Ecoutez

n°265 - Mai 2018

www.bagneux92.fr

L'objet du mois

Le mois en images

Ils font la ville

Portrait

Dossier

Grand angle

Événement actualité

Décryptage actualité

Vie de la ville

Projet urbain

Sortir à Bagneux

Histoire et patrimoine

Coup de cœur

La page des enfants

Événement du mois

Vie pratique

L'objet du mois Haut de page

L'agenda culturel

Supplément bimestriel de votre magazine municipal, l'agenda culturel de Bagneux réunit, sur huit pages, tous les événements des deux mois à venir dans notre commune. Un outil idéal et truffé d'infos pratiques, pour trouver votre bonheur dans le calendrier foisonnant d'événements culturels proposés sur la ville.

En huit pages, Plein les yeux fournit un panorama complet de l'offre culturelle du moment à Bagneux. Comme tout agenda, il est présenté de façon chronologique, pour chacun des deux mois que couvre un numéro. De plus, l'entête de chaque entrée indique clairement de quel type d'événement il s'agit (théâtre, cirque, concert...) afin de repérer facilement ceux qui vous intéressent a priori. "Plus qu'un catalogue ou un calendrier, notre but est de présenter et d'expliquer ce que nous proposons aux habitants, pour que chacun trouve son intérêt mais aussi décide de s'impliquer et de participer", précise Nathalie Milan, la nouvelle directrice des Actions culturelles de la Ville. C'est pourquoi des articles de fond permettent de braquer le projecteur sur une thématique ou des événements récurrents, qui donnent à voir la tonalité de la programmation du moment. Le cinéma n'est pas oublié avec une rubrique spécialement dédiée. Et pour que vous ayez sous la main toutes les infos dont vous avez besoin, les coordonnées complètes de tous les équipements culturels et des centres sociaux et culturels de la ville figurent également dans chaque numéro. Distribué avec votre Bagneux infos un mois sur deux, l'agenda culturel est disponible dans tous les équipements municipaux, et sur bagneux92.fr dans la rubrique "+WEB" du magazine municipal.

• Jean-Marc Bordes

Distribué avec l'édition d'avril de Bagneux infos, le premier numéro de Plein les yeux couvre les événements culturels des mois d'avril et de mai.

Son format permet de l'emporter n'importe où. Il se glisse facilement dans votre poche ou votre sac à main.

Vous trouverez des exemplaires de Plein les yeux en libre-service dans tous les équipements municipaux. Pratique, si vous l'avez égaré !

Les prochains numéros de votre supplément culturel arriveront dans votre boîte aux lettres avec les éditions de juin puis de septembre du magazine municipal.

Édito Haut de page

L’État, c’est chacun de nous !

Tel était l’un des slogans qu’on pouvait lire sur les murs de Paris, il y a cinquante ans, pendant le mouvement social et étudiant de Mai 68. Une période riche de débats, de rencontres, de création qui a permis aux salariés et aux jeunes d’obtenir de nouveaux droits. Un moment de notre histoire qui a aussi marqué une évolution importante de notre société.

Aujourd’hui, les temps ont changé. Et pourtant, des exigences de l’époque demeurent d’actualité en matière de conditions de travail, d’égalité entre femmes et hommes, de démocratie dans l’entreprise et dans les institutions, de moyens pour la Culture et l’Éducation.

C’est donc avec un clin d’œil à Mai 68 que nous vous proposons de participer, du 14 mai au 2 juin, à un Printemps citoyen. Avec l’équipe municipale, j’irai à votre rencontre pour que nous fassions la ville ensemble. Vous le savez, je crois à l’expertise des habitants sur les projets qui les concernent.

Un bel exemple en est le démarrage, depuis l’automne, du budget participatif. Ce sont les Balnéolais qui ont proposé 80 projets à financer dans les quartiers, pour l’intérêt général. Ce sont aussi les Balnéolais qui choisiront par un vote les projets qui seront mis en oeuvre. Les urnes iront à vous et le samedi 2 juin, place Dampierre, dernier jour du vote, le dépouillement se fera en public. Ce sera aussi l’occasion pour nous de défendre les services publics, de la caisse d’assurance maladie au commissariat, du centre des impôts à nos bureaux de poste.

Pendant ces deux semaines, de nombreux projets directement liés à votre quotidien seront soumis à la discussion ou au vote. Vous pourrez ainsi choisir le nom de nos deux stations de métro tant attendues. Vous pourrez aussi participer aux échanges sur le futur lycée et notamment sur le contenu des programmes qui y sera proposé.

Le Conseil local de la jeunesse viendra présenter ses actions et ses propositions au conseil municipal du mercredi 16 mai. Cette première permettra de valoriser les initiatives prises par les jeunes Balnéolais et d’échanger sur leurs préoccupations.

C’est bien d’une ville pour toutes et tous qu’il sera question au long de cette quinzaine. Parce que Bagneux se fait et se fera avec vous.

Marie-Hélène AMIABLE,
Maire de Bagneux
Conseillère départementale des Hauts-de-Seine

Le mois en images Haut de page

Comme l'an dernier, des élèves du collège Henri-Barbusse ont réalisé une belle exposition photographique, poétique et littéraire, sur leur vision de la ville et de leur avenir, à découvrir lors des prochaines portes-ouvertes de l'établissement.

Abmoshs, l'association de la mosquée de Bagneux, organisait une journée de rencontres et de fête sur le thème de l'éducation, le 31 mars à l'espace Léo-Ferré.

L'association France Palestine Solidarité 92 proposait la projection du documentaire poignant "Checkpoint" de l'Israélien Yoav Shamir, le 31 mars, salle Paul-Vaillant-Couturier.

Les habitants du quartier Sud se sont mis sur leur 31 pour la soirée Casino, organisée le 14 avril par le centre social et culturel de la Fontaine Gueffier.

Impressionnante performance de jonglage synchronisé, le 29 mars au théâtre Victor-Hugo, à l'occasion du spectacle Humanoptère de la compagnie La main de l'homme.

Le 1er avril avait lieu une rencontre régionale de taekwondo à la halle des sports Janine-Jambu, sous la houlette de la section du COMB et de ses bénévoles.

Le 29 mars, les habitants du 11 rue des Tertres ont pu visiter un appartement témoin pour mieux se rendre compte des travaux de rénovation intérieure et extérieure, entrepris par Idf-Habitat sur leur tour.

Un journal d'où jaillissent des personnages, une comédienne évoquant les drames de l'actualité, un violoncelle d'où s'échappent des notes incongrues, tels étaient les ingrédients du spectacle Le cri quotidien présenté au théâtre Victor-Hugo les 11 et 12 avril.

Flambant neuve, une nouvelle supérette Coccinelle a ouvert ses portes le 5 avril au 212 rue des Blains, juste en face de la station Bagneux du RER B.

Commémoration du génocide des Arméniens, le 11 avril, en présence du maire, des élus et des associations concernées, dont notre comité de Jumelage. Ce dernier a été malencontreusement oublié, le mois dernier, dans notre article sur les liens de Bagneux avec l'Arménie, dont il est bien sûr un pionnier.

Ils font la ville Haut de page

Entrepeneuse
Le bonheur dans la pâtisserie

Elle a tout plaqué en juillet 2016. Sa carrière dans le webmarketing, un salaire "confortable", des voyages réguliers "aux States", de "belles missions" comme le lancement de Skype en France. Pourquoi ? Par envie d'entreprendre. Samantha Delluc-Marchand en avait assez d'user son énergie débordante dans un job qui ne la rendait plus heureuse. "Je ne me retrouvais pas là-dedans. En fait, ça manquait de sens." À l'aube de ses 40 ans, l'ex-commerciale trilingue s'est lancée dans la création d'événements pâtissiers pour les particuliers et les entreprises. Après avoir obtenu son CAP, un diplôme en hygiène alimentaire et son BAFA, celle qui prouve à sa fille qu'on peut s'éclater dans son métier suit son credo : originalité et personnalisation. Les talents de cette Balnéolaise s'expriment lors de buffets d'anniversaires pour enfants "décorés d'après l'univers de la Reine des neiges ou de Superman, par exemple" ou durant des petits-déjeuners d'entreprise haut de gamme. Les professionnels raffolent de ses sablés ornés d'un logo ou décorés aux couleurs de leur entreprise. "Je me suis rendu compte que la pâtisserie pouvait être un vecteur de communication". Des gâteaux en tant que goodies, une niche à conquérir.

drolesdetables.com

Piscine
Le sport inscrit dans les gènes

Volley, surf, natation, tennis… Les passions sportives du nouveau directeur de la piscine de Bagneux sont variées. En poste depuis décembre 2017, Frédéric Hascoët n'a jamais imaginé travailler dans un autre domaine. "Ma grand-mère est professeur d'EPS" tout comme ses oncles et tantes, "j'ai baigné dans la culture du sport depuis tout petit". Durant ses années de licence STAPS, un ami le convainc de rejoindre l'équipe enseignante de l'École municipale des sports (EMS) balnéolaise. "Une très bonne école pour faire ses premières armes pédagogiques". Tout en s'occupant de la section tennis de l'EMS, le futur maître-nageur se forme auprès de l'ancienne équipe de la piscine avant sa rénovation. Après un détour par le stade nautique de Châtillon-Malakoff et une année à l'étranger, le voilà de retour en tant que chef de bassin pour la réouverture en 2014. Sous son impulsion, les Aquanights cherchent à attirer un public moins adepte de la baignade classique. Ces soirées à thèmes proposent une heure d'activités ludiques tous les vendredis soirs de novembre à mars (Bagneux infos de janvier 2018). "Cette année, on a lancé des sessions d'aqua-pilates, sur des tapis, dans le grand bassin. On a aussi deux maîtres-nageurs qui proposent des séances d'aquaboxing de folie." Le chef d'équipe ne tarit pas d'éloges sur ses agents. "Motivés, avec un taux d'absentéisme proche de zéro et accueillants avec le public", les personnels de la piscine ont une idée fixe : "développer une culture de la natation à Bagneux."

Portrait : Nassima Boutadjine

Elle capte les instants de la vie

Mordue de photo depuis sa jeunesse, Nassima Boutadjine décide d’en faire sa profession sur le tard. Rencontre avec une photographe balnéolaise cool, dynamique et heureuse de voir les autres l’être avec leur bébé ou leur famille.

Ne dîtes surtout pas à Nassima Boutadjine que vous n’êtes pas photogénique. "J’aime rendre les choses belles, sourit-elle. J’aime capter les gens au meilleur d’eux-mêmes, j’essaie de les voir dans leur gentillesse." Graphiste de formation, cette Balnéolaise de 38 ans devient photographe professionnelle suite au décès de sa mère. "J’ai remarqué que beaucoup de photographes en font leur métier quand ils ont perdu un être cher, analyse cette maman de deux enfants. On va tous partir, c’est important de garder une trace de nous, pour pouvoir raconter nos histoires." Née à Alger un automne de 1979, Nassima Boutadjine arrive en France à l’âge de 4 ans. L’Hexagone, le pays où sa mère Orkia et son père Mustapha ont fait leurs études. Après avoir vécu dans le 14ème arrondissement de Paris, elle s’installe en 1996 à Bagneux, avec ses parents et ses deux jeunes frères. Souriante, énergique, pleine d’humour et souvent armée de son appareil, Nassima Boutadjine se passionne pour la photo depuis le lycée : "j’étais la gardienne des souvenirs de mes potes !" Professeur de dessin, Laure Bensoussan, sa meilleure amie depuis leur bac F12 d'arts appliqués, à l’École supérieure d’art et d’industrie graphique Estienne à Paris, la décrit comme "un soleil, une personne gaie, qui ne se laisse pas freiner par les embûches de la vie. Elle a toujours la patate !"

