de la part des "babies", des femmes, des familles et des seniors. Pour accompagner cette dynamique et anticiper l'augmentation du nombre d’habitants, la municipalité prévoit, entre autres, de consacrer 3 millions d'euros d'ici 2020 à la rénovation de ses équipements, d’optimiser l’usage de ses installations, mais aussi de renforcer le réseau de pistes cyclables et d’implanter sur la future place des métros des modules de skate complètement intégrés à l’espace urbain. Et même d’ériger de nouvelles installations, notam-ment dans le quartier des Mathurins, afin de permettre aux Balnéolais de bénéficier d’un ensemble sportif très qualitatif. N’oublions pas aussi le soutien à la pratique sportive scolaire, qui constitue un axe fort de la politique municipale, en partenariat avec l’Éducation nationale et le COMB afin d'adapter les actions menées dans le cadre des programmes scolaires.
Mille et un loisirs
"Le sport pour tous" est aussi un enjeu sociétal pour les associations et les clubs qui encouragent fortement la pratique sportive, qu’elle soit de loisir ou compétitive. Avec ses 4 000 adhérents et ses 25 sections sportives, le Club olympique multisports de Bagneux (COMB) ne serait d’ailleurs pas ce qu’il est sans l’investissement de ses nombreux bénévoles qui œuvrent dans l’ombre mais dont l’action, bien visible, illumine les projets des usagers. Comment ne pas évoquer aussi toutes ces activités à destination des personnes à mobilité réduite, accueillies au sein des structures municipales mais aussi des associations et autres partenaires privilégiés de la ville ? Parce que le sport s'adresse à tous, sans discrimination, la force du mouvement associatif est irremplaçable pour faire monter les habitants dans le train de la citoyenneté. N’oublions pas non plus toutes les petites associations, impliquées ici et là, qui proposent des activités diversifiées, s’inscrivant dans l’ère du temps : qi-gong, zumba, futsal, tai-chi, aquagym, marche nordique... Enfin, de nombreux clubs de retraités (Club de la joie de vivre, Club de la Lisette, Club Yvonne-Torti, Retraite sportive Bagneux 92) proposent un panel d’activités pour permettre aux plus âgés, de rester en forme et acteurs de leur santé.

Paroles de Balnéolais
Quelle place occupe le sport dans votre vie ?

Mayamona Matanu, 52 ans, coureur professionnel
Le sport, c’est toute ma vie. J’adore le foot et surtout le vélo. J’ai été un champion cycliste au Zaïre. J’ai même disputé les Jeux olympiques en 1988, à Séoul. Je suis coureur professionnel. Sans le sport, je ne suis pas moi-même. Il me manquerait quelque chose. Je suis venu en Europe pour pratiquer au plus haut niveau ma discipline. Aujourd’hui, malgré l’âge, je m’entraîne chaque dimanche. Pour moi, pour ma santé et pour mon avenir, c’est important de rester en forme. Voilà deux ans que je me suis installé à Bagneux, qui est une ville tournée vers le sport. Tout le monde peut y bouger, s’amuser et courir. C’est une ville dotée de belles infrastructures. Il n’y a pas d’excuses pour ne pas pratiquer une activité physique !

Lily Rose, 9 ans
J’aime le sport, c’est quelque chose que je fais avec plaisir. Je ne me force pas. Ce que j’aime le plus ? La danse et le foot. J’adore ça ! Pour moi, c’est important de me dépenser, de m’amuser. Cela me remplit d’énergie et d’ondes positives. C’est bon pour la santé, pour garder la forme et un bon rythme cardiaque. Ce qu’il y a de génial dans le sport ? C’est le contact, le travail d’équipe. Moi, j’aime jouer avec mes copines. Mais je ne fais pas que cela, je regarde beaucoup le sport à la télé. Surtout les grandes compétitions comme les Jeux olympiques. Récemment, j’ai même rencontré un grand champion d’athlétisme à Bagneux : Ladji Doucouré (l’ancien champion du monde du 110 m haies a coaché les enfants lors d'un atelier à Copa’Bagneux, en août dernier, ndlr). C’était trop cool !

Samuel Salini, 23 ans, étudiant
Comment vivre sans le sport ? Impossible pour moi. C’est un équilibre pour décompresser, déstresser et retrouver un peu de sérénité. J’aime particulièrement le basket mais aussi d’autres pratiques comme l’ultimate frisbee. C’est une discipline très ludique où la notion du collectif est essentielle. Pour moi, le sport, c’est être avec l’autre, partager des moments de qualité, des émotions fortes. Il n’y a que le sport qui peut nous faire vivre cela. En plus, c’est capital de s’entretenir, de se dépenser, ne serait-ce que notre bien-être, notre équilibre psychique. Je trouve que les villes font de gros efforts pour démocratiser le sport afin que tout le monde puisse en profiter. Il ne manque pas de lieux à Bagneux où chacun peut s’entraîner et trouver son créneau de liberté. La ville doit être aussi cet espace de jeu, où chacun finit par se retrouver. C’est ça aussi pour moi le sport : quelque chose de collectif et de convivial !

Les Tigres sortent les griffes
Alors qu’ils disputent cette saison le championnat de deuxième division, les Tigres du Bagneux-Futsal ont longtemps figuré en première division, tutoyant les cadors de l’élite. À l’époque, les pensionnaires du city-stade Henri-Wallon ont même attiré des joueurs aussi réputés que le milieu de terrain Mustapha Otmani, figure emblématique du futsal français et ancien capitaine de l’équipe de France. Ou encore des internationaux comme Moustapha Kourar, Hamza Khireddine et autres Madou Kah. Preuve de sa vitalité, le club balnéolais accueille désormais une école de football dédiée aux jeunes, ainsi qu’un centre de formation pour les 16-17 ans. La relève est assurée.
bagneuxfutsal.footeo.com

Points de vue



Des groupes politiques représentés au conseil municipal
Sur ces deux pages, chaque groupe représenté au conseil municipal dispose d'un espace comprenant au maximum 1 500 signes. L'utilisation d'un plus grand nombre de signes n'augmente pas cet espace, mais entraîne une réduction de corps du caractère d'imprimerie dans lequel la tribune est publiée (en clair, plus l'article est long, plus il est écrit petit et donc avec moins de lisibilité, ndlr). Le texte de la tribune d'expression doit parvenir à la rédaction de Bagneux-Infos au plus tard le 15 de chaque mois (précédant la publication, ndlr).

"Les tribunes d'expression doivent porter sur des sujets d'intérêt local relevant des compétences des collectivités territoriales ou de leur groupement".

Extrait de l'article 33 du règlement intérieur du conseil municipal, voté à l'unanimité lors du conseil municipal du 24 juin 2008.

Louise Rondepierre, Conseillère municipale

Groupe Front de gauche communiste et citoyen


Le Sport pour tous : une ambition en danger !

Bagneux est depuis toujours une ville sportive. Avec son École municipale des sports qui accueille près de 750 enfants et jeunes et intervient auprès des scolaires, le COMB et ses 4 000 adhérents mais aussi de nombreuses associations sportives dynamiques, le "sport pour tous" n’y est pas un slogan ! Activités physiques pour les plus petits comme pour les seniors, handisport, pratique amateur ou sport de haut niveau, sport libre ou encadré… tout est possible grâce à la diversité et la qualité de nos équipements sportifs sur la ville. Et nous allons développer cela encore, avec le circuit fitness dans le parc François-Mitterrand ou l'an prochain la rénovation de la piste d’athlétisme du Parc des sports et le remplacement du terrain en herbe par un synthétique. Mais notre volonté, comme celle des bénévoles associatifs, ne peut pas tout et je souhaite aujourd’hui tirer la sonnette d’alarme ! Les clubs et associations sont aujourd’hui mis en difficulté par la baisse de leurs subventions, au niveau départemental notamment, mais aussi du fait des nouvelles mesures prises par le gouvernement comme la suppression des contrats aidés. L’activité physique est un véritable enjeu de santé publique et d’épanouissement, un facteur important d’éducation et de vivre ensemble. Alors, à moins de sept ans des Jeux olympiques que Paris a obtenu, il est indispensable que l’État nous donne les moyens de continuer à proposer une pratique sportive de qualité pour tous, afin que cette fête du Sport en 2024 soit préparée, partagée et bénéfique pour tous les territoires et tous les habitants d’Île-de-France.

Claire Gabiache,
Conseillère municipale


Groupe des élus socialistes

Le sport : extension du domaine de la lutte
Le sport, comme toute activité humaine, est un terrain où l’affrontement des forces sociales est éminemment politique. Pensons à Jesse Owens qui, par ses records arrachés à Berlin, met à bas sous les yeux du monde entier les théories racistes issues du nazisme, ou encore Tommie Smith et John Carlos qui, poings gantés mains levées, mettent en lumière la lutte pour les droits civiques aux États-Unis. En 2017 on célèbre le cinquantenaire de la première participation d’une femme, Kathrin Switzer, à un marathon, contre le règlement qui leur interdisait de participer à des courses. Ces femmes et ces hommes sont incontestablement des pionniers dans l’avancée des libertés publiques et des droits. Le sport c’est aussi de la politique. Lors des engagements municipaux, l’action dédiée au sport, est imprégnée de cette mémoire qui aspire à faire des espaces sportifs des lieux d’émancipation, de santé et de bien-être des habitants au quotidien. De ce fait, l’accessibilité à la pratique sportive pour toutes et tous est un élément essentiel de l’égalité que nous construisons dans notre ville. Ainsi comment ne pas être inquiets lorsque le gouvernement fragilise les collectivités territoriales en amputant leur budget du montant de la taxe d’habitation après des baisses massives les années précédentes. Nous ne pouvons que regretter cette vision comptable et sans longueur de vue, qui contraint le quotidien de nos concitoyennes et concitoyens. Nous continuerons de notre côté à soutenir les actions des associations qui mènent ces actions fondamentales sur le terrain.

Pascale Méker
Adjointe au maire


Groupe europe écologie les verts

L'aménagement d'une ville pour le futur est un marathon !

Bouger, respirer en ville est une exigence primordiale pour les citadins de nos métropoles surpeuplées qui ne peuvent plus s'évader aussi facilement qu'il y a encore une dizaine d'années. En 2050, 66 % des Terriens seront des citadins ! Il faut donc trouver le moyen de garder de l'espace en ville, alors que par ailleurs la population augmente ! Un casse-tête, qui touche surtout les villes d'Asie, mais bien évidemment la métropole de Paris... Que faire pour respirer un air suffisamment pur pour qu'il ne soit pas dangereux de courir ? Que faire pour pouvoir faire du sport dans un stade ouvert, ou en salle ? Que faire pour pouvoir marcher dans un environnement ne serait-ce qu'un peu naturel : parcs, cheminements doux, pour piétons et vélos, trottinettes, etc. ? Le tout pour toutes les catégories de bourses ! Le tout en limitant la spéculation foncière et en limitant le coût des loyers et le coût des appartements à l'achat, dans la proche banlieue qui est la nôtre. C'est du sport ! Notre parc François-Mitterrand se dote cet automne d'un parcours sportif agrémenté d’agrès... Sportifs de tous les âges, profitez-en, en souriant aux promeneurs et aux personnes assises au calme. Sachons aussi garder de la place pour les chiens avec des maîtres bien éduqués. La sauvegarde de la santé et de la biodiversité c'est ici et maintenant à Bagneux ! Il y a sur notre commune 16 hectares vierges à aménager ! Ne laissons pas la spéculation l'utiliser trop facilement. Mobilisons-nous pour aménager une ville agréable pour l'avenir. Exigeons, la création de nouveaux espaces nécessaires pour conserver au minimum 8,5 m2 d'espaces verts par habitant. L'économie financière conduit la planète – et nos villes surpeuplées et mal agencées – dans le mur ! Mobilisons-nous !

DOMINIQUE HUET
Conseillère municipale

Groupe Les Républicains/UDI
Union du Centre et de la Droite

Du sport pour tous
La politique de notre Ville en matière de sport est satisfaisante au regard des moyens dont dispose notre commune. Au cœur de l'effervescence sportive permanente, la Ville de Bagneux propose tout au long de l'année, multitude de temps forts à destination de tous les publics. Les habitants de notre ville, de tout âge, peuvent à loisir s'adonner à la pratique du sport désiré. De nombreux équipements et activités diverses à disposition concourent à encourager le sport pour tous, valeurs phares de la municipalité. Avec nos 14 installations sportives, 18 associations, les sections regroupent une trentaine d'activités sportives différentes. Aujourd'hui plus de 4 200 adhérents s'adonnent aux joies du sport en amateur ou en professionnel. De beaux résultats ont couronné leurs efforts, leur volonté de vaincre, leur désir de représenter leur ville au niveau national et envisager des résultats internationaux. Nous félicitons ces jeunes athlètes qui se sont distingués cette année. Nos associations sportives sont financées par la cotisation de leurs adhérents, la vente des produits dérivés et des subventions municipales et, pour très peu d'entres elles, départementales. Dès qu'il s'agit de subventions, il est à regretter que nos associations sportives ne soient pas, toutes, logées à la même enseigne. Nous ne pouvons conclure cette tribune sans saluer le rôle prépondérant des éducateurs sportifs et les nombreux bénévoles qui encadrent nos jeunes dans diverses disciplines (football, rugby, etc.) À ce jour un effort particulier est consacré au handisport, aux femmes et à nos seniors, nous ne pouvons qu'encourager cette initiative. Avec les J.O. à Paris en 2024, Bagneux doit pouvoir profiter de l'occasion pour rendre la pratique sportive encore plus accessible à ces publics aujourd'hui plus éloignés. "Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre", disait Pierre de Coubertin. Très sportivement, nous souhaitons la bienvenue aux nouveaux habitants. Vos élus(es) : A. Adélaïde ; J. Chirinian ; S. Gargari ; D. Huet ; P. Martin ; S. Zani.

Grand angle



Une journée pour tout essayer
Comme cette jeune fille qui découvre les sonorités onctueuses et graves de la contrebasse, petits et grands Balnéolais, ont pu tester les différents instruments que recèle et enseigne la Maison de la musique et de la danse. C'était le samedi 9 septembre, à l'occasion des Portes ouvertes de la Culture. Outre les cours et activités qu'offre l'établissement, ils ont pu se laisser tenter par les propositions de la Maison des arts, de la médiathèque Louis-Aragon, des Studios de la Chaufferie et du théâtre Victor-Hugo. Une bonne façon de faire son choix parmi les activités culturelles foisonnantes disponibles sur la ville.
Photo : Yves Faven

Décryptage actualité



La Ville lance son premier budget participatif
Et si vous proposiez et choisissiez vous-même les projets d'investissement financés par la Ville ? C'est désormais possible grâce au budget participatif que Bagneux instaure dès ce mois d'octobre.