LE DEUIL PAR LA PHOTO
Nassima Boutadjine aurait voulu travailler dans l’illustration, mais elle s’est plutôt orientée vers la communication visuelle. Après trois ans de petits boulots, elle reprend ses études en alternance pour se former au métier de graphiste. De contrats dans diverses agences à des missions en free-lance, la jeune femme connaît parfois des périodes un peu plus difficiles. Dès 2014, la photo prend le pas. Nassima travaille en maternité pour différentes agences de photographie. "Cela m’a aidée à faire le deuil de ma mère car tous les jours je voyais des mamans et des bébés. La vie ne s’arrête jamais !", raconte celle qui capture les premiers instants des poupons. "Je donnais aussi des conseils. J’étais une espèce d’auxiliaire puéricultrice, sage-femme, photographe." Elle inscrit ainsi à son compteur plus de 3 000 bébés pris en photo. L’émission Les Maternelles, sur France 5, lui a même consacré un reportage. Mariage, grossesse, nourrisson, famille… Passionnée par ces thèmes-là, la Balnéolaise apprécie de faire poser les gens et de les voir heureux durant ses séances : "j’aime photographier toutes les générations et j’apprécie les métissages." Un peu à l’image de Bagneux où elle a participé en tant que photographe au bal des collégiens organisé par le conseil local de la jeunesse l'an dernier. "Bagneux c’est ma ville. Je ne me vois pas habiter autre part. Avec mon mari et mes enfants, on connaît tout le monde !", lance cette amatrice de hip-hop. "Nassima a un vrai feeling avec les bébés, admire Nezha Chami, conseillère municipale déléguée aux centres sociaux et culturels. C’est quelqu’un d’ouvert sur les autres et qui fait du bien quand on est avec elle". Permettre à "ses" mariés de "revivre indéfiniment leur journée de mariage", immortaliser les premiers sourires de leur enfant et ne pas oublier les moments heureux, c’est ce qui pousse Nassima Boutadjine à les capturer dans sa petite boîte. "Voilà pourquoi j’adore mon métier, il m’apporte tant humainement", glisse-t-elle. Amoureuse de la vie, elle ne s’arrête plus d’attraper et de retenir ce qui lui échappe…"le temps".

• Nassima Ouaïl

nassimab.com
<Facebook> @nassimabphotographe
<Instagram> nassimab_photographe

BIO EXPRESS
21 septembre 1979 : Naissance à Alger
1996 : Emménage à Bagneux
Juin 1998 : Obtention d’un bac F12 d'arts appliqués à l’École supérieure d’art et d’industrie graphique Estienne, à Paris 13ème
2006 et 2012 : Naissance de ses enfants Paloma et Laszlo
Janvier 2014 : Décide de devenir photographe professionnelle

Dossier du mois

Les mobilités douces
Développer les alternatives à la voiture, pour un environnement sain et apaisé

Chacun le sait, avec le réchauffement climatique et ses effets météorologiques (canicule, neige, tempêtes...), il est devenu vital de proposer des solutions de transports alternatives dans nos villes, où 70 % de l'espace public est historiquement dédié à l'automobile. Après des décennies de mobilisation, Bagneux a enfin obtenu que deux métros la relient à Paris (avec la ligne 4) et aux autres villes de banlieue (avec la ligne 15). La Ville est aussi partie-prenante dans l'implantation de stations de Vélib' et Autolib' sur son territoire. Promouvoir les déplacements alternatifs est un travail de longue haleine, nécessitant la création de voies dédiées (pour les vélos), mais aussi de points de stationnement adaptés. La Ville travaille également avec ses partenaires pour favoriser l'intermodalité qui permet de conjuguer les moyens de déplacement alternatifs et les transports en commun. Nous vous proposons un point sur les efforts déjà réalisés dans ce domaine et les projets à venir.

Dossier réalisé par Jean-Marc Bordes
Photos : Sébastien Bellanger et Philippe Masson

3 Questions à …

Bruno TUDER
Conseiller municipal délégué au Transport

Pourquoi la municipalité souhaite-t-elle développer des alternatives à la voiture personnelle ?
D'abord parce qu'il s'agit d'un enjeu environnemental global. Les chefs d'État du monde se sont engagés, lors de la COP 21, qui s'est tenue à Paris en 2015, à limiter à +2°C le réchauffement climatique, dont une part essentielle est liée aux gaz d'échappement de nos voitures. Bagneux fait donc sa part du travail. Cela dit, cette question est aussi un enjeu de cadre de vie urbain : réduire le nombre de voitures en ville, c'est diminuer la pollution atmosphérique, sonore, visuelle, olfactive que subissent les habitants au quotidien. C'était un des engagements de la municipalité pour ce mandat, ce qui nous a conduits, par exemple, à mettre en place le stationnement réglementé, qui permet de rendre une partie de l'espace public aux Balnéolais.

Que fait la Ville pour favoriser l'usage du vélo ?
Nous avons rendu cyclables 31 voies communales, avec la mise en place de zones vertes (zones 30 ou zones 20) et des axes où la vitesse est limitée à 30 km/h. La municipalité prévoit de rendre cyclables 15 nouvelles voies communales d'ici fin 2018, ce qui permettra aux cyclistes de rouler en toute sérénité sur près de 50 % des rues de la ville. Et on ne compte pas s'arrêter là... Du côté des voies départementales, sept sont cyclables aujourd'hui à Bagneux et d'autres sont à l'étude pour des aménagements équivalents. Il faut ajouter à cela la mise en service du Vélib' sur Bagneux. Celle-ci a connu des retards du fait que le délégataire doit faire face à l'installation de nouvelles stations sur un nombre élargi de villes depuis le 1er janvier. Mais à Bagneux, la première station a été mise en service le mois dernier avenue Pasteur. Cinq stations sont programmées en tout d'ici la fin du premier semestre, et deux autres encore pour lesquelles nous avons passé des accords avec les Villes de Sceaux (pour une station située au carrefour des Blagis) et de Cachan (à proximité de la station du RER B). À terme, une convention doit également être passée avec Montrouge pour une huitième station Vélib' à proximité de l'arrêt du métro qui sera situé à la limite des deux villes, quand les travaux seront terminés.

En matière de transports collectifs, quels sont les moyens d'action de la municipalité ?
C'est Île-de-France Mobilités (ex STIF) qui a la responsabilité des transports collectifs dans toute la région. Cela ne nous a pas empêchés d'obtenir la ligne 4 du métro et la ligne 15 du Grand Paris Express, grâce à la pugnacité du maire, des élus et des habitants de la ville. Nous allons d'ailleurs demander, mi-mai, aux habitants de choisir eux-mêmes le nom de leur future station parmi trois propositions, en votant sur le site d'Île-de-France Mobilités. Par ailleurs, nous faisons régulièrement remonter à la RATP des informations sur les dysfonctionnements des lignes de bus, lorsque nous sommes saisis de désagréments graves ou répétés. Nous avons également réussi, au cours de cette mandature et de la précédente, à améliorer l'offre de bus sur la ville, avec des lignes qui fonctionnent plus tardivement et aussi le week-end et les jours fériés. Enfin, concernant le RER, Marie-Hélène Amiable, en tant que chargée de la question des transports à Vallée Sud - Grand Paris, a demandé à la présidente d'IDF Mobilités, Valérie Pécresse, d'étudier la possibilité de prolonger la ligne 4 vers le Sud, afin de la raccorder à la branche Robinson du RER B via Bourg-la-Reine. Cela améliorait grandement le fonctionnement de cette ligne qui connaît beaucoup de problèmes de régularité, dont les usagers de la branche Robinson sont les premières victimes. C'est pourquoi, avec les élus de l'association des villes du RER B Sud, nous avons adopté, à l'unanimité, un vœu qui demande aussi à IDF Mobilités de procéder à cette étude.

Repères

20 000
C'est en euros le coût annuel d'une station Vélib'. Une moitié est prise en charge par la Ville et l'autre par la Métropole du Grand Paris. En plus des cinq stations qui doivent ouvrir à Bagneux, trois seront implantées en limite du territoire balnéolais sur les communes de Cachan, Sceaux et Montrouge. Leur coût sera alors réparti équitablement entre les communes concernées.

2011
C'est l'année depuis laquelle Bagneux a fait le choix de bénéficier de stations Autolib' sur son territoire.

54
C'est le nombre de bornes de recharge Autolib' à Bagneux, réparties dans les neuf stations que compte la ville.

36
C'est le pourcentage des voies communales aménagées pour les cyclistes à Bagneux fin 2017. L'objectif est d'atteindre 48 % à la fin de cette année, avec notamment l'aménagement des rues Jean-Marin-Naudin, Alfonse-Pluchet et de plusieurs rues autour du marché Léo-Ferré.

2021
C'est la date annoncée par la RATP pour la mise en service de la ligne 4 à Bagneux.

2024
C'est la date annoncée par la SGP pour la mise en service de la ligne 15 du Grand Paris Express à Bagneux.

Autolib', Vélib' où en est-on ?

Depuis les années 2000, internet a permis le développement de l'économie collaborative : plutôt que d'acheter un bien pour le posséder, pourquoi ne pas s'offrir plutôt – en fonction de ses besoins – du temps d'utilisation d'un bien partagé, à la disposition de tous. C'est ce que permet notamment Autolib', avec ses voitures électriques disponibles sur abonnement. Dès 2011, Bagneux s'est équipée de 9 stations Autolib', qui permettent de se déplacer de cette manière en région parisienne. Un service apprécié de nombreux habitants, avec 1 438 départs par mois enregistrés sur nos bornes en 2017 et 565 abonnements contractés en 2015 (dernier chiffre disponible).
Vélib', quant à lui, était jusqu'ici limité par un contrat de la Ville de Paris avec la société Decaux à la capitale et ses communes limitrophes dans une bande de 1,5 km. Depuis le 1er janvier 2018, un nouveau montage juridique, avec un nouvel opérateur, permet à un plus grand nombre de villes de bénéficier de ce service. Bagneux a bien sûr fait ce choix pour ses habitants. Cinq stations du nouveau Vélib'Métropole doivent ainsi voir le jour dans notre ville, dont une fonctionne depuis le mois dernier à proximité du collège Henri-Barbusse. La société Smovengo, nouvel exploitant du service dans toutes les villes adhérentes, rencontre cependant des difficultés juridiques et techniques qui retardent son déploiement. Bagneux, comme les autres, doit donc faire preuve d'encore un peu de patience...

? à savoir

LE COÛT RÉEL D'UNE VOITURE
La plupart des automobilistes sous-estiment le coût financier de leur véhicule et de son utilisation. Si l'on cumule le prix d'achat du véhicule, son entretien, les frais de carburant, les péages, le stationnement et l'assurance, une voiture coûte en moyenne entre 4 000 et 6 000 euros par an à son propriétaire, selon une étude de l'Automobile club association. Cela correspond à une dépense de 333 à 500 euros par mois, soit beaucoup plus que le prix mensuel d'un Pass Navigo (75,20 euros maximum) ou d'un abonnement Autolib' (10 euros par mois, auxquels s'ajoutent les coûts des trajets). Des chiffres à méditer si votre situation vous en laisse le choix !

L'inter-modalité à l'étude
Privilégier les transports alternatifs autour des futurs métros

En 2021, Bagneux accueillera le terminus de la ligne 4 du métro et en 2024 une station de la ligne 15 du Grand Paris Express. Pas question pour autant de transformer le futur Pôle-gares en parking géant. Bien au contraire, la Ville travaille avec ses partenaires pour favoriser les connexions avec des moyens de transports alternatifs. C'est ce qu'on appelle l'inter-modalité.

Projetons-nous un instant en 2024. Chaque matin, à l'heure de pointe, environ 9 700 voyageurs fréquenteront le Pôle-gares de Bagneux, à l'emplacement de l'actuel rond-point des Martyrs de Châteaubriant : 3 600 pour prendre leur métro, 3 160 pour sortir du métro et 2 900 pour passer d'un métro à l'autre, majoritairement via le couloir de correspondance souterrain... Ces flux considérables, nécessitent d'être anticipés. Comment ces voyageurs poursuivront-ils leur parcours ? Par quels moyens rejoindront-ils le Pôle-gares ?
La Ville avec ses partenaires, la Société du Grand Paris (SGP) et Île-de-France Mobilités (le nouveau nom du STIF), travaillent depuis plusieurs mois déjà sur ce dossier. Avec un objectif majeur : éviter à tout prix un afflux de voitures dans ce quartier. C'est pourquoi tous les scénarios étudiés excluent la création d'un parking dédié aux usagers des métros. C'est aussi pourquoi la mise en place du stationnement réglementé était devenue indispensable, pour éviter que les rues adjacentes du Pôle-gares et de Bagneux tout entier ne servent à cet usage le jour venu. Seul un dépose-minute permettra aux voyageurs de se faire déposer en voiture personnelle au pied des métros.

Connexions
Partant de ce principe, une étude a été menée pour faciliter l'accès au Pôle-gares par tous les autres moyens de déplacement, y compris la marche à pied, dès l'arrivée de la ligne 4 prévue pour 2021. Cela implique de faciliter les correspondances entre les modes de transport mais aussi d'offrir aux différents types d'usagers (piétons, personnes à mobilité réduites, cyclistes) une bonne qualité de services : panneaux d'information, trottoirs larges, sécurisation des traversées, lieux d'attente ou de stationnement adaptés. Ainsi le nombre de lignes de bus desservant Bagneux passera de 3 à 7 et toutes les lignes marqueront un arrêt au niveau du Pôle-gares. La fréquence des bus sera également accrue.

Voies cyclabes
Pour les vélos individuels, l'étude prévoit la création de 260 points d'attache, dont une partie sera sous abri pour les stationnements de moyenne durée. Chacune des deux stations de métro offrira également un service Véligo : 40 consignes sécurisées, permettant de laisser son vélo pour la journée contre le paiement d'un abonnement. D'ici là, les itinéraires cyclables (qui couvriront à la fin de l'année près de la moitié des voies municipales) auront encore gagné du terrain et permettront de rejoindre le Pôle-gares depuis n'importe quel point de la ville. La faible largeur de nos rues ne permettant pas de créer des voies réservées, il s'agit la plupart du temps de limiter les vitesses de circulation à 20 ou 30 km/h par le biais d'aménagements spécifiques, afin que les vélos puissent évoluer en toute sécurité dans la circulation générale. Les bandes et/ou pistes cyclables, elles, se situent ou se situeront sur les voies départementales plus larges (avenue Foch, avenue de Montrouge, avenue Louis-Pasteur, avenue Paul-Vaillant-Couturier, avenue Marx-Dormoy, avenue Gabriel-Péri, avenue Henri-Barbusse et avenue Aristide-Briand).
Quant aux Vélib' et Autolib' (lire p. 15), ils auront bien évidemment leur station spécifique sur le site du Pôle-gares.

Points de vue


LES POINTS DE VUE DES GROUPES POLITIQUES REPRÉSENTÉS AU CONSEIL MUNICIPAL

Sur ces deux pages, chaque groupe représenté au conseil municipal dispose d'un espace comprenant au maximum 1 500 signes en caractère Times 10. L'utilisation d'un plus grand nombre de signes n'augmente pas cet espace, mais entraîne une réduction de corps du caractère d'imprimerie dans lequel la tribune est publiée (en clair, plus l'article est long, plus il est écrit petit et donc avec moins de lisibilité, ndlr). Le texte de la tribune d'expression doit parvenir à la rédaction de Bagneux-Infos au plus tard le 15 de chaque mois (précédant la publication, ndlr).


"Les tribunes d'expression doivent porter sur des sujets d'intérêt local relevant des compétences des collectivités territoriales ou de leur groupement".

Extrait de l'article 33 du règlement intérieur du conseil municipal, voté à l'unanimité lors du conseil municipal du 24 juin 2008.

Louise Rondepierre
Conseillère municipale


Groupe Front de gauche communiste et citoyen

Les douces mobilités balnéolaises

Oui, les beaux jours qui reviennent donnent envie de se promener ou de rouler à vélo. Mais la transition vers des formes de mobilité douces est un besoin autant qu’un plaisir. Un besoin car la voiture et ses gaz d’échappement provoquent tant de maladies, en plus d’accélérer le dérèglement climatique qui menace notre monde tel que nous le connaissons. Un plaisir car moins de voitures, c’est moins de bruit, d’odeur, et de goudron. C’est pourquoi la Ville de Bagneux promeut des modes de circulation alternatifs sur tout son territoire. L’obtention des deux lignes de métro 4 et 15 est un grand pas vers une mobilité accrue, mais douce. La Ville travaille à ce que l’afflux de circulation engendré par le Pôle-gares se fasse par bus, en en augmentant le nombre et la fréquence, mais aussi à pied ou à vélo, avec des trottoirs larges et des points d’attache adaptés. C’est d’ailleurs en partie pour éviter une déferlante de voitures que la municipalité a décidé de réglementer le stationnement par endroits. L’implantation des Autolib’ déjà réalisée, et des Vélib’ en cours, participent également de cette volonté de se déplacer autrement. Enfin, près de la moitié des routes balnéolaises seront cyclables d’ici la fin de l’année. Ce souci nous accompagne dans chaque projet de voirie, comme le réaménagement de la RD 920, où la chaussée sera réduite au profit de pistes cyclables et d’arbres supplémentaires. Bagneux s’engage ainsi fermement en faveur des mobilités douces pour un environnement sain et paisible. C’est nécessaire, et tellement plus agréable !

Aïcha Moutaoukil
Adjointe au maire


Groupe des élus socialistes

Circuler mieux et de manière plus responsable !

Le numéro précédent de Bagneux infos était consacré à l’environnement. Évoquer la "mobilité douce" touche au même sujet. Toutes les études démontrent les effets nocifs de l’automobile sur l’environnement et la santé. Quand la voiture électrique sera-t-elle d’un prix abordable ? Alors que 70 % des Français ont recours à la voiture tous les jours, décider d’une politique de transports alternative est donc urgente… La réponse principale ce sont, bien sûr, les transports en commun : métro, tram, train. "En même temps", est envisagée une transformation de la SNCF avec le risque d’une privatisation ; "en même temps", est évoquée la suppression de petites lignes dites non rentables ! Défendre la SNCF et ses travailleurs, c’est aussi défendre les usagers et les services publics ! À Bagneux, la prochaine arrivée des lignes 4 et 15 devrait permettre de réduire l’utilisation de l’automobile. Saisissons cette chance ! Les possibilités offertes par Autolib' sont aussi à prendre en compte. L’implantation de six stations Vélib' permettra également d’avoir recours à un mode de déplacement, qui non seulement n’est pas polluant, mais qui est de plus excellent pour la santé… La régulation du stationnement procède également de notre volonté de "désengorger" la ville. Autant d’initiatives qui constituent l’apport d’une ville et de ses citoyens à la lutte contre le réchauffement de la planète !

Jean-Louis Pinard
Conseiller municipal délégué

Groupe europe écologie les verts

Bagneux vers la mobilité douce

La notion de mobilité douce, de mobilité durable ou écomobilité est une notion récente apparue après les crises de l'énergie et du réchauffement climatique dans le sillage des questions de "développement durable". Elle regroupe la conception, la mise en place et la gestion de modes de transports jugés moins nuisibles à l'environnement, sûrs et sobres, en particulier à moindre contribution aux émissions de gaz à effet de serre. L'écomobilité est plus simple à mettre en œuvre et plus souvent pratiquée en milieu urbain. Des moyens techniques et diverses alternatives font déjà leurs preuves. Pour certains cette notion englobe les bus fonctionnant au gaz ou (bio-gaz demain), les tramways... d'autres privilégient l'effort musculaire ou "mobilité active". Celle-ci et les circulations douces qui en découlent, favorisent aussi les corridors de biodiversité, indispensables aux villes de demain. La Ville de Bagneux à travers le COMB, entre autres, accorde une place importante au sport. Cette pratique ne peut qu'influer sur l'écomobilité de nombreux Balnéolais, à travers la marche, le vélo, la patinette, les rollers, le gyropode..., en interaction avec des transports plus en commun, ce que l'on nomme l'intermodalité.
Dans tous les cas les villes se doivent de penser les voies de circulation en ce sens, propices à la fois aux mobilités actives et aux transports en commun, et respectueuses, dans leur mise en œuvre et leur tracé, des parcs et de la Nature en ville. Rappelons-nous qu'en son temps la coulée verte était pour beaucoup une utopie... Soyons réalistes et construisons le possible ! eelv-bagneux.fr

Linda Otmani
Conseillère municipale
Groupe majorité présidentielle

Bagneux escargot… le pauvre

Depuis quelques années, les villes développent les mobilités douces. Dans les Hauts-de-Seine, des villes comme Fontenay-aux-Roses ou Sceaux font figures d’exemples. Bagneux a pris beaucoup de retard dans le développement de ces mobilités douces. La première chose est de mettre en place des mesures incitatives. L’État a mis en place en 2017 une aide à l’achat d’un vélo à assistance électrique d’une valeur de 200 euros ou 20 % du prix d’acquisition, attribuée depuis le 1er février 2018 aux personnes non imposables. Cette aide n’est toutefois attribuée qu’aux personnes qui résident dans une ville ayant instauré une aide similaire. Il est donc nécessaire que Bagneux mette en place une aide pour inciter les Balnéolais à adopter ce nouveau mode de déplacement. Pour le moment, à défaut de pouvoir acheter leur propre vélo électrique, les Balnéolais peuvent utiliser les tout nouveaux Vélib’ puisque la première station a ouvert le long de l’avenue Louis-Pasteur, à côté du collège Henri-Barbusse et elle dispose de vélos électriques. Le développement des mobilités douces passe par une meilleure régulation et réglementation de la circulation et du stationnement pour un partage optimal de la voirie. Nombreuses sont les voitures qui stationnent sur les bandes cyclables ce qui peut être très dangereux pour les cyclistes. Sur les axes comme les avenues Louis-Pasteur, Victor-Hugo, Albert-Petit ou Henri-Ravera, il faut aménager si cela est possible, des bandes et des pistes cyclables et pourquoi pas, l’agrandissement des trottoirs pour permettre une meilleure circulation de tous les usagers : cyclistes, piétons et personnes à mobilité réduite. Vos élus souhaitent la bienvenue aux nouveaux habitants: Saléha Gargari, Justin Koné, Linda Otmani, Saïd Zani. Contact : 06 22 33 11 05, bagneuxmajoritepresidentielle@gmail.com.

Joëlle Chirinian
Conseiller municipal

Groupe de l'opposition du Centre et de la Droite

Bagneux: pistes cyclables et espaces piétons... alibi !

En France, la marche à pied et le vélo sont souvent considérés comme une activité de loisir en premier lieu. Cependant, ils devraient être avant tout des moyens de déplacement quotidien, pour aller au travail, à l'école, faire les courses… La Ville de Bagneux dit mettre en place une politique pour une circulation douce, dont l'idée est d'amener progressivement la population à se déplacer différemment. Mais qu'en est-il réellement ? Les quelques aménagements existants sont peu utilisés car peu utilisables. Les pistes cyclables sont mal entretenues, mal connectées au reste de la voirie ou encombrée de voitures en stationnement. La traversée du Sud au Nord et d'Est en Ouest de la ville est quasiment impossible à vélo sans risquer sa vie. Une piste mal entretenue est une piste inexistante, les cyclistes se rabattent sur la chaussée automobile ou sur le trottoir. Pour leur part les piétons, à plus forte raison les personnes en fauteuil roulant ou avec poussette, évitent les cheminements défoncés, boueux ou encombrés d’obstacles, et se retrouvent sur la chaussée. En dehors des aménagements spécifiques, beaucoup de problèmes de circulation et de sécurité pour les piétons et les vélos dépendent du respect des règlements de circulation routière, dont sont chargés en particulier la Police et Madame le maire. Tant que des règles claires ne seront pas appliquées pour interdire le stationnement des véhicules ou les bacs de collectes de déchets par exemple, sur les trottoirs et pistes cyclables et pour verbaliser systématiquement les excès de vitesse en zone partagée, cela ne servira à rien de vouloir mettre en place une politique pour une circulation douce. Notre groupe demande à Madame le maire d’intégrer systématiquement la place des piétons (poussettes et fauteuils roulants) et des cyclistes dans tous les projets de création et de réfection de voirie, comme le prévoit la loi sur l’air, mais aussi dans les projets d’urbanisme (construction des métros, constructions d’habitation et d’équipements publics,…). Vos élus : Joelle Chirinian, Gérard Morieult, Jean-Luc Rousseau et Patrice Martin (président).