Aménager un square ? Ajouter du mobilier urbain sur une place ? Installer un mur végétalisé ?... Avec le budget participatif, nouvel outil de la démocratie citoyenne, c'est vous qui proposez et choisissez les projets qui seront réalisés à Bagneux à partir de la rentrée prochaine. Un processus 100 % participatif, pour lequel une enveloppe de 250 000 euros sera inscrite, chaque année et dès 2018, au budget d'investissement communal.
Faire éclore vos idées
Ces projets d'intérêt général, qui peuvent concerner votre rue, votre quartier ou la ville entière, c'est vous (habitants et salariés de Bagneux) qui les inventez, les proposez et les soumettez au vote des habitants. Vous trouverez, avec ce numéro, un fascicule vous donnant toutes les informations nécessaires pour faire éclore les idées qui vous tiennent à cœur. Retenez, d'ores et déjà, que vous avez jusqu'au 25 novembre pour déposer votre projet en version numérique sur bagneux92.fr, ou en version papier dans les équipements municipaux identifiés "budget participatif". Votre projet sera ensuite étudié par les services de la Ville pour s'assurer de leur faisabilité technique, juridique et financière. Passé ce filtre indispensable, les habitants seront appelés à voter pour les projets qui les séduisent le plus et c'est ce vote qui déterminera les projets mis en œuvre à partir de septembre 2018.
Une longue tradition de démocratie citoyenne
Avec ce budget participatif, lancé par le maire lors de ses traditionnelles rencontres de septembre avec les habitants, Bagneux franchit une nouvelle étape dans le développement de la démocratie citoyenne. Une longue histoire, qui a débuté en 2005 avec la création des six conseils de quartier permettant aux habitants de développer des initiatives de proximité en bénéficiant du soutien technique et financier de la Ville. Depuis, le Conseil des enfants, le Conseil local de la jeunesse et le Conseil des anciens permettent également à chaque tranche d'âge de s'exprimer et d'être source de propositions pour animer et améliorer le quotidien au plus proche des préoccupations des Balnéolais. Le Conseil éducatif local qui réunit notamment des représentants des parents d'élèves, des animateurs, des enseignants, des associations et l'inspection de l'Éducation nationale permet d'élaborer, de façon concertée et transparente, le projet éducatif local. Les trois quartiers prioritaires de la politique de la Ville que compte Bagneux (Pierre plate, Tertres-Cuverons et Abbé Grégoire-Mirabeau) disposent chacun d'un conseil citoyen permettant de piloter avec les habitants les transformations urbaines, économiques et sociales de ces quartiers. On pourrait citer aussi les agoras de la culture, les concertations sur les projets urbains ou encore l'Observatoire des engagements municipaux qui permet aux habitants, en toute indépendance, de vérifier que les élus municipaux tiennent bien leurs promesses électorales.
Aboutissement
Il y a un an, le temps fort citoyen #PasSansVous a permis aux Balnéolais de faire émerger leurs attentes et de créer des groupes de travail autour de dix thématiques dont Bagneux infos relate régulièrement les avancées.
En offrant aujourd'hui à tous les habitants de proposer des choix d'investissement et de les arbitrer, c'est une vraie opportunité de participer concrètement et directement aux transformations de la ville, que Bagneux offre aux Balnéolais.

budgetparticipatif.bagneux.fr

Conseils pratiques

SERVICE PUBLIC
Un interlocuteur pour aider les ados

Des permanences de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) sont organisées un mardi sur deux, à partir de 13h30, au sein de la Maison de la justice et du droit de Bagneux. "Être proche et humain", tels sont les deux principes adoptés. "C’est une permanence éducative ouverte à tout le monde et non pas uniquement aux jeunes suivis par la PJJ, explique Laëtitia Gallice, éducatrice désignée par l’UEMO de Bourg-la-Reine (service social de la PJJ). C’est une démarche de prévention ou d’orientation par rapport à des familles ou à des adolescents qui sont en difficultés." Harcèlement, racket, violences, déscolarisation, conflits familiaux, mariage imposé, convocation devant un juge… Parents ou adolescents qui se posent des questions et souhaitent connaître et comprendre leurs droits, peuvent donc prendre rendez-vous anonymement et gratuitement. "Notre mission est de favoriser l'écoute, la parole, d'orienter vers des professionnels et d'agir en fonction de la situation", complète l’éducatrice. Le suivi, lui, ne peut se faire que sur décision de justice confiée par le juge des enfants à l’UEMO de Bourg-la-Reine, dont dépend le secteur de Bagneux. "Nous travaillons sous mandat c’est-à-dire sur ordonnance du juge. C’est un travail différent de celui de la Maison de la justice et du droit, souligne Gérard Tartamella, responsable de l’unité éducative de Bourg-la-Reine. Nous accompagnons alors les jeunes et les familles, nous réalisons des placements (sur ordonnance de placement provisoire – OPP), nous rescolarisons, dans la mesure du possible, les jeunes en rupture scolaire et ceux qui ne sont pas scolarisés."
Maison de la justice et du droit :
7 rue Édouard-Branly, 01 46 64 14 14
Prochaines permanences : mardis 10 et 24 octobre.

Transport
Le RER B interrompu du 1er au 5 novembre

La RATP, la SNCF et la Société du Grand Paris, profiteront du "pont" de la Toussaint pour réaliser d'importants travaux liés à l'arrivée de la ligne 15-Sud du Grand Paris Express en 2022. Du mercredi 1er au dimanche 5 novembre prochains, les stations Bagneux et Arcueil-Cachan du RER B ne seront plus desservies, afin de faire reposer une partie des voies et des quais du RER sur un pont, permettant la construction de gares et d'espaces de correspondance sous les voies actuelles. Pendant ces cinq jours, des bus de substitution assureront les liaisons entre les stations Laplace et Bourg-la-Reine. Notez également, si vous devez prendre l'avion, que la ligne Orlyval sera arrêtée du 1er au 4 novembre inclus et remplacée par des bus de substitution.

ÉDUCATION
Profession coach scolaire

Samia Hamaï, 46 ans, intervient au sein du collège Henri-Barbusse et du groupe scolaire Saint-Gabriel. Son métier ? Coach scolaire. Cinq élèves par établissement participent une fois par semaine à des ateliers collectifs de deux heures, durant dix semaines. Samia Hamaï vient en aide aux collégiens en grande difficulté scolaire, qui ont des problèmes de comportement ou de confiance en eux. "On leur apprend à s’épanouir. La notion fondamentale est qu’ils soient heureux !", insiste t-elle. Mais cette coach scolaire accompagne également leurs parents lors de séances au Bureau d’information jeunesse. "Je veux leur faire changer de regard et leur apprendre à communiquer autrement avec leur enfant". Du dialogue, des jeux de rôle élève-professeur, une autre approche méthodologique pour réviser une leçon, des techniques de relaxation, Samia Hamaï souhaite simplement rebooster ces collégiens et leur apprendre à persévérer.

Vie de la ville

Échanges entre jeunes au Maroc

Du 21 au 28 août derniers, le Conseil local de la Jeunesse (CLJ) de Bagneux et le Conseil des jeunes d'Agadir se sont rencontrés au Maroc dans le cadre d'un échange Erasmus +, en partenariat avec l'association Solidarité laïque. Intitulée "Ensemble, réunissons les deux rives de la Méditerranée", la rencontre a porté sur la participation citoyenne et l'interculturalité, avec de nombreux échanges sur le montage de projets et les pratiques des uns et des autres. Les jeunes Balnéolais (18-25 ans) ont également animé des ateliers au sein de SOS Village d'enfants à Agadir, visité la coopérative d'Imsouane qui récolte et fabrique des produits à base d'Argan (photo), ou encore participé au nettoyage de la plage d'Imsouane. Fin novembre, ils présenteront une vidéo de ces rencontres, lors du rassemblement des conseils de jeunes des Hauts-de-Seine, où sont attendus plus de 150 participants.

Bagneux, du passé à nos jours, le livre
Après l'exposition qui avait connu un grand succès en 2013, c'est maintenant un livre publié par l'éditeur balnéolais Digobar, qui juxtapose les photos du Bagneux d'hier (réunies par le service des Archives communales) et d'aujourd'hui (prises au même endroit par les membres du Photo club). Au fil des pages, on voyage dans le temps jusqu'au début du 20ème siècle et l'on se prend au jeu de découvrir ce qui a changé et ce qui perdure du Bagneux d'autrefois dans notre ville d'aujourd'hui : des rails de tramway, un café, une fontaine... "C'est dans cet esprit que nous travaillons à la transformation de la ville : en nous appuyant sur la richesse de notre patrimoine architectural et humain pour inventer aujourd'hui et demain", déclarait Marie-Hélène Amiable dans son discours d'inauguration de l'exposition, qui figure en tête de l'ouvrage. Ici et là, les photographes nous parlent de l'expérience inhabituelle qui a consisté à marcher sur les traces de leurs lointains prédécesseurs pour retrouver le même angle de vue et le même cadrage. Des témoignages d'habitants, recueillis pendant l'exposition, émaillent encore ces clichés pris dans tous les quartiers de la ville. L'ensemble compose un joli pont entre le passé, le présent et l'avenir de notre ville.
Bagneux, du passé à nos jours, 15 euros, digobar.fr

Le vélo devient roi à Bagneux
2018 marquera une nouvelle étape dans la politique de développement des circulations douces à Bagneux. Fin mars, la commune comptera six stations Vélib’, suite à l’engagement de la Ville auprès du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole. Ces stations compteront chacune 30 accroches et seront situées :

La création de ces stations n’impactera que très peu le domaine public puisque seules deux places de stationnement devront être supprimées. Une septième station sera installée au carrefour Marx-Dormoy, à côté de la future station Verdun Sud (métro ligne 4), lorsque les travaux seront achevés. Les Balnéolais pourront également profiter de la station du carrefour des Blagis, située sur le territoire de la ville de Sceaux et cofinancée par la Ville de Bagneux.
En attendant l’arrivée du Vélib’, la Ville poursuit les aménagements destinés aux cyclistes : 70 points d’attache vélos ont d’ores et déjà été installés devant des crèches, des bureaux de poste, des équipements sportifs et culturels de la ville, 50 autres devant l’être d’ici fin 2017. Et depuis quelques semaines, les panneaux autorisant les cyclistes à franchir le feu rouge pour tourner à droite, ont fait leur apparition sur certains feux tricolores. À terme, il devrait y en avoir une centaine, au niveau des carrefours où le passage des cyclistes est compatible avec les conditions de visibilité et de sécurité.

Un dimanche pour se relaxer
Et si vous preniez un peu soin de vous ? Dans un contexte urbain, où vitesse, routine et fatigue prennent souvent le pas, il est bon de s’arrêter quelques minutes pour souffler. Dimanche 5 novembre, le CRAC (Collectif des ressources alternatives et citoyennes) organise une grande journée portes ouvertes et de bien-être dans ses locaux. Brunch-santé avec une assiette à composer soi-même à partir de plats préparés par les naturopathes ; atelier théâtre ; ateliers bien-être (massages, shiatsu, réflexologie, naturopathie) ; ateliers enfants ; yoga du rire ; jardinage… tout est prévu pour que vous passiez une magnifique journée de détente !
Dimanche 5 novembre de 11h30 à 17h45, 7 impasse Édouard-Branly cracbagneux.org, crac.bagneux@gmail.com, 07 68 76 24 75
Réservations pour le brunch jusqu’au 25 octobre : 06 63 63 56 41
Atelier théâtre : 01 48 58 07 32

L'ÉcoQuartier Victor-Hugo a convaincu la Région
Quatre millions d'euros. C'est le montant de la subvention que la Ville a obtenu de la Région pour la réalisation de la future école dans le parc Robespierre et l'aménagement des jardins situés entre le théâtre et l'immeuble Résonance. La ZAC ÉcoQuartier Victor-Hugo a en effet été sélectionnée en juillet dernier comme l'un des "100 quartiers innovants et écologiques" d'Île-de-France. Parmi les caractéristiques qui ont convaincu le jury : le travail sur les mobilités autour des futurs métros, l'imbrication des projets urbains autour du Pôle gares (incluant notamment la Pierre plate), la concertation approfondie avec les habitants, la conception des espaces verts à la fois comme corridors écologique et comme espaces de détente, le raccordement systématique à la géothermie ainsi que les performances énergétiques de toutes les constructions (bureaux, logements, équipements publics) bien au-delà des normes en vigueur. Cette subvention assurera le financement de 20 % du coût de l'école-parc et de 25 % de l'aménagement des jardins du théâtre. Après le label ÉcoQuartier attribué par l'État, c'est une nouvelle reconnaissance des qualités exceptionnelles du projet Victor-Hugo. Un projet qui comprend, on le rappelle, la construction de 1 800 nouveaux logements, dont 300 sont déjà livrés ou en cours d'achèvement.

Balade architecturale dans le Sud de Bagneux
Dans le cadre des Journées nationales de l'architecture et de l'opération "les architectes ouvrent leurs portes", l'Ordre des architectes d'Île-de-France et la Ville de Bagneux vous proposent une balade à la découverte des nouveaux bâtiments emblématiques du Sud, en compagnie de leurs architectes. Vendredi 13 octobre, de 15h à 17h30, vous saurez tout sur la conception et la réalisation de l'école Paul-Éluard, des logements de la rue des Tertres, du Plus petit cirque du monde ou encore du projet d'agrocité sur le terrain de la Lisette. Intitulée "Architecture citoyenne dans un projet de renouvellement urbain", la balade sera animée par Patrick Bertrand, architecte membre du conseil de l'Ordre régional, accompagné de Yasmine Boudjenah, première adjointe au maire chargée de l'aménagement urbain et du développement durable.
Vendredi 13 octobre, 15h - 17h30
Inscription obligatoire : communication@architectes-idf.org, 01 53 26 10 64

L’esprit sport aux Challenges du fair-play
Attitude fair-play, esprit sportif, carrière sportive, carrière de dirigeant, carrière d’éducateur… Vendredi 6 octobre, la quatorzième édition des Challenges du fair-play, organisés par l’Office balnéolais du sport, récompensera une vingtaine d’acteurs du milieu sportif balnéolais. Jean-Claude Skrela, ancien international de rugby et co-entraîneur de l’équipe de France, sera l’invité d’honneur de la soirée. L'animation sera confiée à Shay-Firelight Production avec son show laser et au Plus petit cirque du monde.
Retrouvez la liste des lauréats sur bagneux92.fr

Théâtre Victor-Hugo
Un Poyo Rojo, combat de coqs

Vous êtes dans les vestiaires d’une salle de sport. Deux hommes sportifs se cherchent, s’affrontent, se séduisent. Ils ne se parlent pas. Ils sont dans la compétition tels des coqs. C’est le résumé du spectacle Un Poyo Rojo, rempli d’humour, chargé de testostérone, d’énergie et un brin provocateur. Un Poyo Rojo signifie "poulet rouge" en Argentine, pays d’origine des comédiens. "C’est très drôle, c’est une parodie de mecs ultra virils qui roulent les mécaniques. Au fur et à mesure tout cela s’adoucit et on arrive dans un rapport de séduction", raconte Marie-Lise Fayet, directrice du théâtre Victor-Hugo, qui a découvert ce spectacle, en 2015, à Avignon. L’an dernier, les Argentins ont fait un tabac au théâtre du Rond-Point à Paris. Depuis sa création en 2008 à Buenos Aires, l’œuvre de la compagnie Teatro Físico est devenue un véritable blockbuster international. La troupe sera en représentation à Bagneux, au théâtre Victor-Hugo le dimanche 15 octobre à 17h. Un Poyo Rojo, est interprété par Luciano Rosso et Alfonso Barón et mis en scène par Hermès Gaido. Pas de musique, pas de paroles, juste parfois un poste de radio en direct, qui grésille dans un coin et donne lieu à des improvisations. "C’est du théâtre gestuel, extrêmement physique, il y a un rapport chorégraphique. On raconte une histoire à travers le corps, explique Marie-Lise Fayet. Il y a de plus une véritable touche argentine. Les artistes se moquent d’eux-mêmes et de la virilité." À travers ce duo masculin décalé, on explore tout simplement la complexité des relations humaines.