Grand angle

De l'arbre... à l'œuvre d'art

Juché à 15 mètres de hauteur, le sculpteur Fabrice Brunet a transformé en œuvre d'art le vieux cèdre du Liban qui avait rendu l'âme dans le parc Richelieu, côté Maison de la musique et de la danse. Tronçonneuse et maillet en main, celui qui se surnomme "artiste-samouraï" a offert ainsi une seconde jeunesse à ce géant de 150 ans, les 4 et 5 avril, sous l'œil impressionné des visiteurs (lire p. 34). Une silhouette de femme s'expose désormais à son sommet, au-dessus d'autres formes humaines, que le soleil éclaire différemment à chaque heure de la journée. Quant à ses branches odorantes, elles ont permis d'initier les volontaires à la sculpture sur bois, avec l'association Art mature.

Photo : Sébastien Bellanger

Événement actualité

Printemps citoyen
Les habitants ont le pouvoir !

"Êtes-vous des consommateurs ou des participants ?", interpellaient les acteurs de Mai 68 il y a cinquante ans. Ceux qui manifestaient pour mettre "l'imagination au pouvoir", ont réussi à faire bouger les lignes de la société française et à rendre aux citoyens les moyens d'agir sur leur vie dans de nombreux domaines. À sa manière, Bagneux fête cet anniversaire en offrant aux habitants, du 14 mai au 2 juin 2018, de multiples occasions de participer directement à l'évolution de leur ville, une ville pour toutes et tous.

Votez pour vos projets

Pas moins de 28 projets proposés par les habitants et les salariés de Bagneux ont passé le cap des études de faisabilité par les services municipaux. Désormais c'est à vous de voter pour décider lesquels seront réalisés grâce aux 250 000 euros alloués par la Ville dans le cadre de son premier budget participatif. Vidéos, affichettes, rencontres sur le terrain, la campagne battra son plein pendant toute la période du Printemps citoyen. Elle sera marquée le mardi 15 mai à 18h30 par une grande soirée à l'espace Léo-Ferré, pour échanger avec les porteurs de projets, et se terminera samedi 2 juin à 13h place Dampierre par la proclamation officielle des résultats.

Nettoyons la ville ensemble

Vivre dans une ville propre et belle, c'est l'affaire de chacun de nous ! Montrez votre implication dans la préservation de notre cadre de vie commun, en participant à un grand nettoyage citoyen en compagnie des agents municipaux de la Propreté urbaine. Trois équipes partiront de la place Dampierre, le matin du samedi 26 mai à 10h, pour faire la chasse aux détritus dans le parc François-Mitterrand, dans le quartier des Tertres et des Cuverons et dans les rues du centre-ville. Une bonne façon de sensibiliser les enfants, mais aussi les adultes, au civisme sans lequel les efforts de la Ville (et le coût pour les habitants) ne seront jamais suffisants en matière de propreté urbaine...

Un lycée à Bagneux c'est gagné !

Quels contenus pour le futur lycée ?
Grâce à votre mobilisation et celle des élus municipaux, la Région Île-de-France a inscrit dans son plan pluriannuel d'investissement la création d'un lycée d'enseignement général à Bagneux. Ses bâtiments verront le jour sur le site des Mathurins, d'ici 2027 au plus tard, et accueilleront pas moins de 1 200 élèves. Quelles filières seront proposées aux côtés des filières générales ? C'est maintenant à l'Éducation nationale d'en décider. Secteur de la santé et des high-techs pour tisser des liens avec les nombreux laboratoires, instituts de recherche et groupe hospitaliers de la Vallée scientifique de la Bièvre ? Filière Musique et danse, s'appuyant sur l'existence du PPCM et du pôle national des arts du cirque d'Antony ? Venez en débattre mercredi 23 mai (lieu et horaire à préciser).

Un jury citoyen pour l'îlot-gares

Trois projets architecturaux sont en lice pour le futur immeuble de 314 logements qui doit prendre place sur l'emprise actuelle du chantier de la ligne 4. Cet immeuble accueillera aussi un équipement polyvalent, où s'implantera le nouveau CSC Jacques-Prévert, ainsi que des commerces et des acteurs de l'économie sociale et solidaire. C'est un jury citoyen, composé pour un tiers d'habitants de la ville (tirés au sort le mois dernier, voir photo), qui choisira le 5 juin prochain le projet définitif. Ce Printemps citoyen sera l'occasion pour tous les habitants de découvrir ce mode de décision et d'échanger avec les membres du jury citoyen (élus, habitants et promoteurs).

Partageons notre signe de bienveillance

Après des mois de travail et un vote, auquel ont participé courant mars 1 680 habitants, ce signe a été choisi pour symboliser la bienveillance partagée à Bagneux. Voulu par les habitants lors du temps fort de septembre 2016, ce symbole sera distribué à tous ceux qui le souhaitent pendant le Printemps citoyen. En l'arborant, vous manifestez votre volonté de vivre en harmonie dans notre ville, dans un esprit de dialogue et de respect mutuel. Un geste riche de sens, à l'heure où certains prônent l'individualisme et le repli sur soi, identitaire et culturel.

Choisissez le nom de vos stations

C'est une première dans notre région ! À la demande de la Ville, Île-de-France Mobilités (c'est le nouveau nom du STIF) a accepté de permettre aux habitants de choisir eux-mêmes le nom du futur terminus de la ligne 4 du métro, ainsi que de la station qui sera créée à la limite de Montrouge et Bagneux. Lucie Aubrac ? Nina Simone ? Champ des Oiseaux ? Faites votre choix en votant sur iledefrance-mobilites.fr à partir de la mi-mai. En plus de devenir celui de la future station, le nom que vous choisirez sera porté par une rue ou un équipement municipal du quartier.

Liste des projets du Budget participatif dans le supplément de ce journal et sur bagneux92.fr.
Le programme complet du Printemps citoyen vous sera envoyé prochainement.

Décryptage actualité

Bien vieillir à bagneux

Engagés dans des actions de prévention auprès des seniors, la Ville et le Centre communal d'action sociale (CCAS) leur proposeront de nouvelles prestations, à compter du 1er septembre prochain, afin de faciliter leur autonomie et rompre leur isolement.

"Le principal souhait de toute personne est de vivre le plus longtemps possible dans son environnement et c’est aussi l’objectif de notre action", pose d'emblée la directrice du CCAS, Anne Fradin, qui détaille le nouveau dispositif. Outre les services déjà existants de portage de repas à domicile, de soins infirmiers à domicile, de sorties loisirs pour les retraités ou encore l'offre de résidence autonomie du Clos La Paume, deux nouvelles prestations verront le jour à partir du 1er septembre.

"Samba", facilitera vos déplacements
Un rendez-vous médical ? Une sortie culturelle ? Des démarches administratives à effectuer ? Pour faciliter les transports quotidiens des seniors, la municipalité va mettre en place une offre de transport à la demande, baptisé "Samba" (Service d'aide à la mobilité de Bagneux), et réservé aux habitants répondant à certains critères. En pratique, les personnes âgées de plus de 70 ans ou les retraités en situation de perte d'autonomie devront réserver leur trajet, la veille avant midi, auprès de l'espace Senior. Un véhicule climatisé leur permettra alors de se rendre à un concert de la Maison de la musique et de la danse, au marché, à des activités culturelles, au club senior, à une sortie dans un équipement de la ville, etc. Ce véhicule spécialement aménagé comportera une rampe d’accès à l’arrière pour les fauteuils roulants, un marchepied et une barre d’appui pour faciliter la montée à bord. Le chauffeur viendra chercher l’usager en bas de son domicile et pourra le ramener chez lui s'il a réservé son retour. Un trajet sur le territoire de Bagneux et les villes limitrophes coûtera 1 euro tandis qu’un déplacement vers des communes plus excentrées telles qu’Antony (préfecture, hôpital) sera facturé 2 euros. Des demandes individuelles pourront également être prises en compte sous réserve de disponibilité : démarches administratives, rendez-vous médicaux, coiffeur, déjeuner chez un(e) ami(e). Dans tous les cas, il sera nécessaire, pour bénéficier de ce service, de s'inscrire au préalable auprès de l'espace Senior.

Allocation pour l'aide à domicile
Autre bonne nouvelle : les personnes âgées dépendantes peuvent, sous condition de ressources, bénéficier d’une aide financière de la Ville pour continuer à recevoir des services d’aide à domicile (entretien de leur logement, aide aux repas, aide à la toilette, etc.). Cette nouvelle allocation couvrira la différence entre le tarif horaire du prestataire et le tarif de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) versée par le Département, dans la limite de 2 euros de reste à charge par heure et de 20 heures par mois. Là encore, ce dispositif entrera en vigueur à partir du 1er septembre et nécessitera une inscription auprès de l'espace Senior.

• René Zyserman

L'accompagnateur de vie, un service renforcé


Depuis plusieurs années, le CCAS propose les services d'un accompagnateur de vie. Son rôle : vous aider à réaliser (ou réaliser à votre place) toutes sortes de tâches, telles que démarches administratives, courses, accompagnement à des rendez-vous médicaux, petits travaux de bricolage, installation d'un dispositif de télé-alarme, etc. Ce service, dont le but est d’aider les bénéficiaires dans leur vie quotidienne, est facturé 2,50 euros le quart d’heure. Pour mieux faire face à la demande, il verra ses effectifs renforcés à la rentrée prochaine.

Julien Amelin, au bonheur des seniors !

Aujourd’hui, au dojo Olivier-Pierre-Goin, le menu est plutôt digeste. Jugez-en ! Remise en forme, pilates, aérobic, étirements, assouplissements. "Allez, c’est bien, Martine, continue". Pour les seniors, Julien, animateur sportif, incarne "le coach parfait", "le gendre idéal", "toujours à l’écoute", "drôle" et "attentionné". Quand elle dresse son portrait, Jocelyne ne tarit pas d’éloges à son sujet : "il est tellement intelligent et gentil. Pour rien au monde, je ne veux changer. Il nous parle, nous fait rire, s’adapte à nous et nous conseille aussi bien sur l’aspect physique que mental. On est tous du même avis". Aujourd’hui, place à de la gym à l’aide de bâtons pour "travailler l’équilibre, le renforcement du bas et du haut du corps, sans oublier l’avant et l’arrière du buste. On va enchaîner quelques mouvements et ensuite on passera à des exercices au sol". Son secret ? "C’est à eux qu’il faut demander, sourit l’intéressé. Disons qu’ils sont rigoureux et motivés". Que ce soit en salle de gym ou de musculation, Julien, 27 ans, connaît la recette : des exercices sur des appareils de cardio-training, un peu de vélo, quelques foulées sur un tapis de course, du stepper, et un passage obligé sur le vélo elliptique grâce auquel il est possible de suivre un programme d’entraînement pour perdre un peu de poids… Julien distille son art sans compter. "J’ai beaucoup de respect pour les seniors, explique-t-il. Et je les considère comme n’importe quels élèves. Je ne vais pas changer ma manière d’enseigner. Sauf si la personne est un peu sourde, là je vais parler un peu plus fort". Rires dans la salle. "Le sport, c’est bon pour la santé et cela fait un bien fou. On se vide la tête, on oublie le quotidien, et on se recentre sur soi". Formé au Creps de Chatenay-Malabry, Bac ES et Licence Staps en poche, Julien a également obtenu un brevet d’État "métiers de la forme", qui lui permet d’enseigner à n’importe quel public. Mais avec les seniors, c’est un peu spécial. "Ils m’apportent autant que je leur apporte, c’est un vrai échange. Ils sont plus dans le bien-être que la performance, et avec eux, je me sens vraiment utile". Pas de doute, chez les seniors, c’est toujours à fond la forme !