Dimanche 15 octobre à 17h
14 avenue Victor-Hugo

+ Web : Un extrait video

Prévenir la radicalisation violente
Face au phénomène de radicalisation, la Ville a mis en place un Plan local d’actions de prévention de la radicalisation violente, en collaboration avec le Forum européen pour la sécurité urbaine, et participe au programme européen de Prévention de la radicalisation. Après une formation du personnel communal et des élus, la Ville organise à partir du mois d’octobre des conférences-débat de sensibilisation à destination des jeunes et des familles. Les discussions s’articuleront autour de morceaux choisis du documentaire de Jasna Krajinovic La chambre vide, racontant l’histoire d’une famille belge dont le fils, parti faire le djihad, est mort en Syrie. Sa maman, Saliha Ben Ali, sera présente pour apporter son témoignage. À l’heure où nous bouclons le magazine, trois conférences sont programmées : mercredi 18 octobre à 18h30 au centre social et culturel Jacques-Prévert où la soirée débutera par la diffusion du court métrage distingué à Cannes, réalisé par le collectif Divercity et Ryad Zagdoud ; le jeudi 19 octobre aux élèves de 3ème et de BTS de Saint-Gabriel et le vendredi 20 octobre au centre social et culturel de la Fontaine Gueffier à 18h30. L’action se poursuivra auprès d’autres établissements scolaires, ainsi qu’à l’espace Marc-Lanvin.
bagneux92.fr

 

Pharmacies de garde

Dimanche 8 octobre
Pharmacie Devaux Lebigre
39 avenue Henri-Barbusse
01 46 64 26 48

Dimanche 15 octobre
Pharmacie des Bas Longchamps
1 centre commercial les Bas Longchamps
01 46 63 04 49

Dimanche 22 octobre
Pharmacie Koskas
1 avenue du Général de Gaulle
01 47 35 97 82

Dimanche 29 octobre
Pharmacie de la Fontaine
4 place de la Fontaine Gueffier
01 46 64 53 96

Mercredi 1er novembre
Pharmacie du Port Galand
11 square Victor-Schoelcher
01 46 63 08 02

Dimanche 5 novembre
Pharmacie du Rond Point
6 avenue Victor-Hugo
01 46 65 87 32

Erratum
Une erreur s'est glissée dans l'article consacré à l'engagement du CIDFF aux côtés des femmes, en p. 9 de notre dernier numéro. L'illustration de cet article est sans rapport avec le sujet, puisqu'elle montre une conférence donnée l'an dernier dans le cadre des "mercredis de la psy". Ces conférences en partenariat avec l'association perspectives et médiations (APM) reprennent d'ailleurs au centre social et culturel Jacques-Prévert dès le 8 novembre à raison d'un mercredi par mois. Nous prions APM et sa représentante Patricia Klotchkoff visible sur la photo de bien vouloir nous excuser pour cette confusion involontaire.

Retour sur les rencontres du maire
Logement, stationnement, sécurité, propreté… Les Balnéolais ont pu aborder tous les sujets qui les préoccupent au quotidien avec le maire et son équipe municipale, lors des rencontres organisées du 4 au 14 septembre dans tous les quartiers et du Facebook-Live du 6 septembre. Une vingtaine de rencontres en dix jours, moins formelles que les années précédentes, chaque habitant pouvant discuter en privé avec le maire, ses adjoints ou des responsables de service de sujets généraux comme particuliers. "Franchement l’équipe de la crèche des Petits moulins est top", confie un papa, "mais il faudrait enlever les jardinières de fleurs sur les barrières au niveau du passage piéton car elles gênent la visibilité pour traverser", ajoute une maman. "Est-ce que la fibre va bientôt arriver dans notre résidence, car on a un débit internet très faible ici ?", questionne une habitante du Prunier-Hardy. "J’ai un projet solidarité. Auprès de quel service je peux me rapprocher à la mairie pour le monter ?"… Les questions sur les logements ont été assez nombreuses. Des représentants des différents bailleurs sociaux étaient présents lors de ces rencontres, permettant aux habitants de leur faire constater les problèmes auxquels ils sont confrontés, que ce soit dans leur appartement, les parties communes ou les espaces extérieurs. Plusieurs habitants se sont aussi montrés intéressés par le lancement du budget participatif (lire p. 25) et par le sujet de la mise en place du stationnement payant à partir de 2018 (une réunion publique sera organisée sur le sujet en novembre). Bagneux, c’est non seulement ses habitants mais aussi ses entreprises. Le 5 septembre, Marie-Hélène Amiable a rencontré les dirigeants et salariés des entreprises innovantes de Greensquare. Autour du camion citoyen, les discussions ont porté notamment sur les services et commerces qui sont encore insuffisants : restaurants, salle de sport, pistes cyclables... même si les participants reconnaissent généralement que le quartier évolue bien. Beaucoup d'entreprises de Greensquare recrutent et s'étonnent de ne pas recevoir de candidatures de Balnéolais. "Nous recherchons pourtant n'importe quel type d'âge ou de parcours, explique notamment un dirigeant, ce qui compte pour nous c'est d'abord la motivation". Bientôt le site bagneux92.fr permettra de faciliter la mise en lien entre les entreprises Balnéolaises et les habitants qui cherchent du travail. Enfin, des habitants ont pu visiter le chantier du Grand Paris Express au Rond-Point des Martyrs et obtenir des explications de la Société du Grand Paris (SGP) et de son maître d'ouvrage Vinci sur l’avancée de ce chantier, le premier de cette ampleur en France. La SGP a indiqué qu'elle travaillait en lien étroit avec la Ville pour limiter les nuisances (arrosage pour réduire les poussières, limitation des manœuvres des camions, signaux de recul plus discrets, amplitudes horaires du chantier calculées au plus juste…).

Le projet des Mathurins s'affine, avec vous
Formes urbaines et circulations, habitat et programme de logements, espaces verts et nature en ville, services et commerces dans le futur quartier des Mathurins. Tels étaient les thèmes de l'atelier de concertation ouvert à tous, qui s'est déroulé le 28 septembre au centre social et culturel de la Fontaine Gueffier (lire notre édition de septembre). Si vous l'avez manqué, rien n'est perdu : un deuxième atelier aura lieu le 12 octobre, en compagnie de spécialistes pour approfondir ces mêmes thématiques, avant une restitution générale, sur le site-même des Mathurins, samedi 21 octobre. Ce jour-là, la fête sera également à l'ordre du jour avec de nombreuses animations et des jeux, pour commencer à vous "approprier" les lieux.
Ainsi s'achèvera cette deuxième étape de concertation entre la Ville, les habitants et le propriétaire du site pour définir un projet urbain de grande ampleur qui corresponde le mieux à vos attentes, avant que soient déposés les premiers permis de démolir, d'aménager et de construire. Pour rappel, le premier temps de concertation, qui portait sur la voirie et les "coutures" avec le reste de la ville, remonte à avril 2015. Ont suivi notamment la mobilisation pour le lycée, la concertation sur les transports ou encore l'adoption du plan local d'urbanisme qui ont permis de faire évoluer le projet. En parallèle, la Ville a négocié avec le propriétaire du terrain, LBO-France, le montant de sa participation financière pour la réalisation des équipements publics (rues, parc, écoles, réseaux, etc.) nécessaires au futur quartier. Cet accord financier appelé "projet urbain partenarial" d'un montant de 39,2 millions d'euros a été adopté par le conseil municipal en juin dernier, puis par le conseil de territoire de Vallée Sud -Grand Paris, avant sa signature avec LBO-France. À l'issue de ces premières phases de concertation et de négociation, le projet pourra enfin commencer à sortir de terre, d'abord au Sud de la parcelle (le long de la rue des Pichets), puis progressivement en remontant vers le Nord... D’autres temps d’échanges suivront, dans les mois et les années qui viennent, pour accompagner la mise en œuvre de ce grand projet.
2ème atelier : jeudi 12 octobre, 19h, centre social et culturel de la Fontaine Gueffier
Restitution festive : samedi 21 octobre, 10h, sur le site des Mathurins

De futurs logements rue des Meuniers
Présenté lors d'une réunion publique le 6 octobre sur place à 18h30 (visite des lieux dès 16h30), un nouveau projet immobilier doit émerger prochainement à l'angle de la rue des Meuniers et de l'avenue Aristide-Briand (RD 920). En lieu et place de l'immeuble de bureaux (vide d’occupation depuis près de dix ans) qui occupe actuellement cette parcelle, le propriétaire Novaxia prévoit la construction de 216 logements familiaux (dont un quart de logements sociaux) et une résidence étudiante de 195 studettes ou T2. La Ville a obtenu du promoteur que ce programme respecte bien sa Charte de la construction et de la promotion, qui permet notamment de garantir des prix de sortie inférieurs au marché, ainsi qu'une période de pré-vente réservée aux Balnéolais souhaitant acquérir un logement. Composée de trois groupes d'immeubles, la future résidence sera traversée de deux percées arborées perpendiculaires à la rue des Meuniers. Les hauteurs des constructions varieront de la maison de ville au bâtiment de six étages (contre dix étage aujourd'hui), avec une descente en gradins vers les zones pavillonnaires. Enfin, le rez-de-chaussée qui longe l'avenue devrait accueillir un restaurant KFC, qui remplacera celui qui doit être démoli plus au Nord, dans le cadre de l'ÉcoQuartier Victor-Hugo. Les permis de construire de ce projet devraient être déposés cet automne pour une livraison à l'automne 2019 et une installation définitive du KFC début 2020.

Infos travaux
Rue Madame-Curie : des travaux de rénovation du réseau d’assainissement vont être réalisés par Vallée Sud - Grand Paris à partir du 16 octobre et jusque février 2018, pour un montant de 965 000 euros. La rue sera fermée partiellement entre la rue des Meuniers et la rue Tbirian les deux premiers mois, puis entre la rue Tbirian et l’avenue Albert-Petit les mois suivants. Une réunion d’information sera organisée pour les riverains début octobre.
Vallée Sud – Grand Paris : 01 55 95 84 00

Rue de Turin : dans le cadre de la réalisation de la ligne 15 du Grand Paris Express, des injections doivent être réalisées pour combler les carrières, à partir de mi-octobre et pour une durée de cinq mois. L’emprise du chantier sera située dans un premier temps à côté du Auchan Supermarché (ex-Simply Market), ce qui impactera le stationnement, puisqu’une quarantaine de places seront inaccessibles pendant la durée des travaux ; et dans une second temps, autour de la station Autolib de la rue Jean-Marin-Naudin, avec la mise en place d’un alternat de circulation rue Jean-Marin-Naudin, un feu tricolore pour sortir de la rue de Turin et un changement de sens de circulation rue de la Résistance. Un courrier et un affichage détailleront aux riverains les différentes phases du chantier et ses contraintes.

Rue des Tertres : d’ici la fin 2017, un parking d’une quinzaine de places incluant des places pour les véhicules des personnes à mobilité réduite, va être aménagé à l'endroit où se trouvait le module en préfabriqué de la pharmacie.

Comment venir à bout des punaises de lit ?
Elles ne sont pas plus grosses que des pépins de pommes, mais elles pourrissent littéralement la vie de certains habitants de Bagneux, comme des quartiers chics de Paris et de toute l'Île-de-France. Une seule punaise de lit peut piquer jusqu'à 90 fois par nuit et, lorsque ces insectes ont élu domicile dans un logement, ils se reproduisent à vitesse grand V. Allergies, insomnies, dépression... leurs effets sont souvent dévastateurs. À ce jour, ces animaux ne sont pourtant pas considérés par l'État comme un problème de santé publique. Alertée par les habitants lors du temps fort citoyen #PasSansVous, Marie-Hélène Amiable a adressé une lettre en septembre à la ministre de la Santé, ainsi qu'aux députés des Hauts-de-Seine, pour demander que "des actions de prévention ainsi qu'une lutte coordonnée, rapide et durable des différents pouvoir publics" soient mises en place contre ce fléau. Sans aide de l'État et des bailleurs, il s'avère en effet difficile pour de nombreuses familles de se débarrasser de ces intrus indésirables, qui en profitent pour proliférer et se répandre dans les immeubles, puis dans les quartiers, notamment via les encombrants. Les traitements chimiques sont extrêmement coûteux et doivent parfois s'accompagner d'un changement de mobilier (matelas, canapés etc. qui leur servent de refuge). Parallèlement, le maire a écrit aux bailleurs pour les sensibiliser au problème qui doit être traité dès qu'un cas se présente afin d'éviter la prolifération des insectes. Toute famille infectée ne doit pas hésiter à se signaler au service d'Hygiène de la Ville et prendre une série de mesures qui sont expliquées dans une brochure disponible à l'Hôtel de Ville et sur bagneux92.fr. Un groupe d'habitants travaille également sur cette question depuis #PasSansVous pour sensibiliser les Balnéolais. Si vous souhaitez le rejoindre, n'hésitez pas à appeler le numéro ci-dessous.
Service municipal de l'Hygiène : 01 42 31 62 27

Coup de jeune pour le marché Léo-Ferré

C'est décidé ! Le marché Léo-Ferré va prendre un coup de jeune, grâce à un programme de travaux qui débutera au premier trimestre 2018. Définis en concertation avec les usagers, les commerçants et le groupe Géraud, délégataire du marché, ces travaux concernent aussi bien la halle que les espaces extérieurs. Pour la partie couverte, les façades seront modifiées, l'intérieur rafraîchi, la plomberie, les sanitaires, l'électricité, le chauffage et la ventilation rénovés. Un espace cafétéria sera également installé à l'entrée de la halle, avec une possibilité d'ouverture sur la place aux beaux jours. L'ensemble sera donc à la fois plus convivial, plus lumineux et mieux aéré.
Quant aux espaces extérieurs, ils seront mieux structurés, avec des allées élargies et un espace central destiné à accueillir des animations. Des arbres seront déplacés et d'autres plantés, la pergola sera sera végétalisée pour augmenter les espaces verts. Ce parvis repensé offrira 50 places de parking en dehors des jours de marché. Un nouveau mobilier urbain, une aire de jeux et un garage pour vélos et trottinettes viendront compléter l'ensemble. D'un montant prévisionnel estimé à 2,5 millions d'euros, financés par la Ville, le groupe Géraud et le Département des Haut-de-Seine, ces travaux sont conçus pour ne pas interrompre le fonctionnement du marché.
Simply Market devient Auchan Supermarché
Depuis le 13 septembre, le Simply Market de la rue de Turin, à la Pierre plate, a été rebaptisé "Auchan Supermarché". Ce changement d'enseigne s'accompagne de services supplémentaires intéressants pour les clients : pôle d'accueil, retrait de colis, retrait de billets de spectacles et développement photo.

Explications sur la taxe foncière
Tous les propriétaires doivent acquitter leur taxe foncière au plus tard le 16 octobre. Cet impôt local contribue aux budgets de la Commune, du Territoire métropolitain et du Département, chacune de ces collectivités fixant son propre taux. Particularité : le Département des Hauts-de-Seine a maintenu l'exonération de deux ans de taxe foncière pour les constructions nouvelles. Les propriétaires exonérés de cette part départementale en 2015 et 2016 voient donc leur taxe foncière augmenter en 2017 du taux départemental (7,08 % en 2017). Rappelons que la commune de Bagneux maintient son taux inchangé depuis 2015.
Infos : Service des impôts aux particuliers de Montrouge, 01 55 58 24 14

Projet urbain Haut de page


Bientôt une micro-ferme d’agriculture urbaine

Mais qu’est-ce qui pousse sur le terrain devant l’entrée du gymnase Romain-Rolland ? Il s’agit de plantes potagères cultivées dans le cadre du projet Agrocité, fruit d’un partenariat entre l’association Atelier d’Architecture Autogérée (AAA), la municipalité et plusieurs associations balnéolaises. À côté de ce potager, commencera la construction d’une micro-ferme en bois à partir de fin octobre début novembre. L’objectif est de créer ici un lieu pour la transition et la pédagogie écologiques, où les habitants pourront venir jardiner, recycler, suivre des ateliers, partager et "cultiver le bonheur du savoir vivre". "Nous initions les projets et les accompagnons jusqu’à ce que les habitants ou les associations locales se les approprient et en prennent la gestion", explique Constantin Petcou, cofondateur de l’association AAA qui est déjà intervenue dans plusieurs villes de la région. Si vous êtes intéressés, sachez que le prochain atelier aura lieu sur place samedi 7 octobre, à partir de 15h30.
urbantactics.org
Facebook : Une-Agrocité-à-Bagneux

M4
Un parement pour la station Bagneux

Les travaux se poursuivent sur le futur terminus de la ligne 4 avec la pose d’un revêtement sur les murs et plafonds de la station Bagneux. Un parement en béton ondulé, préfabriqué dans une usine d’Île-de-France, est acheminé sur le chantier pour être installé dans les futurs espaces voyageurs. Au final c’est une surface de 3 000 m² de ce matériau qui viendra recouvrir l’intérieur de la station.