Espace Senior : 17 avenue Albert-Petit, 01 42 31 60 14

Vie de la ville

Infos travaux

En mai, des travaux de rénovation de l’éclairage public vont être réalisés par Vallée Sud - Grand Paris, voie Verte et rue de la Sarrazine, ainsi que rue des Bas-Coquarts à partir du 17 mai et pendant six semaines. Ces travaux entraîneront la suppression de quelques places de stationnement, ainsi que des déviations piétons.

Marché Léo-Ferré : les travaux commencent !

Les travaux de la halle vont débuter en juin. Les commerçants qui s’y trouvaient vont s’installer sur la place juste devant, où un chapiteau provisoire a été monté pour les protéger des intempéries. Leur déménagement s’effectuera sur deux jours, les 17 et 20 mai, ce qui perturbera un peu les habitudes des usagers, le temps de retrouver leur boucher ou fromager préféré, mais tous seront conservés et poursuivront leur activité pendant la durée des travaux. De même pour les commerçants qui se trouvaient auparavant sur la place et qui ont été déplacés rues Charles-Michels et Léo-Ferré. Les travaux de la halle s’achèveront à l’été 2019, les commerçants sédentaires pourront alors s’y réinstaller pour que débute le réaménagement de la place.

Périscolaire : du nouveau pour la rentrée !

Ce mois-ci, vous trouverez avec votre Bagneux infos, la nouvelle plaquette des activités périscolaires pour l’année 2018-2019. Le retour à la semaine de quatre jours à la rentrée prochaine implique certains changements. La restauration scolaire ne fonctionnera plus que quatre jours par semaine : les lundis, mardis, jeudis et vendredis. En ce qui concerne les études surveillées, elles auront lieu ces mêmes jours avec un goûter proposé aux élémentaires comme aux maternelles. Pour l’accueil de loisirs du mercredi, les enfants pourront être inscrits soit à la journée de 7h30 à 18h30, avec un repas le midi, soit à la demi-journée : le matin de 7h30 à 13h30 (avec repas) ou de 13h30 à 18h30 (sans repas). La municipalité élabore actuellement une offre renouvelée d’activités dans le cadre des accueils du mercredi et des vacances scolaires afin de permettre aux enfants de continuer à bénéficier d’activités sportives et culturelles menées par des intervenants spécialisés tout au long de l’année.

Quand la culture accompagne les chantiers

Pour accompagner les travaux de construction de son futur réseau, la Société du Grand Paris Express a mandaté le 104-Paris, un établissement artistique et culturel, pour organiser des manifestations culturelles autour des chantiers de plusieurs gares. À Bagneux, c’est le collectif Si Architectes qui a remporté l’appel d’offres, avec le difficile objectif de faire entrer la culture sur les chantiers. Durant ce mois de mai, le collectif, qui travaillera avec Mauricio Sarfatis, percussionniste, chanteur et guitariste brésilien, s’installera aux abords du futur terminus de la ligne 4 et de l’interconnexion avec la ligne 15. "Nous allons transformer des matériaux récupérés sur le chantier pour fabriquer, avec les habitants, des percussions et des instruments à vents, nous allons aussi enregistrer des sons du chantier, et tout ça, va construire au fur et à mesure, une sorte de sculpture musicale qui va voyager dans la ville et qui sera jouée par les participants et l’artiste brésilien à Copaca’Bagneux", explique Florian Bosc-Malavergne, membre du collectif Si Architectes avec Damien Boboc. Un vaste programme auquel tous les Balnéolais adultes, ados et enfants sont invités à participer.
Retrouvez les dates et lieux des ateliers sur bagneux92.fr

Infos quartiers

À l’occasion du conseil de quartier centre-ville du 7 avril, les discussions ont tout d’abord porté sur le marché village : les habitants se sont montrés satisfaits de son dynamisme retrouvé et de l’offre proposée, certains demandant même à ce qu’elle soit étoffée par des commerces de vêtements et de bazar. Il a ensuite été fait un rappel de ce qu’était le comité de coordination, une instance rassemblant deux représentants de chaque quartier, disposant d’un budget pour réaliser des projets à l’échelle de la ville. Le conseil de quartier centre-ville a décidé de proposer au comité de coordination l’organisation d’une chasse aux œufs pour Pâques 2019. Le conseil s’est terminé par un point sur les solutions qui pouvaient être apportées aux problèmes identifiés lors d’une marche dans le quartier le 17 mars avec des représentants des services municipaux.
Lors du conseil de quartier La Rapie du 11 avril, un point a été réalisé sur les travaux du marché Léo-Ferré, les différentes phases et la poursuite de son activité pendant toute la durée des travaux. Les discussions ont débouché sur le stationnement et la mise en place du stationnement payant : si certains habitants ont remarqué l’effet bénéfique du dispositif, désengorgeant certaines zones, d’autres se sont plaints d’avoir été verbalisés. Enfin, le conseil de quartier a émis le souhait d’organiser, en juin, un atelier commun avec le conseil de quartier des Bas Longchamps et l’association Les Plastikeuses pour fabriquer des boîtes à livres, dont une serait installée en septembre près du collège Henri-Barbusse.
Dans le quartier Sud, le conseil de quartier du 12 avril s’est déroulé sous forme d’ateliers : l’un portait sur l’organisation d’une marche dans le quartier fin mai-début juin avec des représentants d’IDF Habitat, Vallée Sud - Grand Paris et des services municipaux pour relever tout ce qui ne va pas dans le quartier, aussi bien au niveau des logements, que de la propreté des rues ou de la sécurité ; l’autre était consacré à l’organisation de festivités pour rapprocher anciens et nouveaux habitants du quartier.

Foire aux livres

L'initiative avait remporté un franc succès l'an dernier. L'association d'animation du quartier de la Rapie la renouvelle donc cette année. Samedi 2 juin, vous pourrez vendre ou échanger vos livres, mais aussi vos vinyles, CD ou DVD, au chalet des découvertes situé 37 rue des Blains. L'association promet également des surprises et une animation pour les enfants. Les places étant limitées, il est nécessaire de réserver son stand dès aujourd'hui.
Foire au livre : samedi 2 juin, 14h-18h, Chalet des découvertes
Réservations : asso.rapie@orange.fr

Inscriptions à la Foire à tout

Attention, cette année, la brocante s’installe sur l’ancien site de la DGA, rue des Mathurins, samedi 23 juin. Si vous souhaitez disposer d’un stand, vous pouvez vous inscrire jusqu’au 20 juin auprès du CASC à l’Hôtel de ville (57 avenue Henri-Ravera) les lundis, mercredis, jeudis et vendredis de 8h30 à 12h et de 13h30 à 16h et le mardi de 13h30 à 16h. Une nocturne est proposée les jeudis 17, 24 et 31 mai de 16h30 à 19h15. L’inscription se monte à 17 euros pour un emplacement de 4 m² et à 27 euros pour 8 m². Pour vous inscrire, vous devez vous munir des photocopies d’une pièce d’identité recto-verso et de la carte grise de votre véhicule pour pouvoir accéder au site.

Un guichet VSGP pour les demandeurs d'emploi

Depuis janvier, Vallée Sud - Grand Paris (VSGP) met à la disposition de tous les habitants du territoire un guichet unique destiné aux demandeurs d'emploi, quel que soit leur âge. Vous pouvez y trouver de l'aide pour votre recherche d'emploi, de formation ou pour réaliser un projet professionnel. Deux antennes sont présentes sur le territoire, dont l'une est située à Bagneux dans les anciens locaux de la Mission locale fermée par VSGP.
Emploi Vallée Sud : 1-3 allée de Garlande, 01 46 56 78 79, gip-emploi@valleesud.fr
Horaires : du lundi au jeudi, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h ; le vendredi de 9h à 12h30

La seconde vie de la friche de la Lisette

Le printemps s’installe dans la ville et la faune et la flore reprennent leurs droits dans la friche de la Lisette. Après la fin des travaux de construction de la centrale et du réseau de géothermie, des paysagistes balnéolais Florence Robert et Frédéric Bœuf ont été missionnés par Dalkia pour "renaturer" la friche écologique, à l’automne 2016. "Nous avons aidé la nature mais sans trop intervenir pour lui laisser la possibilité de se reconstruire toute seule, et conserver l’esprit de friche sauvage", explique Florence. "Nous avons réalisé des plantations sur les parties qui avaient été occupées par le chantier, poursuit Frédéric, des arbres fruitiers pour rappeler le verger qu’il y avait ici dans le temps, notamment des pommiers et des poiriers le long du nouveau chemin, qui a été un peu déplacé pour conserver le boisement existant. Nous avons aussi planté des chênes, des hêtres et des aubépines, des arbres qui nécessitent peu d’entretien, mais nous ne sommes pas intervenus pour la saulaie qui s’est constituée toute seule et nous n’avons pas non plus apporté de terre de l’extérieur". Pour réaliser ce travail, les deux paysagistes ont collaboré avec le service municipal des espaces verts ainsi que les associations Bagneux Environnement et Habiter la Porte d’en bas, un quartier, la ville, qui connaissent bien les lieux. "Après un an de suivi, nous pouvons dire qu’il n’y a eu aucune perte, toutes les plantations ont bien pris et s’épanouissent", assure Florence.
Cette friche écologique est peu entretenue par la main de l’homme (une fauche par an) afin de permettre à la biodiversité se développer : c’est pourquoi il faut veiller à la respecter ! Avec les beaux jours qui arrivent, les Balnéolais pourront profiter de ce bel espace pour observer la faune qui y vit et, pourquoi pas, venir s’y reposer.

À vos fleurs !

En fleurissant leur balcon, leur jardin, leur façade, les habitants contribuent à l'embellissement de Bagneux et à la préservation de la nature en ville. Pour les encourager et les remercier de leurs efforts, la Ville organise chaque année, en partenariat avec le Syndicat d'initiatives, son concours des Maisons et balcons fleuris. Pour y participer vous devez vous inscrire jusqu'au 11 juin, au moyen du bulletin que vous trouverez à la fin de ce magazine, mais aussi à l'Hôtel de ville, à la Mairie annexe, au Syndicat d'initiatives, dans les différentes structures municipales ou chez certains commerçants. Le jury passera fin juin et portera une attention particulière à la diversité des espèces, à la richesse des formes et des couleurs ou encore à l'éco-jardinage. De nombreux prix récompenseront les gagnants dans quatre catégories : Maisons avec jardin, Balcons ou terrasses, Fenêtres ou murs, Amicales ou copropriétés. D'autre part, comme chaque année, la Ville distribuera gratuitement les bulbes de ses massifs qui seront enlevés début mai. Les habitants pourront venir les chercher en libre-service, sur le parking du gymnase Romain-Rolland.

Les nouveaux habitants découvrent Bagneux

Une trentaine de nouveaux habitants ont répondu présents, samedi 7 avril, à l'invitation de la municipalité. Après une visite en car – commentée par le maire et les élus – des différents quartiers de la ville, des chantiers réalisés ou en cours (quartier Sud, quartier des métros...) et des équipements municipaux, ils se sont retrouvés autour d'un verre à la Maison des arts. L'occasion de les interroger sur leur perception de leur nouvelle commune. "J'ai beaucoup aimé cette visite, s'enthousiasme Gnalen, qui a emménagé il y a six mois Villa des Iris. J'ai pu me rendre compte que Bagneux est une ville qui a de nombreux projets, ce qui donne envie d'y rester". Avec leur bébé, Aurore et Romain s'apprêtent à occuper le 3 pièces qu'ils viennent d'acheter dans le nouvel immeuble Dampierre, rue Ledru-Rollin. Séduits par un prix parmi les plus bas du marché autour de Paris, ils avouent que cette visite leur a donné une autre image de la ville. "Nous avons apprécié la transparence des élus, la politique sociale qui est menée à Bagneux et aussi la richesse de ses espaces verts". Sarra est également arrivée à Bagneux en septembre dernier, pour devenir propriétaire rue Jean-Marin-Naudin. "J'aime beaucoup cette ville, dont j'apprécie le dynamisme culturel et sportif, avec sa piscine rénovée, sa médiathèque qui propose plein d'activités. Certes, elle manque un peu de commerces de proximité, mais entre Auchan et Cora, je fais mes courses très facilement dans mon nouveau quartier". Arrivés en décembre à côté du théâtre Victor-Hugo, Ahmed et Michel emménageront d'ici deux ans dans le programme neuf "les balcons de Cédrie", rue Étienne-Dolet."Grâce à cette visite, nous avons découvert d'autres quartiers de Bagneux et aussi la richesse de sa vie associative. Cela donne envie d'y participer et de s'inscrire à des ateliers de peinture. Et ce marché de village, à 3 km de Paris, c'est vraiment génial !"

L’aménagement des espaces publics autour du théâtre se précise

Anciens et nouveaux habitants, mais aussi salariés d’entreprises de la ville, ont été nombreux à participer le 26 mars à la concertation sur les aménagements des espaces publics du secteur du théâtre Victor-Hugo, élaborée suite à différents ateliers. Véritable lieu de vie, de partage et de respiration avec arbres, végétaux et mobilier urbain, le parvis situé devant le théâtre Victor-Hugo et la crèche Graine de lune, accueillera des activités hors les murs du théâtre Victor-Hugo ou d’autres structures culturelles de la ville, des animations proposées par des associations ou encore un foodtruck. Sur le sol du parvis, il a été décidé, lors de la concertation, de permettre à un artiste d’y réaliser un labyrinthe avec des dalles de granit, sur lequel les enfants pourront jouer et qui offrira une belle perspective depuis les étages des résidences. L’accès au parvis et au théâtre sera réservé aux piétons, puisque le parking de la résidence Efidis sur l’avenue Victor-Hugo sera aménagé à l’arrière et en contrebas du parvis, et séparé par une haie végétale. Concernant les jardins partagés, qui seront réalisés dans le jardin public juste à côté du théâtre, une association est en cours de constitution : elle a d’ores et déjà prévu une animation en juin pour fêter sa création. Quant à la crèche Graine de lune, dotée de 90 berceaux, elle ouvrira ses portes à la rentrée 2018.
Maison des projets, 28 avenue Henri-Barbusse, 01 41 98 41 80
maisondesprojets@mairie-bagneux.fr

Une ZAC Pierre plate en cours de création

Afin de permettre la mise en œuvre du projet de renouvellement urbain et social (PRUS) du quartier de la Pierre plate, une zone d’aménagement concertée (ZAC) de la Pierre plate va être créée pour réaliser les futurs aménagements et équipements du quartier. Le bilan des différents ateliers de concertation avec les habitants, mis en place dans le cadre du PRUS depuis fin 2017, alimenteront le dossier de création de la ZAC. Un nouvel atelier de concertation sera d’ailleurs organisé jeudi 24 mai à 19h au centre social et culturel Jacques-Prévert (lieu et horaire à confirmer) sur la forme urbaine, le stationnement et des circulations.

Basket solidaire

Pour la huitième année, l'association balnéolaise Soli'ciproque propose son événement Étoiles du cœur, autour du basket, au gymnase Romain-Rolland. Au programme de la journée : un tournoi de douze équipes franciliennes en catégorie U11, des ateliers festifs, des animations et des shows artistiques. L'entrée est gratuite. Les visiteurs peuvent apporter des tenues de sport (chaussures, maillots) ou des équipements que l'association distribuera à de jeunes joueurs en Afrique.
Étoiles du cœur : samedi 26 mai, de 8h à 18h, au gymnase Romain-Rolland

Rencontre avec les habitants de l’Abbé-Grégoire

Une réunion publique était organisée jeudi 5 avril sur le projet de renouvellement urbain Abbé-Grégoire, Montesquieu, Mirabeau, à l’initiative de la Ville, en présence du directeur général du bailleur Hauts-de-Seine Habitat, Damien Vanoverschelde. L’occasion pour les habitants d’exprimer leur colère quant à leurs difficultés quotidiennes et au peu de moyens engagés par le bailleur. Marie-Hélène Amiable, maire de Bagneux, accompagnée de Mouloud Haddad adjoint à la Citoyenneté et élu de quartier ainsi que de Nadia Seisen, adjointe à l'Habitat, a rappelé les exigences de la Ville pour que Hauts-de-Seine Habitat procède à une amélioration rapide et concrète des conditions de vie des locataires et engage au plus vite la réhabilitation de Mirabeau. Une étude urbaine est en cours, elle devra rendre ses premières conclusions prochainement. À ce jour, aucun scénario n’est décidé. Des ateliers de réflexion et de concertation sont organisés pour que les habitants soient associés à la démarche et puissent participer pleinement à l’élaboration du projet urbain du quartier. Il est d’ores et déjà possible de s’inscrire à ces ateliers, ou de demander à recevoir la lettre d’information de la Ville à propos du quartier, sur : citoyenneté@mairie-bagneux.fr ou par téléphone au 01 42 31 60 44.

Des collégiens sur les chantiers

Les élèves des classes de 3ème du collège Henri-Barbusse ont visité le chantier de la Société du Grand Paris (SGP) le 10 avril. Juchés sur la terrasse de la base-vie, ils ont bénéficié d'une vue panoramique sur l'avancée des travaux. Cette excursion, organisée à l'initiative de l'équipe enseignante, s'inscrit dans une démarche plus globale sur le quartier Nord et les chantiers des métros. En effet, les collégiens doivent aborder les thèmes du développement et de la gouvernance des villes lors de leurs cours de géographie. Quel meilleur exemple que Bagneux et ses aménagements ! Les professeurs ont donc sollicité les services de la mairie afin d'organiser un cycle de rencontres. Ainsi, après une rétrospective imagée de l'histoire de Bagneux, ils ont été accueillis à la Maison des projets par Yasmine Boudjenah, première adjointe au maire. S'en est suivie une visite du quartier où ont été abordés des sujets tels que les nouvelles mobilités, la mixité sociale, le développement économique ou les exigences environnementales. Prochaine étape : une visite du chantier RATP après les vacances de printemps. Les plus chanceux pourront explorer les souterrains.

Précisions sur l'abonnement résidentiel

À ce jour, vous êtes plus de 1 500 à avoir souscrit un abonnement de stationnement sur la ville. Nous vous rappelons que ces abonnements vous donnent droit un stationnement illimité sur l'ensemble de la zone verte pendant la durée de votre abonnement. La zone rouge, en revanche, matérialisée par une pastille rouge sur les horodateurs, est destinée à encourager la rotation des véhicules à proximité des commerces. Les abonnés qui se garent à ces emplacements doivent donc payer leur place, comme les autres usagers, en fonction de la durée du stationnement de leur véhicule. Rappelons que ce règlement peut être réalisé par smartphone avec l'application PayByPhone, qui permet d'écourter ou de le prolonger à distance la durée du stationnement pour payer au plus juste.

Coup de pouce pour rouler propre

Depuis octobre 2016, la Métropole du Grand Paris a mis en place "Métropole roule propre !", une aide de 5 000 euros pour l’achat d’une voiture électrique, hybride rechargeable ou à hydrogène, neuve ou d'occasion, en remplacement d'un véhicule ancien et polluant. Cette aide, limitée aux 1 000 premiers dossiers complets, est cumulable avec la prime de l’État.

Le secteur du sport recrute

Emploi Vallée Sud et le Comité départemental de volley lancent une session de recrutement pour un chantier d'insertion de quinze postes permettant d’obtenir un Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, mention "activités sports collectifs". Il s'agit de recrutements en CDD d’insertion d’un an, à raison de 30 heures par semaine, démarrant en septembre 2018. Les missions consistent à animer des activités sportives collectives : métier d’éducateur en club, dans une école de sport ou une collectivité locale. Quelques prérequis pour les candidats : exercer une activité sportive et avoir un projet professionnel dans le domaine de l’animation sportive.
Réunion d’information suivie d’entretiens individuels : jeudi 17 mai à 14h, à l'antenne Emploi Vallée Sud d’Antony, 42 avenue Aristide-Briand à Antony.
Inscription obligatoire : 01 71 10 71 43, emploi@valleesud.fr, avec transmission d’un CV.

Une balade pour fêter la Nature

Dans le cadre de la Fête de la Nature (événement national), l'association balnéolaise "Habiter la porte d'en Bas, un quartier la ville", propose une balade gratuite
dimanche 27 mai sur le thème "Rus, mares, rivières, entre vallée et bois urbains". Il s'agira d'une sensibilisation à l'importance des milieux humides dans nos territoires urbains et péri-urbains, en compagnie d'une naturaliste sur une partie du parcours. Le départ aura lieu à 10h15 de la gare des Baconnets (RER B) à Antony (avec un départ groupé possible de la gare de Bagneux à 9h45), pour un retour vers 17h30. Prévoir un pique-nique, des chaussures de marche, un appareil photo ou votre smartphone.
Infos : fetedelanature.com, portedenbas.org
Inscriptions : 06 82 41 32 42, 06 82 41 32 48, habiterlaportedenbas@orange.fr

Le marché Village est sur Facebook

Les nouveaux commerces ne cessent d'affluer au marché Village, comme la vendeuse de fruits et légumes bio, Jessy, en place depuis le 7 avril. Pour vous tenir informé de l'actualité de votre marché du samedi matin, n'hésitez pas à vous abonner à sa page Facebook : "Marché De Bagneux Village".

L’émotion au bout de la voix

Chaque lundi après-midi, les treize élèves de la classe de CP de Nadia Koual à l’école Paul-Vaillant-Couturier redécouvrent leur salle de classe, relookée en studio d’enregistrement ou de photo. "Comme c’est beau !", sourient les enfants. C'est ainsi que la magie opère. Dans un petit carré noir, situé au centre de la pièce, on enregistre un son, on s’interviewe, on se prend en photo… Autour, on écoute des sons sur des tablettes numériques et "on s’amuse beaucoup", ajoute la petite Amy. Si j’étais une chanson ? Un objet ? Un bruit ? Une odeur ? Un lieu ? Les enfants répondent, un à un, aux questions posées sous forme de portrait chinois par Barbara Bouley, metteure en scène et dramaturge de la compagnie Un Excursus. Un jeu d’enfant, où s’entremêlent rires, voix, cris et autres chuchotements. Quelques heures plus tard, à la sortie de l’école, les parents sont invités à découvrir à leur tour les joies d’une interrogation orale, sur des sujets propres à leur enfance. "C’est un beau projet, quelque chose que l’on va garder à vie", s'enthousiasme Khoudiedj, la mère d’Amy. "Nous avons travaillé, avec plusieurs générations sous forme d’ateliers qu’on a appelés le son des émotions", explique Barbara Bouley. Élaboré en partenariat avec la Ville et la Caisse d'allocations familiales des Hauts-de-Seine, ce projet autour de la parentalité, auquel ont largement contribués les photographes du photo-club amateur Zoom92130, Catherine Fourty, comédienne, et Nadège Milcic, réalisatrice sonore, a pour objectif de réaliser un arbre généalogique sonore. "L’idée est aussi de développer les compétences verbales de l’enfant par l’écoute, de favoriser son autonomie, de questionner son identité et de tisser un lien durable entre enfants, parents et enseignants". De l’expérience personnelle à l’expérience partagée, il n’y a qu’un pas. Et "la petite histoire rejoint parfois la grande Histoire", conclut Barbara Bouley, se réjouissant surtout des émotions et des rencontres suscitées par cet atelier innovant dont la restitution, véritable création artistique, aura lieu en juin, dans la salle de classe.