L15
Le Grand Paris Express fait sa rentrée dans les écoles franciliennes

Pour la rentrée scolaire, la Société du Grand Paris met à disposition des enseignants et des animateurs d’activités périscolaires des kits pédagogiques sur le Grand Paris Express. Ils visent à favoriser l’appropriation du nouveau métro par les jeunes, du primaire au lycée, et à proposer aux enseignants des compléments de cours instructifs, ludiques et concrets.
Cette démarche, menée en lien avec l’Éducation nationale, s’inscrit dans le cadre des "Classes du Grand Paris Express", programme mis en place par la Société du Grand Paris à destination des élèves et de leurs professeurs. Documentation, actions culturelles et pédagogiques, événements sur les chantiers sont autant d’outils développés pour associer les jeunes à la construction du nouveau métro.
Infos : culture-grandparisexpress.fr/les-classes-du-grand-paris

Histoire et patrimoine Haut de page

L'histoire de l'Hôtel de ville

Cette année encore, Bagneux s’associe aux Journées européennes du patrimoine, dédiées à la jeunesse, le samedi 16 septembre. Le ministère de la Culture nous invite à nous tourner vers le jeune public, afin de le sensibiliser au patrimoine, à l’histoire et à l’histoire de l’art. Connaître le patrimoine dans son contexte historique et social, c’est mieux appréhender la société dans laquelle nous vivons. C’est discerner les valeurs sur lesquelles elle se construit, pour les questionner, pour mieux se les approprier.
La Ville de Bagneux l’a bien compris. Elle organise tous les ans visites, animations et activités diverses pour le jeune public, en famille ou avec l’école.
Cette année encore, les jeunes pourront, avec leurs parents, découvrir ou redécouvrir l’histoire de Bagneux, guidés dans le centre-ville par Éloïse, conférencière spécialisée (départ à 15h30 de l’église Saint-Hermeland). Avec elle vous pourrez également visiter le boudoir Masséna et ses boiseries peintes de style Empire (11h30 et 14h : attention, les places sont limitées), la Maison de la musique et de la danse et ses plafonds peints du XVIIème siècle (17h) et l’église médiévale Saint-Hermeland avec l’architecte du patrimoine Jean-Paul Mauduit (14h30).
Pour les jeunes et les moins jeunes, la Compagnie ERD’O proposera d’imaginer des tags poétiques (mardi 12 et mercredi 13 septembre à la médiathèque, de 19h à 21h) qui seront brodés sur les grilles du parc Richelieu (vendredi 15 septembre à partir de 18h) et sur celles du pont des Suisses (samedi 16 septembre à partir de 15h).
Et cette année, en plus de faire participer la jeunesse, nous l’étudierons, à travers 100 ans d’archives, exposées aux Archives communales (médiathèque Louis-Aragon).
Valérie MAILLET – valerie.maillet@mairie-bagneux.fr - 01 42 31 62 18

Coup de cœur Haut de page

La troupe du vivre ensemble

Je profite de la rubrique Coup de cœur pour annoncer à un maximum de Balnéolais la naissance de la troupe du vivre ensemble.
Elle est l’une des propositions du groupe de réflexion portant sur le thème du vivre ensemble, dans le cadre des ateliers participatifs organisés par la mairie à l’automne dernier et dans la droite ligne des propos recueillis auprès des habitants lors du temps fort citoyen #PasSansVous. C’est donc en quelque sorte votre troupe à tous…
Si par nature l’être humain est fait pour vivre ensemble, quelques incidents sociétaux semblent avoir porté atteinte à une convivialité qui devrait être naturelle. La troupe relève donc le défi d’y remédier simplement et spontanément : vous apercevez le camion #PasSansVous dans votre quartier, approchez, et partagerez un moment de simple convivialité et de pur bonheur ouvert à TOUS.
Bien entendu, toute personne souhaitant être membre permanent de la troupe sera la bienvenue…

La page des enfants Haut de page

Pourquoi faut-il se faire vacciner ?

L’automne s’est installé. Les températures ont baissé annonçant les premières épidémies. Savais-tu que l’on peut se protéger de certaines maladies grâce à la vaccination ? Dans cette page, nous allons t’expliquer ce qu’est un vaccin et comment il agit.

Comment cela fonctionne-t-il ?
Un vaccin c’est un produit dans lequel se trouve le virus ou la bactérie responsable d’une maladie mais sous une forme très affaiblie et juste un tout petit morceau. Quand il t’est injecté, ton corps se met à fabriquer des défenses. Comme ça, si jamais un jour tu attrapes ce virus ou cette bactérie, ton corps pourra le combattre et tu ne seras pas malade.

Y a-t-il des vaccins obligatoires ?
Pour le moment, tous les enfants de moins de 2 ans doivent obligatoirement être vaccinés contre trois maladies très graves : la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Le gouvernement prévoit de rendre huit autres vaccins obligatoires à partir de l'an prochain. Ce n'est pas le rôle du journal de trancher le débat, mais de nombreuses personnes pensent que ces vaccins supplémentaires ne sont pas nécessaires et pourraient même être dangereux…

Où se faire vacciner ?
Chez ton médecin, au centre de Protection maternelle et infantile (PMI) ou au centre municipal de santé (CMS). Pour la mise à jour des vaccins obligatoires, le CMS propose des séances de vaccination gratuite un mercredi sur deux, de 13h30 à 15h, pour les personnes de 6 ans et plus.

Le savais-tu ?
C’est un chercheur français qui a inventé le principe de la vaccination en 1885. Il s’appelait Louis Pasteur. Une avenue de la ville porte son nom en sa mémoire.

Évènements du mois Haut de page


ATELIERS

MÉDITATION DE PLEINE PRÉSENCE
À partir de 16 ans. Gratuit. Réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Samedi 7 octobre de 14h30 à 16h
CSC de la Fontaine Gueffier

CAFÉ TRICOT
Gratuit. Matériel non fourni.

Samedis 7, 14 et 21 octobre, mercredi 25 octobre de 14h30 à 16h30
CSC de la Fontaine Gueffier

CUISINE
Avec l’association Atousignes 92. Pour les familles avec enfants à partir de 6 ans. Atelier ouvert aux sourds et aux entendants.
Tarifs : 2 euros pour une personne seule, 5 euros par famille, gratuit pour les adhérents à l’association Atousignes92.
Réservation indispensable : 06 76 05 65 61
Samedi 14 octobre de 14h30 à 17h30
CSC de la Fontaine Gueffier

MASSAGE BIEN ÊTRE
Pour adultes. Tarifs adhérents : 40 euros l’atelier et 105 euros pour 3 ateliers pour une personne ; 30 euros pour un atelier et 80 euros les trois ateliers si vous venez à deux.
Tarifs non adhérents : 50 euros l’atelier ; 150 euros les 3 ateliers
Réservation indispensable :
asso.mass.ages@gmail.com
ou au 06 24 71 03 23.
Samedi 14 octobre de 14h30 à 17h30
CSC de la Fontaine Gueffier

SCRAPBOOKING
Fabrication d’un attrape-rêve. En famille (adolescents et enfants à partir de 5 ans accompagnés d’un adulte). Gratuit. Réservation indispensable : 01 47 40 26 00.
Mardi 31 octobre de 14h15 et 15h45
(2 ateliers)
CSC de la Fontaine Gueffier

MUSIQUE
QUATUOR À CORDES GI !
Œuvres de Sergueï Prokofiev et
d’Antonín Dvorak
Gratuit sur réservation : 01 71 10 71 90
Jeudi 19 octobre à 12h30
Maison de la musique et de la danse

ORCHESTRE DES CONSERVATOIRES DU TERRITOIRE
Orchestre des élèves de deuxième cycle des conservatoires de Vallée Sud – Grand Paris.
Vendredi 27 octobre à 19h
Maison de la musique et de la danse

EXPOSITION
MULTIPLES
De Jean Villevieille, sérigraphe et éditeur
Du 9 octobre au 26 janvier. Vernissage vendredi 13 octobre à 18h30. Ouverture le week-end des 14 et 15 octobre de 14h à 19h où des activités seront proposées en présence de l'invité Jean Villevieille et de 16h30 à 18h30 visite de l'exposition et démonstration de sérigraphie par l'artiste (on repart avec des cadeaux !). Tout public.
Nocturne tous les mardi soir de 17h30 à 19h
Atelier d’écriture avec l’association À mots croisés mardi 24 octobre de 19h à 22h
Maison des arts