En attendant la coupe du monde

La coupe du monde de football se déroulera du 14 juin au 15 juillet en Russie. À l’image de ce qui avait été organisé dans la ville pour l’Euro 2016, les services municipaux de la Jeunesse et des Sports, le Club olympique multisport de Bagneux (COMB), l’Office balnéolais du sport (OBS) et plusieurs autres associations vont organiser des animations dans deux quartiers de la ville : le samedi 19 mai aux Pervenches de 13h à 17h et le samedi 2 juin au parc Nelson-Mandela, de 15h à 19h. Les jeunes pourront s’affronter sur des parcours chronométrés, des coups francs ou encore un baby-foot géant.

Projet urbain

La RD 920 en projet

C'est après de nombreuses démarches auprès du Département et avec satisfaction que le maire de Bagneux a introduit la réunion de concertation publique, organisée jeudi 12 avril à l’espace Léo-Ferré, par les Départements des Hauts-de-Seine et du Val de-Marne pour présenter le projet de réaménagement de la RD 920 (avenue Arsitide-Briand) et permettre aux habitants de donner leur avis. Le projet prévoit notamment une réduction des voies de circulation, des couloirs de bus plus marqués, des voies cyclables sur les trottoirs qui vont être élargis, des carrefours réaménagés pour les sécuriser ou encore un terre-plein central végétalisé. Le projet est exposé à la Maison des projets, où les habitants peuvent inscrire remarques et avis sur le registre jusqu’au 11 mai, date de fin de la concertation publique. Les travaux doivent débuter en 2021, mais les habitants présents ont demandé que certains aménagements soient réalisés dès maintenant pour sécuriser certains endroits dangereux.
Maison des projets : 28 avenue Henri-Barbusse, 01 41 98 41 80, maisondesprojets@mairie-bagneux.fr

Métro ligne 4

Une première mondiale
Une prouesse technique a été réalisée sur la voute haute Nord de la future station Verdun Sud*. D’une largeur de 15 mètres, le coffrage en béton ondulé constituant le revêtement définitif de la station a été exécuté d’un seul tenant. Il s’agit de la plus grande surface de coffrage créée à l’aide de cette technique.
prolongement-m4.fr
*Nom provisoire de la station

Ligne 15 sud

Les agents de proximité à votre écoute
La ligne 15 Sud compte actuellement neuf agents de proximité. Quotidiennement au contact des riverains, des commerçants et des entreprises de travaux, ils assurent la remontée d’information vers la Société du Grand Paris, afin d’apporter des réponses aux questions posées.
Laëtitia Haddad, agent de proximité sur le secteur de Bagneux, est à votre écoute par téléphone au 06 68 85 05 81. Elle assure également une permanence au sein de la Maison des projets, située 28 avenue Henri-Barbusse. Ce lieu vous permet de suivre l’évolution des projets du quartier : la rénovation de la Pierre plate, l’ÉcoQuartier Victor-Hugo, le prolongement de la ligne 4 du métro mais également l’arrivée de la ligne 15 Sud.
Horaires des permanences : mardi de 16h30 à 19h30, jeudi de 14h30 à 17h30 et vendredi de 14h à 17h.

Sortir à Bagneux

Théâtre Victor-Hugo
L’humour cinglant, façon Gaspard Proust

Après son dernier one-man-show vitriolé, Gaspard Proust, revient dans un nouveau spectacle, aussi drôle que sombre, sans tabou ni complexe. Un vrai jeu de massacre qui dégomme les travers de notre société.

"On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui", aimait à répéter Pierre Desproges. Une philosophie de vie à laquelle souscrit pleinement Gaspard Proust, ce "serial moqueur", dont l’allure de jeune premier brouille encore plus qu'auparavant, les pistes et les frontières de l’humour. À l’occasion de son "Nouveau spectacle", l’humoriste s’amuse en effet beaucoup – méchamment même –, étonne, cartonne et détonne sur scène… L’acteur et comédien suisse est né en Slovénie d’un père autrichien, d’une mère slovène, et a vécu douze ans en Algérie. Il a même été banquier en Suisse… Déroutant, tout comme son spectacle aussi corrosif que l’homme est secret et discret dans la vie. Difficile de l'approcher en effet, de percer le mystère de l’artiste, verrouillé à double tour par son attaché de presse. "Merci de votre intérêt pour Gaspard qui ne donne aucune interview depuis presque deux ans". "Moi je n'ai jamais demandé aux gens de venir", lâche même sans rire l’intéressé. Du coup, Gaspard et Proust cohabitent. À l’ombre de ce maître de l’humour noir et de l’insolence, existe aussi un passionné de musique classique, qui ne sort de son nid romantique que pour sonner les cloches et autres doubles croches à qui veut bien l’entendre. Religion, handicap, politique, homosexualité, aucun sujet n’est tabou. Tel un dynamiteur, planté sur scène comme un "i", il dégaine tous azimuts, appuie là où ça fait mal, précisément sur les (petits) travers de la société ou les (grands) drames de l’humanité, se moquant éperdument du qu’en-dira-t-on : "elle est pas belle, la vie ?".

Hiroshima avec le sourire d’un Castor Junior
Morceaux choisis. De Marine Le Pen qui "parle avec la voix d'une charcutière touillant de la chair à saucisse" à Karim Benzema, le joueur de football du Real Madrid, "quand tu le vois, tu as toujours l'impression qu'il est en train de planifier l'enlèvement de ta grand-mère"… tout le monde en prend pour son grade. En passant par un certain Emmanuel Macron, "qui a tout défoncé, c’est Hiroshima avec le sourire d’un Castor Junior", ou les "anciens", François Hollande, Nicolas Sarkozy, Anne Hidalgo, la "Pol Pot en Vélib’", dont le comédien se gausse allègrement. Avec Proust, pas de doute, le temps du rire est définitivement… retrouvé !

• René Zyserman

Nouveau spectacle
Mercredi 30 mai, à 20h30
Théâtre Victor-Hugo : 01 46 63 96 66

Dans tous les quartiers
Bagneux fête les voisins

Réunir les habitants d'un quartier autour d'un apéro tout en convivialité, apprendre à connaître les gens avec lesquels on partage une rue ou un palier, lutter contre la solitude et l'exclusion, deux fléaux de la vie urbaine. Tels sont les objectifs de la Fête des voisins prévue pour le 25 mai dans toute la France. Depuis 1999, les Balnéolais s'associent avec enthousiasme à cette initiative. Dès l'origine, la manifestation entendait renforcer le sentiment d'appartenance à un quartier. Un pas vers une citoyenneté active, dans l'esprit du Printemps citoyen (lire p. 22). Les services de la mairie "assurent un rôle de soutien logistique", explique Rudy Sonino, responsable des Relations publiques : 200 t-shirts, 2 000 ballons, 2 000 gobelets et 22 nappes de dimensions différentes ont été commandés grâce à une dotation de 1 800 euros. "Un courrier est envoyé un mois avant l'événement aux 43 amicales de locataires et aux 48 associations de propriétaires pour les informer de l'arrivée des matériels", précise-t-il. En remplissant et en retournant le coupon-réponse, ces dernières précisent le nombre de participants, la somme de matériel nécessaire et la date souhaitée pour leur récupération. Un arrêté municipal de fermeture temporaire d'une rue peut également être demandé. Le jour J, chaque participant se présente muni d'un bon petit plat à partager. Enfin, comme on aime prendre du bon temps à Bagneux, la Fête des voisins se poursuit durant tout l'été dans les différents quartiers.

Histoire & patrimoine

Mai 1968 : Bagneux manifeste

Grève illimitée et occupation d’usine : à Bagneux également, mai 68 est mouvementé. Les événements sont largement relatés dans la presse locale. Dans l’Aube nouvelle du 11 mai 1968, on annonce un débrayage chez Schlumberger et une grève totale aux P et T. Le 13 mai, les agents communaux, les ouvriers, techniciens et ingénieurs de "la Thomson", du C.N.E.T., de Schlumberger, les facteurs et employés des Postes, les "métallos" de chez Huré, les "éboueurs" de la Sita se rassemblent place Dampierre avant de rejoindre la grande manifestation parisienne. Le 23 mai, ce sont 2 000 manifestants qui défilent à Bagneux, lit-on dans l'hebdomadaire. La grève s’étend à d’autres entreprises balnéolaises : Tolana, ACB, la fonderie FAS, celle du Pont des Suisses, CATU, les transports Guillaume, et les principaux chantiers du bâtiment. Le mouvement est également très suivi dans les entreprises de reliure et brochage : Dhuiège, Ginoux, Bayvet, Mécanic-Brochage… Pour minimiser les conséquences sur les Balnéolais, les employés communaux grévistes assurent les services publics essentiels. Les habitants sont solidaires : ceux de la cité des Sablons, face à Thomson, apportent du bouillon chaud aux piquets de grève et de sécurité de nuit. Un comité de soutien collecte des fonds parmi la population. Les majorettes donnent un spectacle gratuit pour les travailleurs en grève, un spectacle de danses folkloriques est organisé… Le conseil municipal vote un soutien financier de 5 000 francs en faveur des "travailleurs en lutte". Les grévistes demandent des augmentations de salaire, une réduction du temps de travail, l’abrogation des ordonnances de 1967 contre la Sécurité sociale. Le travail reprendra progressivement au gré des négociations et de la satisfaction des revendications. Chez Schlumberger il faudra attendre la mi-juin pour que la grève cesse, après des augmentations de salaire de 7 % en moyenne, une réduction du temps de travail de 2h30, ainsi que l'obtention d'un salaire minimum et la suppression de l'abattement d'âge.

Valérie MAILLET – valerie.maillet@mairie-bagneux.fr - 01 42 31 62 18

Coup de cœur

La résurrection d'un cèdre

"Je trouve que cette idée de sculpter un arbre est une formidable initiative ! C’est comme redonner une seconde vie à ce magnifique cèdre du Liban qui était implanté dans le parc Richelieu depuis de très nombreuses années (plus de 150 ans, ndlr).
L’idée est originale, belle. Cela permet surtout de conserver le souvenir de cet arbre, car il est un symbole vivant pour les habitants. Cela aurait fait de la peine de le voir disparaître.
En plus, c’est vraiment une oeuvre d’art, c’est un beau projet. Quand je vois le temps que le sculpteur, à l’aide de sa tronçonneuse, a pris pour réaliser ce travail, je suis vraiment impressionnée. C’est un vrai spectacle qui se dessine sous nos yeux. Il faut être très patient et précis à la fois. En plus, cet arbre était assez abîmé et pouvait même devenir dangereux pour les passants. En tout cas, cette transformation a du sens !"
Denise, retraitée

La page des enfants

Comment naissent les projets du conseil des enfants ?

Les enfants, aussi, ont leur mot à dire en réalisant des projets pour leur ville. C'est le rôle des 19 représentants du conseil des enfants de Bagneux qui se réunit une fois par mois dans les locaux de l'ancienne mairie. Comment la séance se déroule-t-elle ? De quoi discutent-ils pendant deux heures ?

Qui sont les membres ?
10 garçons et 9 filles, âgés de 9 à 12 ans, élus à la rentrée 2017 par le vote de tous les élèves de CM1 et de CM2 des écoles de Bagneux.

D'abord tous réunis
Mercredi 11 avril à 14h, les membres du conseil des enfants arrivent un à un et s'installent en cercle. Avant de travailler sur leurs projets, la coordinatrice de cette instance, Anne Berthelot, propose de participer aux cérémonies de commémoration de l'abolition de l'esclavage du 10 mai. On discute, on échange, on argumente, on s'écoute. Chacun est libre de se porter volontaire ou non.

Trois commissions pour un projet
Les enfants se séparent en trois groupes de travail, ou commissions, supervisés par un animateur référent. Les thèmes, l'organisation… Tout est décidé et réalisé par les enfants. En ce moment, le conseil planche sur plusieurs manières d'intéresser les habitants aux questions de la solidarité, des différentes cultures, de la santé et du développement durable.
Le 16 mai, les conseillers défendront leurs projets devant Bernadette David, adjointe au maire chargée de l'Enfance. Ils devront la convaincre d'en valider trois afin qu'ils se concrétisent avant la fin de leur mandat, en juillet 2019.

Évènements du mois Haut de page

CONCERTS

OMAR SOSA
Quarteto Afrocubano Ilé
Mardi 15 mai à 20h30
Théâtre Victor-Hugo

MIDI CONCERT
Duo trompette (Mauricio Ahumada) et piano (Paolo Navarro). Avec des œuvres de Georges Enesco, Henry Purcell, Frédéric Chopin ou encore Astor Piazzolla. Gratuit. Sur réservation.
Jeudi 24 mai à 12h30
Maison de la musique et de la danse

ATELIERS DE LA CHAUFFERIE
Par les élèves des ateliers musiques de La Chaufferie (batterie, basse, guitare, piano, chant et percussions).
Vendredi 25 mai à 20h
Maison de la musique et de la danse

JAZZ
Sarah Murcia
Dimanche 27 mai à 17h
Maison de la musique et de la danse

CHŒURS
Par les chanteurs des conservatoires de Bagneux et de Fontenay-aux-Roses. Autour des œuvres de Benjamin Britten.
Vendredi 1er juin à 20h30
Église Saint-Hermeland

DÉBATS

PROJECTION DÉBAT
Dans le cadre de la Journée nationale de la Résistance, l’Amicale de Châteaubriant-Voves-Rouillé-Aincourt propose, en partenariat avec la municipalité, la projection du film de René Clément La bataille du rail, suivie d’un débat.
Samedi 26 mai à 17h
Espace Marc-Lanvin

SOIRÉE DÉBAT
Avec Dominique Plihon, professeur émérite de sciences économiques, porte-parole national de l’association ATTAC France, co-auteur du livre Toujours plus pour les riches… manifeste pour une fiscalité juste.
Mardi 29 mai à 20h30
Salle Gabriel-Péri

FÊTE VOS JEUX

Médiathèque Louis-Aragon
La médiathèque invite les Balnéolais à découvrir le Jeu sous toutes ses formes : du jeu de société au jeu vidéo en passant par le jeu de rôle.

EXPOSITION
Objectif jeu.
Photographies réalisées par le Photo-Club de Bagneux.
Du 5 mai au 2 juin
Vernissage samedi 26 mai à 16h

ATELIERS
JEU DE RÔLE

Venez incarner des personnages légendaires en suivant des scénarios intrigants.
À partir de 8 ans.
Samedi 5 mai de 15h à 18h

APPLI TIME
Partez à la découverte de jeux insolites et rétros. À partir de 7 ans. Entrée libre en fonction des places disponibles.
Samedi 12 mai de 14h à 15h et de 16h à 17h

JEUX DE SOCIÉTÉ
En partenariat avec la Ludothèque mobile. À partir de 7 ans.
Samedi 19 mai de 14h à 17h

CRÉE TON JEU VIDEO
Créez votre propre jeu en quelques clics. Sur inscription.
À partir de 8 ans.
Samedi 26 mai de 11h à 12h et de 14h à 15h

CONTES

L’HEURE DU CONTE
Sous l’eau, dans l’eau. Par l’association RacontAges.
À 10h30 (18 mois – 3 ans) et 11h15 (à partir de 4 ans)
Samedi 12 mai
Médiathèque Louis-Aragon

VEILLÉE CONTES
Contes de sagesse. Par l’association RacontAges. À partir de 7 ans.
Vendredi 18 mai à 20h
Médiathèque Louis-Aragon

THÉÂTRE

SOSIES
De Quentin Defalt. Par la compagnie Teknaï.
Jeudi 24 mai à 20h30
Théâtre Victor-Hugo

GASPARD PROUST
Mercredi 30 mai à 20h30
Théâtre Victor-Hugo

FÊTES DE QUARTIER

MIX’CITÉS
Organisée par le collectif Act’Jeunes et le CSC de la Fontaine Gueffier
• TOURNOIS MULTISPORTS
De 10h à 12h
Gymnase Janine-Jambu
• ANIMATIONS JEUX SPECTACLES
De 14h à 22h
Esplanade François-Mitterrand
• BARBECUE
Amenez vos grillades !
À partir de 19h
Esplanade François-Mitterrand
Samedi 5 mai

QUARTIER NORD
Organisée par l’association LAVIDALOCALME, la compagnie Actuel show, Hocus Pocus, le collectif Douceur des parents et le CSC Jacques-Prévert.
Ateliers, jeux, maquillage, magie, lâcher de ballons, fanfare, DJ, barbecue…
Samedi 12 mai de 13h30 à 22h
Parc Nelson-Mandela

RENDEZ-VOUS

EXPOSITION
Collages et peintures de Sandrine Nivelle
Du 3 au 28 avril
Médiathèque Louis-Aragon

CONFÉRENCE BRUNCH
Le théâtre populaire
Samedi 5 mai à 11h
Théâtre Victor-Hugo

COMMÉMORATIONS
• Armistice de 1945.
Mardi 8 mai à 10h30
Cimetière de Bagneux
• Abolition de l’esclavage
Jeudi 10 mai à 11h
Square Schoelcher

JARDINAGE PARTICIPATIF
Initiative portée par le conseil de quartier centre pour embellir les jardinières de la médiathèque.
Samedi 12 mai de 14h à 16h
Médiathèque Louis-Aragon

CAFÉ DES PARENTS
Thème : le harcèlement scolaire
Mardi 15 mai de 16h à 18h
CSC de la Fontaine Gueffier

EXPOSITION PÉDAGOGIQUE
Du 22 mai au 15 juin
Maison des arts

KARAOKÉ GOÛTER
Samedi 26 mai à partir de 15h
CSC de la Fontaine Gueffier

ÉTOILES DU CŒUR
Événement de solidarité internationale organisé par l’association Soli’Ciproque. Au programme : un tournoi de basket accueillant 12 équipes d’Île-de-France catégorie U11, des ateliers, des animations et des shows artistiques.
Samedi 26 mai à partir de 9h
Gymnase Romain-Rolland

LES MERCREDIS DE LA PSY
Thème : La tristesse
Mercredi 30 mai à 20h30
CSC Jacques-Prévert

ATELIERS

SOPHROLOGIE
Tous les samedis matins de 10h à 12h. Sur inscription (avec paiement au trimestre).
CSC Jacques-Prévert

JIN SHIN JYUTSU
Pour aider l’énergie en chacun de nous à mieux circuler. Gratuit. Sur réservation : 01 47 40 26 00.
Samedi 19 mai de 14h30 à 17h
CSC de la Fontaine Gueffier

MÉDITATION DE LA PLEINE PRÉSENCE
À partir de 16 ans. Réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Samedis 19 et 26 mai de 14h30 à 16h
CSC de la Fontaine Gueffier

CAFÉ TRICOT
Gratuit. Matériel non fourni.
Samedis 19 et 26 mai, 2 juin de 14h30 à 16h30
CSC de la Fontaine Gueffier

ATELIERS CRÉATIFS EN FAMILLE
Fabrication de boîtes cadeaux et de cartes pour la Fête des mères. Gratuit. Réservation indispensable : 01 47 40 26 00.
De 14h30 à 15h30 et de 15h40 à 16h40
Samedi 26 mai
CSC de la Fontaine Gueffier

ZEN MA MAMAN
Atelier massage mère-enfant(s) pour la Fête des mères. Par l’association Mass’âges.
De 14h30 à 16h : atelier mère-fille, pour ado (à partir de 13 ans) et adulte
De 16h15 à 17h45 : atelier mère-enfants (3-12 ans)
Tarif : 55 euros (adhésion familiale 25 euros + 30 euros le duo)
Inscription indispensable : asso.mass.ages@gmail.com et 06 24 71 03 23
Samedi 26 mai
CSC de la Fontaine Gueffier

NATUROPATHIE
Les plantes sauvages : que peuvent-elles nous apporter ?
Atelier animé par une naturopraticienne
Samedi 26 mai de 15h à 17h30
CSC Jacques-Prévert

CINÉMA
Les bandes annonces

Vie pratique Haut de page

Numéros utiles

Vos élus à votre service sur rendez-vous à l'Hôtel de ville
57, avenue Henri-Ravera 01 42 31 60 00

Horaires d'ouverture de la mairie :
Hôtel de Ville
Le matin : du lundi au vendredi de 8h30 (10h le mardi) à 12h.
L'après-midi : du lundi au vendredi de 13h30 à 17h (19h30 le mardi).
Permanences sur rendez-vous le samedi de 9h à 12h pour les passeports et cartes d'identité.

Mairie annexe
8, résidence du Port-Galand 01 45 47 62 00
Du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h (19h le jeudi).

Restauration scolaire

Les menus du mois : Consulter les menus du mois en cours

État civil

Ils sont nés

Hugo ASTOR
Joachim CASTOR
Baïdy DIOP
Kaly DIOP
Lidia DOS SANTOS BEATO
Issa DOUCOURE
Sasha DUNON
Aminata FOFANA
Selim GULEC
Nana HAÏDARA
Leïa MANÇO
Nael MEZZIOUANE
Mikerlange MICHEL
Kassem NAJEH
Amina OUBRAHIM
Fanilo RAJAOBELINA
Samy SAÏAH
Jylian SAINT-PRIX
Koulé SIMA
Moustapha SIMPARA
Ayana TOKPASSI BEN ALI

Ils se sont mariés

Hassan BEN EL CAÏD et Jihane BAHRI
Loucif CHIOUKH et Sarah AZZOUZ
Raoul COLLANTES et Hadjira LAKEHAL
Ibrahim KERIRECHE et Mame BA

Ils nous ont quittés

Maurice ANEST
Marie BARBIER, veuve LEPLAT
Marie-Thérèse BEDARD, veuve AMATHIEU
Michel BOGHOSSIAN
Bernadette CARRÈRE
Fallou CISSÉ
Huguette EVEZARD, veuve MÉREAUX
Francine FRIEDLANDER, épouse DENIZE
Simonne GARNIER, veuve DÉOM
Clémence GEORGES
Marie-Thérèse GILLES
Marie HAMEL
André JAMES
Georges LE DORTZ
Marcel LEBRITON
Maurice LEPLAT
Geneviève MAREY, épouse GOUPIL
Evette MAVRÉ, veuve ROUX
Jean MONTAGNE
Serge OLIVO
Antonia PICCIRILLI, veuve ROMANO
Nicolas RICHARD
Mohand SAADA
Maxime VENNAT
Raymond WAYMEL

Pharmacies de garde

Dimanche 6 mai
Pharmacie Pasteur
12 avenue Louis-Pasteur
01 46 65 89 15

Mardi 8 mai
Pharmacie Devaux Lebigre
39 avenue Henri-Barbusse
01 46 64 26 48
Jeudi 10 mai
Pharmacie de la Fontaine
4 place de la Fontaine Gueffier
01 45 46 21 13

Dimanche 13 mai
Pharmacie Koskas
1 avenue du Général de Gaulle
01 47 35 97 82

Dimanche 20 mai
Pharmacie des Bas Longchamps
1 centre commercial les Bas Longchamps
01 46 63 04 49

Dimanche 27 mai
Pharmacie Galien Santé
11 rue de Turin
01 42 53 07 99

Dimanche 3 juin
Pharmacie Mai
56 avenue de Bourg-la-Reine
01 46 64 59 73