LES VENDREDIS BARAQUE
LA WALF
Avec le Baklawa Orchestra. Concentré ultra-énergétique de cirque en musique.
Vendredi 6 octobre à 19h

LE CRI DE L'ŒUF - LA MEUTE
Spectacle mêlant pratiques acrobatiques et martiales, mais aussi comédie, chant et musique.
Vendredi 13 octobre à 19h

L'HERBE TENDRE - GALAPIAT CIRQUE
Nouvelle création
Mardi 7 novembre à 19h (à confirmer)
PPCM – Centre des arts du cirque et des cultures émergentes

THÉÂTRE
UN POYO ROJO
Mise en scène : Hermes Gaido (Argentine) (Lire p. 29)
Dimanche 15 octobre à 17h
Théâtre Victor-Hugo

DANSE
B IN THE GAME,
La référence hip-hop

Troisième édition de B in the game, le rendez-vous incontournable de danse hip-hop pour les 8 -18 ans. Venez livrer des battles, seul ou en équipe ! Les pré-selections, ouvertes au public, commencent à 11h, les compétitions à partir de 14h30, entrecoupées de shows de danse, musique... Vous pouvez vous inscrire soit sur internet à l’adresse hipyourhop.fr/events/b-in-the-game, soit sur place le jour-même. Des lots seront offerts aux vainqueurs. Cette année la compétition accueillera des équipes venant de Clermont-Ferrand, Niort mais aussi d’Italie et de Belgique. Cet événement, organisé conjointement par l’association Conek’team et le service municipal de la Jeunesse s’inscrit dans le prolongement de ce qui est réalisé par la Ville en matière de hip-hop, et sera suivi en décembre par le festival Kalypso.
Entrée : 3 euros.
Samedi 21 octobre de 11h à 19h À l'espace Léo-ferré.

FÊTE D’HALLOWEEN

LA FONTAINE AUX SECRETS
Venez déguisés ! Gratuit. Inscriptions : mercredi 18 octobre de 9h30 à 12h et de 14h à 17h (sur place ou par téléphone). Deux séances :
pour les enfants de 6 à 12 ans : de 14h à 17h
Après avoir affronté les sorcières, venez découvrir les secrets de la Fontaine !
pour les jeunes de 13 à 17 ans : de 19h à 21h
Faites face à vos peurs ! Défis, force, agilité… qui trouvera les secrets de la Fontaine ?
Samedi 28 octobre
au CSC de la Fontaine Gueffier

MÊME PAS PEUR !
CINÉ-SURPRISE

Entrée libre (tout public à partir de 8 ans).
Samedis 21 et 28 octobre à 16h
ATELIERS CRÉATIFS
Entrée libre (tout public à partir de 8 ans)
Mardi 25 et vendredi 27 octobre de 15h à 17h
HALLOWEEN PARTY
Chasse aux bonbons à 16h (entrée libre, tout public à partir de 8 ans)
Murder party à 18h (sur inscription, tout public à partir de 8 ans)
Mardi 31 octobre
Médiathèque Louis-Aragon

RENDEZ -VOUS

DÉJEUNER PARTICIPATIF
Chacun apporte à manger et/ou à boire pour partager le tout dans une ambiance chaleureuse et conviviale. Le repas sera suivi d’un loto. Besoin de toutes et tous pour préparer la salle à partir de 10h !
Réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Samedi 7 octobre à 12h
CSC de la Fontaine Gueffier

FOIRE AUX LIVRES
De 12h à 16h, stand gourmand par l’association Soli’ciproque
À partir de 15h, concert du trio Lumaiana
Samedi 7 octobre de 11h à 17h
Parvis de la médiathèque
Louis-Aragon

CAFÉ DES PARENTS
Être parents, parlons-en ! En présence d’une psychologue.
Mardi 17 octobre de 18h30 à 20h
CSC de la Fontaine Gueffier

CONFÉRENCE DÉBAT
C’est quoi être radicalisé ?
Projection de morceaux choisis du documentaire La chambre vide de Jasna Krajinovic, suivi du témoignage d’une mère Saliha Ben Ali. (Lire p. 30)
Mercredi 18 octobre à 18h30
CSC Jacques-Prévert
Vendredi 20 octobre à 18h30
CSC de la Fontaine Gueffier

STAGE DE CIRQUE
Pour les 3-5 ans, les 6-11 ans et les 12-16 ans
Informations : lepluspetitcirquedumonde.fr
Du 23 octobre au 3 novembre
PPCM – Centre des arts du cirque et des cultures émergentes

APÉRO LITTÉRAIRE
Dégustation à l’aveugle de la rentrée littéraire 2017.
Mardi 24 octobre à 19h30
Médiathèque Louis-Aragon

Programme cinéma Théâtre Victor-HugoProgramme cinéma Théâtre Victor-Hugo

Vie pratique Haut de page

Numéros utiles

Vos élus à votre service sur rendez-vous à l'Hôtel de ville
57, avenue Henri-Ravera 01 42 31 60 00

Horaires d'ouverture de la mairie :
Hôtel de Ville
Le matin : du lundi au vendredi de 8h30 (10h le mardi) à 12h.
L'après-midi : du lundi au vendredi de 13h30 à 17h (19h30 le mardi).
Permanences sur rendez-vous le samedi de 9h à 12h pour les passeports et cartes d'identité.

Mairie annexe
8, résidence du Port-Galand 01 45 47 62 00
Du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h (19h le jeudi).

Restauration scolaire

Les menus du mois : Consulter les menus du mois en cours

État civil

Ils sont nésZahoua ARAB
Neyla BAROUDI
Mouhamed BELAABED
Abdelmanie BENAÏCHA
Naëly BLOCUS
Selma BOINALAZA
Sofia FACI
Matthéo FOFANA
Yasmina KHLIFI
Ahmed KRID
Zakarya LACHIHEB
Sarah LELOUP
Ilyas LELOUP
Lily-rose MANDI
Jannah N'DIAYE
Jervensley NOEL
Oumaïma NTIFI
Franck OURAGA
Afonso PEREIRA RODRIGUES
David PEREIRA RODRIGUES
François PINZON ARIZA
Emma ROUSSEAU
Nelle TAIBE
Tara TAUBENBLATT
Elouan TCHICOU-NGALA
Logan TILLAULT

Ils se sont mariés

Jonathan PUCHER et Mariia MALAKHOVA
Marc GERMÉ et Angèle NODIN
Mayooran THARMALINGAM et Jeyamathuri PUNNIYAMOORTHY
Muhammad SAHABOOLEEA et Sarah LUIGGI
Peter BECHAI et Marina MIKHAIL
Ahmed LASSAOUI et Agnieszka TUREK
Makha CAMARA et Assa SAMBA

Ils nous ont quittés

Jaime AGUIRRE
Michel AKLE
Yves ALLAIN
Ansbert ASSET
Karnik BEGOIAN
Jean-Jacques BIGARD
Daouia BOUREZZOUG,
épouse EL KIHAL
Ginette BRIND
Mounir CHARRAD
Micheline CHEVREL, épouse RIOU
Nicole CLIVOT, veuve DERRIEN
Patrice CORNILLIET
Danièle COTE
Marianne COTTENCIN
Michel DELEUZE
Gilbert DOUBLET
Guy DUCHEZ
Liliane FARNFIELD
Geneviève GERMAIN
Hocine IBRAHIM OUALI
André JOURDAN
AlbertinaAdolphe KADER,
veuve MARIE-LUCE
Marie-Claire LASBLEYE
André LEGOUX
Daniel LEPLATRE
Colette LIETAER
Alain MARECHAL
Pierre MESLIER
Hassine M'NASRI
Didier MOUNDI
Xuân NGUYEN
Lucette PILLIOT, veuve JUBARD
Any RESZETCLOWSKI,
épouse BOUSQUET
Carlos SAADA
Xavier SCHIRLÉ-KELLER
Christiane WEISBECKER,
veuve BERGAMETTI
Frédéric YOUF